gangs

Le ministre des Affaires étrangères d'Haïti, Jean Victor Geneus, lors du débat général de l'Assemblée générale des Nations Unies.
Photo ONU/Ariana Lindquist

Le gouvernement haïtien s’efforce de restaurer l’ordre, déclare le chef de la diplomatie

A la tribune des Nations Unies samedi, le ministre haïtien des Affaires étrangères, Jean Victor Généus, a déclaré, au nom du Premier ministre Ariel Henry, que son pays traverse une crise multidimensionnelle qui menace la démocratie et les fondements même de l’Etat de droit, « une crise sociopolitique et économique sur laquelle s’est greffée l’insécurité », au point d’ébranler la « superstructure » de l’État. 

Une banderole tenue par des jeunes sur laquelle est écrit : "Nous demandons la paix".
Concern Worldwide

Haïti : promouvoir la paix, prévenir les violences et renforcer la résilience des communautés

Pour aider les pays touchés par un conflit violent (ou à risque de l’être) à maintenir la paix, prévenir les violences, renforcer les services de justice, consolider l'État de droit et les institutions sécuritaires et développer la résilience des groupes de population les plus vulnérables, l’ONU a créé un fonds spécial appelé Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix.

Edwin (le prénom a été changé) est un jeune leader de sa communauté de Cité Soleil, à Port-au-Prince.
UN Haiti/Daniel Dickinson

Le témoignage d'un jeune Haïtien : « Je me réveille au son des coups de feu »

 Un jeune homme dont la communauté se trouve à l'épicentre de la violence entre bandes rivales dans le quartier agité de Cité Soleil, dans la capitale haïtienne Port-au-Prince, affirme qu'il s'endort et se réveille le matin au son des coups de feu. Edwin*, un jeune leader de sa communauté, fait partie d'un groupe soutenu par le Fonds pour la consolidation de la paix des Nations Unies.

La violence des gangs à Port-au-Prince, en Haïti, terrorise la population.
PNUD Haiti/Borja Lopetegui Gonzalez

Haïti : l’ONU s’inquiète de l’aggravation de la violence des gangs et demande aux autorités d’agir

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est déclaré samedi profondément préoccupé par l'aggravation de la violence à Port-au-Prince ainsi que par l'augmentation des violations des droits humains commises par des gangs lourdement armés contre la population locale.