mutilations

UNICEF et FNUAP appellent à mettre fin aux mutilations génitales féminines

Pour marquer la Journée internationale de la tolérance-zéro à l'encontre des mutilations génitales féminines et de l'excision, les Directeurs du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Babatunde Osotimehin, et du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Anthony Lake, ont renouvelé dans un communiqué commun leur engagement à mettre fin à ces pratiques, dont 100 à 140 millions de femmes ont déjà été victimes dans le monde.

Les mutilations sexuelles sur les petites filles pourraient disparaître avec plus de moyens

Plus de 90 millions de petites filles de moins de 9 ans sont victimes de mutilations génitales en Afrique, selon un nouveau rapport de l'ONU sur les obligations internationales et engagements mondiaux relatifs aux petites filles.

Dix agences s'engagent pour faire disparaître la mutilation génitale féminine en une génération

« Puisque la mutilation génitale féminine est une convention sociale, c'est en travaillant avec les communautés que nous parviendrons à la faire disparaître », a déclaré la Vice-Secrétaire générale Asha-Rose Migiro, lors de la 52ème session de la Commission de la condition de la femme, au nom de 10 agences de l'ONU qui viennent de lancer une initiative pour que cette pratique disparaisse en une génération.

UNFPA : 3 millions de filles exposées à des mutilations génitales chaque année

A l'occasion de la Journée internationale contre la mutilation/coupure génitale féminine, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) appelle à un engagement plus ferme à mettre fin à ces pratiques, dont souffrent entre 130 et 140 millions de femmes et de filles dans le monde.

L&#39ONU marque la Journée internationale contre la mutilation génitale féminine

Environ 120 à 140 millions de femmes ont subi la mutilation ou coupure génitale féminine et trois millions de filles continuent d'y être exposées chaque année, rappelle aujourd'hui l'agence des Nations Unies pour la population, qui demande l'arrêt de cette pratique qui viole les droits fondamentaux des femmes et des filles et compromet gravement leur santé.