Filtrer par:

mutilations génitales féminines

Des femmes attendent de l'aide alimentaire dans un centre de distribution à Afgoye, en Somalie.
Photo ONU/Tobin Jones

Corne de l’Afrique : hausse des mariages d’enfants alors que la crise de la sécheresse s’intensifie

Dans la Corne de l’Afrique, des filles âgées d’à peine douze ans sont contraintes de se marier et de subir des mutilations génitales féminines (MGF) à des « taux alarmants », alors que la sécheresse la plus grave depuis quarante ans pousse les familles au bord du gouffre, a mis en garde mercredi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

🎙️ Bulletin d'ONU Info du 7 février 2022

Au menu de l’actualité :

L’Afrique peut compter sur le soutien des Nations Unies, déclare le chef de l’ONU à l’Union africaine

L'ONU appelle à intensifier les progrès pour mettre fin aux mutilations génitales féminines

L'ONU veut renforcer la réglementation sur le freinage d’urgence des camions et des autocars pour accroître la sécurité sur les routes.

 

Présentation : Jérôme Bernard

Audio
5'
Photo : ONU

L'UNFPA appelle à accélérer l’investissement pour éliminer les mutilations génitales féminines d'ici 2030

L’édition 2022 de la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des MGF est placée sous le thème « Accélérer l’investissement pour éliminer les mutilations génitales féminines ». 

Les crises humanitaires telle celle de la Covid-19 ayant mis à mal les efforts de prévention des mutilations génitales féminines (MGF), deux millions de filles supplémentaires sont désormais à risque de subir ces pratiques au cours des dix prochaines années, a expliqué le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) 

Audio
1'44"
Des filles écoutent une présentation du réseau de jeunes éducateurs Y-PEER sur les méfaits des mutilations génitales féminines dans leur école de Garowe, au Puntland.
UNFPA Somalie/Tobin Jones

En Somalie, 100 mères s’engagent à ne jamais faire subir de mutilations génitales à leurs filles

Les crises humanitaires comme celle de la Covid-19 ont mis à mal les efforts de prévention des mutilations génitales féminines (MGF) et deux millions de filles supplémentaires sont désormais à risque de subir ces pratiques au cours des dix prochaines année , a alerté le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) à l’occasion de la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des MGF.

Audio
1'44"

🎙️ Bulletin ONU Info du 23 juin 2021

Au menu :

Le Conseil de sécurité fait le point sur la situation en République centrafricaine

Au Conseil des droits de l’homme à Genève, le Burkina Faso dénonce la pratique des mutilations génitales féminines

L’ONU se félicite de la création du 1er centre de transfert de technologie pour les vaccins à ARN messager contre la Covid-19.

 

Présentation : Jérôme Bernard

Audio
5'

🎙️ Bulletin ONU Info du 20 avril 2021

A la une : 

Ethiopie : la crise dans la région du Tigré entre dans son sixième mois sans qu’aucune fin ne soit en vue

Grands lacs d’Afrique : neutraliser les groupes armés dans l’est de la en RDC par des mesure non-militaires

Mutilations génitales féminines : le Mali poursuivi devant la Cour de justice de la CEDEAO pour son inaction

 

Présentation : Cristina Silveiro

Durée audio
5'

🎙️ Bulletin ONU Info du 8 février 2021

Au menu :

A neuf mois de la Conférence sur le climat à Glasgow, le chef de l’ONU appelle à ne pas laisser la Covid-19 ralentir les discussions préparatoires

En République démocratique du Congo, le virus Ebola est réapparu mais le pays bénéficie des efforts réalisés lors de la précédente épidémie

L’ONU s’inquiète d’un recul des progrès réalisés pour mettre fin aux mutilations génitales féminines dans le monde.

 

Présentation : Jérôme Bernard

Audio
5'
Une adolescente qui a échappé à la mutilation génitale féminine est en classe dans une école pour filles, en Ouganda.
Photo : UNICEF/Henry Bongyereirwe

Deux millions de femmes et de filles de plus risquent de subir des mutilations génitales féminines à cause de la Covid-19

Deux millions de femmes et de filles pourraient subir des mutilations génitales féminines au cours de la prochaine décennie, en plus des 4 millions déjà à risque chaque année, parce que la Covid-19 oblige les écoles à fermer et perturbe les programmes qui contribuent à protéger les filles contre ces pratiques néfastes, ont averti les Nations Unies, à l’occasion de la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, le 6 février.  

Audio
4'43"