SRAS

Des plomberies défectueuses suspectées d'avoir contribué à la transmission du SRAS, indique l'OMS

Selon les conclusions d'une consultation technique de l'agence de l'ONU pour la santé, des plomberies défectueuses ont contribué à la propagation de la pneumopathie atypique baptisée Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) dans les immeubles d'habitation de Hongkong et à celle d'autres maladies infectieuses dans plusieurs autres pays. Il serait donc relativement facile d'interrompre la transmission et d'éviter certaines maladies, dont le SRAS s'il devait réapparaître, ont estimé les experts.

SRAS : le cas apparu à Singapour sans danger pour la santé publique, selon l'OMS

Bien que les analyses médicales aient confirmé le diagnostic de pneumopathie atypique pour le patient hospitalisé à Singapour, il s'agit, selon l'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, d'une forme modérée qui ne pose pas de danger pour la santé publique au plan international.

SRAS : cas suspect non confirmé à Singapour

L'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, a indiqué aujourd'hui qu'en raison de résultats contradictoires des analyses médicales, il n'était pas possible de confirmer qu'un nouveau cas de pneumopathie atypique était apparu à Singapour.