Burundi

Premier rapport après Gatumba : un massacre soigneusement planifié

Le massacre du camp de Gatumba, soigneusement planifié et exécuté, pourrait avoir été perpétré par les FNL mais également, selon certains témoins, par des Maï Maï congolais et des FDLR (ex-FAR/Interahamwe rwandais), indique le rapport du Secrétaire général qui précise que l'enquête conjointe des Missions de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC) et au Burundi est en cours.

HCR : malgré Gatumba, des réfugiés congolais peu enclins à s'éloigner de leur pays

Alors que l'agence de l'ONU pour les réfugiés poursuit ses transferts de réfugiés en provenance de la RDC, nombre d'entre eux, y compris ceux en provenance de Gatumba et malgré le récent massacre qui s'y est produit, rechignent à s'éloigner de la frontière et espèrent pouvoir rentrer chez eux le plus rapidement possible.

Grands Lacs : les FNL décrétées organisation terroriste par les dirigeants africains réunis à Dar es-salaam

Le Sommet des dirigeants africains de Dar es-salaam, auquel assistait l'envoyée de l'ONU pour le Burundi, a décrété organisation terroriste la faction d'Agathon Rwasa, les Forces nationales de libération, qui ont revendiqué le massacre de Gatumba tandis qu'en République démocratique du Congo (RDC), l'ancien chef rebelle devenu Vice-Président du pays, Jean-Pierre Bemba, affirme qu'il faut aller jusqu'au bout du processus de transition.

Tension dans les Grands lacs : la Mission de l'ONU au Congo pourrait plus que doubler

Alors que les chefs d'Etat africains se mobilisent sur ce dossier, les Missions de l'ONU au Burundi et en République démocratique du Congo (RDC) font part de la tension qui règne dans la région après le massacre de plus de 150 Bunyamulengue dans le camp de Gatumba au Burundi et le Secrétaire général recommande d'augmenter de plus du double l'effectif de la Mission en RDC.

Burundi : funérailles hier lundi des victimes du massacre de Gatumba

Les réfugiés congolais massacrés dans le camp de Gatumba au Burundi ont été inhumés hier lundi, à proximité du lieu du drame en présence de délégations burundaise, congolaise et rwandaise ainsi que d'une foule nombreuse, selon un reportage de la radio de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC).

Déploiement des forces de l'ONU à la frontière Burundi-R.D. du Congo

Alors que l'agence de l'ONU pour les réfugiés s'active à lancer les travaux du nouveau camp de réfugiés que vient d'autoriser les autorités burundaises, elle signale également que les troupes de l'ONU se sont déployées à la frontière où la situation est très tendue.

Carolyn McAskie à Gatumba : « j'écoute les cris des femmes »

Aux obsèques des victimes du massacre de Gatumba, la Représentante spéciale pour le Burundi a exprimé son indignation et son émotion et annoncé que l'Opération de l'ONU qu'elle dirige allait renforcer sa présence dans les zones vulnérables et qu'elle avait déjà lancé une enquête sur « ce massacre monstrueux. »

Après-Gatumba : le HCR obtient du Burundi la création d'un camp à l'intérieur des terres

Les équipes de l'agence de l'ONU pour les réfugiés, arrivées sur le site de Gatumba, y ont découvert l'horreur d'un lendemain de massacre tandis que leur chef a obtenu du Burundi, après de multiples demandes restées sans suite, la création d'un camp à l'intérieur des terres.

Des délégations congolaises et rwandaises aux obsèques des victimes de Gatumba

Les obsèques des victimes du massacre de Gatumba, qui sont désormais toutes identifiées, ont eu lieu sur place, à 13 h30, heure de Bujumbura, la capitale du Burundi, alors que la présence de délégations rwandaises et congolaises étaient attendues.

Burundi : l'ONU demande que la lumière soit faite sur le massacre de Gatumba

Alors que le dernier décompte des réfugiés congolais massacrés dans le camp de Gatumba dans la nuit du 13 au 14 août fait désormais état de plus de 160 morts, le Conseil de sécurité et le Secrétaire général de l'ONU ont exprimé aujourd'hui condamnations et indignation, le Conseil demandant aux autorités du Burundi et de la République démocratique du Congo de coopérer à l'action entreprise pour identifier et traduire en justice les « auteurs et les responsables » de ces crimes.