Rapporteurs

Des exactions rapportées en Côte d'Ivoire relèvent du droit international, selon des experts de l'ONU

Trois rapporteurs spéciaux de l'ONU rappellent que certaines exactions dont il est fait état en Côte d'Ivoire peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité au regard du droit international et doivent être punis avec toute la sévérité requise par la gravité des faits.