L'actualité mondiale Un regard humain

A la COP28, le chef de l’ONU appelle à une action climatique urgente alors que « le sort de l’humanité est en jeu »

Participants au pavillon de l'Indonésie à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Expo City à Dubaï, aux Émirats arabes unis.
COP28/Walaa Alshaer
Participants au pavillon de l'Indonésie à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Expo City à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

A la COP28, le chef de l’ONU appelle à une action climatique urgente alors que « le sort de l’humanité est en jeu »

Climat et environnement

Les signes vitaux de la Terre sont défaillants et pour éviter un incendie planétaire, « nous avons besoin… de coopération et de volonté politique », a déclaré vendredi le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, mettant au défi les dirigeants mondiaux réunis à Dubaï pour la COP28 de faire preuve d’un véritable leadership en matière de climat.

Tweet URL

Le chef de l'ONU a lancé son appel passionné lors de l'ouverture de haut niveau du Sommet mondial d'action pour le climat, qui les chefs d'État et de gouvernement occuper le devant de la scène au cours des deux prochains jours à Expo City, à Dubaï, où se déroule la Conférence sur le climat.

Avertissant que « le sort de l’humanité est en jeu », le chef de l’ONU a déclaré que les dirigeants du monde doivent agir maintenant pour mettre fin à la catastrophe climatique. 

« C’est une maladie que vous seuls, dirigeants du monde, pouvez guérir », a-t-il dit, appelant les dirigeants à mettre fin à la dépendance du monde à l’égard des combustibles fossiles et à tenir la promesse attendue depuis longtemps en faveur de la justice climatique. 

M. Guterres a également salué l’avancée réalisée jeudi lors de la journée d’ouverture de la COP28 après que les délégués sont parvenus à un accord sur la mise en œuvre d’un fonds pour les pertes et préjudices visant à aider les pays les plus vulnérables à payer pour les impacts dévastateurs de la catastrophe climatique. 

Bourdonnement d’activité 

Expo City, le lieu des négociations sur le climat, bourdonne d'activité dans un contexte de sécurité stricte le deuxième jour de la COP28, alors que les dirigeants du monde commencent à arriver pour le Sommet d'action. 

Au cours des deux prochains jours, les dirigeants de plus de 160 pays devraient présenter leur vision pour lutter contre la crise climatique, notamment ceux du Brésil, du Royaume-Uni, de la France, de la Turquie et de l'Inde. 

Dubaï, la plus grande ville des Émirats arabes unis, est connue pour son climat extrêmement chaud. Alors que décembre est normalement un mois relativement agréable, des centaines de journalistes, photographes et délégués de la société civile se bousculent pour trouver une place dans les endroits ombragés d’Expo City afin de profiter d’une pause sous le soleil brûlant. 

Les peuples autochtones sont en première ligne face aux impacts du changement climatique et leurs représentants sont très actifs – et vocaux – à la COP28. ONU Info a rencontré Jacob Johns, qui a déclaré qu'il travaillait à éclairer la politique climatique en s'appuyant sur les connaissances autochtones. 

« Nous sommes ici pour changer le cœur et l'esprit des participants à la conférence et des équipes de négociation afin que nous vivions en solidarité avec un avenir sain et vivable », a déclaré M. Johns, qui est Hopi et Akimel O'odham, et membre du Délégation des Gardiens de la sagesse autochtone basée aux États-Unis. 

« Nous voulons voir une véritable action climatique… Nous voulons que des fonds soient consacrés à la justice climatique et au fonds pour les pertes et préjudices. Nous voulons que tous ces fonds soient disponibles pour les peuples autochtones qui souffrent de l’effondrement climatique imminent, de la perte de terres et des événements météorologiques extrêmes », nous a-t-il dit.

Un membre d’une communauté autochtone participe à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Expo City à Dubaï, aux Émirats arabes unis.
COP28/Anthony Fleyhan
Un membre d’une communauté autochtone participe à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Expo City à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

Unis dans la crise 

Dans ses remarques au Sommet d'action, le Secrétaire général a rappelé ses récents voyages en Antarctique et au Népal, soulignant comment il avait été témoin de l'ampleur et de l'étendue de la fonte des glaces et des glaciers. 

« Ces deux endroits sont très éloignés, mais unis dans la crise », a déclaré M. Guterres. 

Il a toutefois averti qu’il ne s’agissait là que d’un symptôme de la maladie qui met notre climat à genoux. 

Dressant un tableau inquiétant du chaos climatique actuel, le chef de l'ONU a noté que le réchauffement climatique fait exploser les budgets, fait grimper les prix des denrées alimentaires, bouleverse les marchés de l'énergie et alimente une crise du coût de la vie. 

Plus de temps à perdre 

M. Guterres a souligné que le succès de la conférence de Dubaï dépendra du résultat du « Bilan mondial » – au cours duquel les pays évalueront pour la première fois les progrès réalisés dans la lutte contre le réchauffement climatique – qui peut mettre le monde sur la bonne voie pour atteindre les objectifs fixés en matière de température, de financement et d’adaptation. 

Il a souligné que le bilan doit prescrire un remède crédible à notre planète malade dans trois domaines clés. 

Premièrement, une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre puisque les politiques actuelles nous conduisent à une augmentation de température de trois degrés. 

« J’exhorte les pays à accélérer leur objectif de zéro émission nette, pour se rapprocher le plus possible de l’échéance de 2040 dans les pays développés et de celle de 2050 dans les économies émergentes », a-t-il dit. 

Deuxièmement, l’accélération vers une transition juste et équitable vers les énergies renouvelables, car une planète en feu ne peut être sauvée avec une lance à incendie de combustibles fossiles. 

« La limite de 1,5 degré Celsius n’est possible que si nous arrêtons finalement de brûler tous les combustibles fossiles. Il ne s’agit pas de réduire, mais d’une suppression progressive – avec un calendrier clair aligné sur l’objectif de 1,5 degré », a souligné le Secrétaire général. 

Troisièmement, la réalisation de la promesse longtemps attendue de justice climatique dans un monde inégal et divisé – une augmentation des financements, notamment pour l’adaptation et les pertes et préjudices. 

Il a exhorté les pays développés à doubler le financement de l'adaptation pour le porter à 40 milliards de dollars par an d'ici 2025 et à fournir des détails sur la manière dont ils envisagent de tenir la promesse de 100 milliards de dollars de soutien financier aux pays en développement. 

Isabel Prestes da Fonseca, représentante d'une communauté autochtone brésilienne, s'adressant au Sommet mondial d'action pour le climat lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP28 à Expo City à Dubaï, aux Émirats arabes …
COP28/Christophe Viseux
Isabel Prestes da Fonseca, représentante d'une communauté autochtone brésilienne, s'adressant au Sommet mondial d'action pour le climat lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP28 à Expo City à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

« Stratégie axée sur les personnes » 

« En tant que citoyen d'un petit État insulaire en développement, je suis moi-même parfaitement conscient que, sur notre trajectoire actuelle, ces îles et la richesse culturelle et historique qu'elles représentent sont menacées de disparition imminente », a déclaré Dennis Francis, Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, originaire de Trinité-et-Tobago, qui est menacé par l'élévation rapide du niveau de la mer. 

« Un monde à trois degrés Celsius n'est pas de la science-fiction mais la voie sur laquelle nous sommes engagés », a-t-il dit, faisant référence au fait que si les tendances actuelles se poursuivent, le monde pourrait être confronté à une augmentation de la température de trois degrés Celsius par rapport à l'ère préindustrielle, au lieu de l’objectif de 1,5 degré fixé à Paris. 

Il a mis l’accent sur la nécessité d’une « transition juste vers des systèmes énergétiques durables »

 et d’un financement « plus accessible et plus disponible » pour l’adaptation au climat. 

Rappelant que tous les pays sont confrontés à des crises uniques dans leur contexte national, le Président de l'Assemblée générale a exhorté les délégations à s'appuyer sur ces expériences dans leurs discussions à la COP28. « Je vous exhorte à proposer des solutions intégrées et orientées vers l'action… tout en adoptant une stratégie axée sur les personnes », a-t-il dit. 

La cérémonie d'ouverture du Sommet mondial action climat a également mis en avant les communautés autochtones dont la survie est menacée par le changement climatique. 

Isabel Prestes da Fonseca est cofondatrice et directrice environnementale de l'Instituto Zág, une organisation dirigée par des jeunes autochtones dont l'activité principale est le reboisement et la préservation des connaissances traditionnelles autour de l'arbre Araucaria, connu sous le nom de Zág.

« Je suis ici aujourd'hui pour représenter les voix autochtones et le besoin urgent de faire face aux crises environnementales. Rejoignez-nous dans ce combat pour la nature et la biodiversité. Ensemble, nous pouvons apporter le changement », a-t-elle déclaré. 

Une femme vend des produits sur un marché inondé par les pluies accompagnant un ouragan en Haïti.
Photo ONU/Logan Abassi
Une femme vend des produits sur un marché inondé par les pluies accompagnant un ouragan en Haïti.

Rapports sur l'agriculture, les émissions de méthane, la désertification

A l’occasion de la COP28, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a publié un rapport qui conclut que les systèmes agroalimentaires sont confrontés à une menace croissante liée aux pertes et aux préjudices induits par le changement climatique.

Ces effets diminuent les rendements agricoles, la productivité du bétail et le potentiel de la pêche et de l'aquaculture en tant que producteurs alimentaires, selon le rapport.

Dans le contexte de ces conclusions, le Directeur général de la FAO a souligné que les nations doivent veiller à ce que le Fonds pour les pertes et préjudices, dont la mise en oeuvre a été finalisée le premier jour de la COP28, atteigne les communautés agricoles qui sont en première ligne de la crise climatique.

Le PNUE, le Programme des Nations Unies pour l'environnement, a également publié vendredi un rapport sur le méthane. 

Ce rapport indique que le méthane atmosphérique a atteint son niveau le plus élevé jamais enregistré et que les émissions mondiales de méthane doivent être réduites de 40 à 45% d’ici 2030 pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. 

Le PNUE souligne que des données de haute technologie, accessibles et fiables qui informent les pays, les entreprises et le public sur les émissions de méthane pourraient révolutionner les systèmes de surveillance, accélérer l'action climatique et demander des comptes aux pollueurs. 

Dans un autre rapport, le Secrétariat de la Convention des Nations Unies pour lutter contre la désertification (CNULD) note que les données liées à la sécheresse indiquent une urgence sans précédent, alors que les impacts massifs des sécheresses d'origine humaine commencent seulement à se manifester.

Selon ce rapport, intitulé « Global Drought Snapshot » (Aperçu mondial de la sécheresse), peu, voire aucun risque, ne fait plus de victimes, entraîne davantage de pertes économiques et affecte davantage de secteurs de la société que la sécheresse. 

Il appelle à des techniques agricoles respectueuses de la nature, à une gestion efficace de l’eau, à une préparation aux catastrophes et à des systèmes d’alerte précoce, afin d’accroître la résilience mondiale à la sécheresse. 

Pour en savoir plus, retrouvez toute notre couverture de la COP28 dans notre page spéciale.