Julian Assange

Un autocollant avec le visage de Julian Assange collé sur un panneau urbain
Unsplash/Markus Spiske

Le refus d’extrader Julian Assange doit être accueilli avec prudence, selon un expert indépendant de l'ONU

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, s'est félicité, mardi, du refus d'un tribunal britannique d'extrader le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, vers les États-Unis au motif qu'il serait exposé à des conditions d'emprisonnement « oppressives » qui entraîneraient presque certainement son suicide.

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, lorsqu'il était réfugié à l'intérieur de l'ambassade d'Equateur à Londres
Source capture d'écran d'une vidéo du HCDH

Des experts de l'ONU préviennent que l'arrestation d'Assange l'expose à de graves violations des droits humains

Des experts indépendants des droits humains de l’ONU ont déclaré jeudi que l'arrestation du cofondateur de Wikileaks, Julian Assange, par la police britannique, après que le gouvernement équatorien a décidé de ne plus lui accorder l'asile dans son ambassade à Londres, l'exposait au « risque de graves violations des droits humains » s’il est extradé aux États-Unis.