SRAS

SRAS : le cas suspect dans la province chinoise de Guangdong n'est pas confirmé

Les experts de l'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, ont estimé que les analyses effectuées pour déterminer si le patient de Guangzhou, dans la province de Guangdong en Chine, avait bien contracté le SRAS, n'étaient pas concluantes. De nouvelles analyses sont en cours.

Cas suspect de SRAS en Chine : l'OMS envoie des experts

L'agence de l'ONU pour la santé a envoyé aujourd'hui des experts en Chine après qu'un nouveau cas suspect de SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) à Guangdong lui ait été signalé par les autorités chinoises.

Un cas de SRAS dans un laboratoire à Taiwan : l'OMS appelle les pays à prendre des mesures

L'agence de l'ONU pour la santé demande aux pays de faire l'inventaire des laboratoires qui travaillent sur le virus de la pneumonie atypique dite SRAS et d'imposer des règles de biosécurité après qu'elle ait été informée de la contamination d'un employé de laboratoire à Taiwan.

SRAS : un vaccin disponible au plus tôt dans deux ans

Malgré les efforts déployés, un vaccin contre le SRAS ne sera pas disponible si une nouvelle épidémie survient à la fin de l'année, ont conclu les 50 chercheurs réunis par l'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé. Toutefois, le premier essai clinique sur un vaccin inactivé pourrait commencer dès janvier 2004 mais il faudra encore entre deux et cinq ans pour achever sa mise au point.

Des plomberies défectueuses suspectées d'avoir contribué à la transmission du SRAS, indique l'OMS

Selon les conclusions d'une consultation technique de l'agence de l'ONU pour la santé, des plomberies défectueuses ont contribué à la propagation de la pneumopathie atypique baptisée Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) dans les immeubles d'habitation de Hongkong et à celle d'autres maladies infectieuses dans plusieurs autres pays. Il serait donc relativement facile d'interrompre la transmission et d'éviter certaines maladies, dont le SRAS s'il devait réapparaître, ont estimé les experts.

SRAS : le cas apparu à Singapour sans danger pour la santé publique, selon l'OMS

Bien que les analyses médicales aient confirmé le diagnostic de pneumopathie atypique pour le patient hospitalisé à Singapour, il s'agit, selon l'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, d'une forme modérée qui ne pose pas de danger pour la santé publique au plan international.

SRAS : cas suspect non confirmé à Singapour

L'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, a indiqué aujourd'hui qu'en raison de résultats contradictoires des analyses médicales, il n'était pas possible de confirmer qu'un nouveau cas de pneumopathie atypique était apparu à Singapour.

SRAS : un expert de la FAO en Chine pour enquêter sur le rôle des animaux dans la propagation du virus

Un expert en maladies virales de la FAO, l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, partira demain pour la Chine où il coordonnera pendant trois semaines l'enquête internationale visant à déterminer le rôle des animaux dans la propagation du virus du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

SRAS : l'OMS retire Toronto de la liste des secteurs à contamination locale récente

L'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, a annoncé aujourd'hui qu'elle retirait Toronto au Canada de la liste des secteurs affectés par une contamination récente du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), la pneumonie atypique contractée par plus de 8 000 personnes dans le monde et qui a fait plus de 800 victimes. Taiwan reste désormais le seul secteur figurant encore sur la liste de l'OMS.

Le « nouveau cas » de SRAS en Chine ne signifie pas la reprise de la contamination, affirme l'OMS

Le nouveau cas probable de pneumonie atypique qui vient d'être signalé dans la province de Guangdong en Chine est en fait un cas suspect qui a été re-classifié et non un cas de nouvelle contamination, indique l'agence de l'ONU pour la santé. Le statut de Guangdong, retiré le 13 juin de la liste des pays à contamination locale récente, n'est donc pas remis en cause.