sida

Jacques Chirac, Colin Powell et une quinzaine de chefs d'Etat prennent part aujourd'hui aux séances sur le VIH/sida de l'Assemblée générale

Alors que les chefs d'Etat et de gouvernements, ministres et directeurs d'institutions, au total quelque 140 participants réunis aujourd'hui dans le cadre des séances plénières de haut niveau de l'Assemblée générale de l'ONU consacrées à la lutte contre le sida, dressaient un état des lieux qui continue à être alarmant, le Président français Jacques Chirac, réaffirmait que l'Union européenne, les Etats-Unis et le reste des donateurs devaient chacun consacrer un milliard de dollars par an à la lutte contre le sida et le Secrétaire d'Etat américain, Colin Powell, rappelait que son pays apportait à lui seul la moitié du financement actuel.

La lutte contre le sida en retard sur les objectifs fixés, indique Kofi Annan qui appelle à accentuer radicalement les efforts

Le rapport sur le suivi de la Déclaration d'engagement sur le VIH/sida est limpide ; à ce rythme, aucun des objectifs fixés pour 2005 ne sera atteint, a affirmé Kofi Annan, devant les chefs d'Etat et de gouvernement rassemblés à New York pour une journée d'examen des résultats obtenus dans la lutte contre la maladie.

Lancement à Addis-Abeba de la Commission du VIH et de la gouvernance en Afrique

La Commission du VIH/sida et de la gouvernance en Afrique (CVGA), une initiative annoncée en février 2003 par le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, et ayant pour mandat d'étudier l'impact du VIH/sida sur les structures étatiques et le développement économique de l'Afrique, est officiellement lancée aujourd'hui dans la capitale éthiopienne d'Addis-Abeba.

Confrontée à la menace du sida, la région Asie-Pacifique incite à passer à l'action

Pressée par le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, de prendre en compte le « défi terrible » de la lutte contre le sida, la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) de l'ONU a reconnu qu'il s'agissait d'un problème majeur posé au développement de la région et a appelé les pays de la région à renforcer leur système de sécurité sociale.