L'actualité mondiale Un regard humain

COP28 : de quoi s’agit-il et pourquoi est-ce important ?

Le changement climatique contribue aux conditions de sécheresse dans le monde entier.
© WMO/Fouad Abdeladim
Le changement climatique contribue aux conditions de sécheresse dans le monde entier.

COP28 : de quoi s’agit-il et pourquoi est-ce important ?

Climat et environnement

Les températures mondiales continuent d'atteindre des niveaux records et, alors que l'année touche à sa fin, les efforts diplomatiques s'intensifient au moment où tous les regards se tournent vers Dubaï, aux Émirats arabes unis, qui accueillent les dirigeants du monde, du 30 novembre au 12 décembre pour tracer une voie ambitieuse dans la lutte mondiale contre le changement climatique.

Voici ce que vous devez savoir.

Panneau COP27, à l'extérieur du site de Charm el-Cheikh, en Égypte.
Nations Unies/ Runa A
Panneau COP27, à l'extérieur du site de Charm el-Cheikh, en Égypte.

Qu’est-ce qu’une « COP » ?

Les conférences des Nations Unies sur le climat sont des rassemblements annuels à grande échelle au niveau gouvernemental axés sur l'action climatique. Elles sont également appelées COP – Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

La convention CCNUCC est entrée en vigueur le 21 mars 1994 pour empêcher toute interférence humaine « dangereuse » avec le système climatique.

Aujourd’hui, ratifiée par 198 pays, elle compte une adhésion quasi universelle. L’Accord de Paris, adopté en 2015, fonctionne comme une extension de cette convention.

Plus de 60.000 délégués sont attendus à la COP28, parmi lesquels des États membres de la CCNUCC, des dirigeants de l'industrie, des jeunes militants, des représentants des communautés autochtones, des journalistes et d'autres parties prenantes.

C’est un moment critique pour l’action climatique mondiale.

La COP28 nous permettra de vérifier la réalité – point culminant d’un processus appelé « Bilan mondial » – sur le chemin parcouru par le monde dans la lutte contre la crise climatique et sur l’ampleur de la nécessité d’un changement de cap.

Des étudiants plantent des mangroves dans le but d'atténuer les dommages causés au littoral cambodgien.
© UNDP/Manuth Buth
Des étudiants plantent des mangroves dans le but d'atténuer les dommages causés au littoral cambodgien.

Pourquoi la conférence COP28 est-elle importante ?

Depuis l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat lors de la COP21 en 2015, les conférences suivantes ont porté sur la mise en œuvre de son objectif principal : stopper la hausse de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2°C et poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels.

Si Paris nous a donné l'accord, Katowice (COP24) et Glasgow (COP26) nous ont détaillé le plan. Charm el-Cheikh (COP27) nous a ensuite fait passer à la mise en œuvre.

Aujourd’hui, la COP28 devrait être un tournant, où les pays non seulement se mettront d’accord sur « QUELLES » mesures climatiques plus fortes seront prises, mais montreront également « COMMENT » les mettre en œuvre.

Mesurer les progrès vers la réalisation des objectifs de Paris en matière d’atténuation, d’adaptation et de financement climatique, et adapter les plans existants est un élément clé du puzzle, et c’est pourquoi la COP28 revêt plus d’importance.

Le premier bilan mondial, qui a débuté lors de la COP26 à Glasgow, se terminera à Dubaï. Le processus est conçu pour aider à identifier ce qui reste à faire et à guider les pays vers des plans d’action climatique plus ambitieux et accélérés. Ainsi, la décision adoptée par les Parties lors de la COP28 pourrait devenir le résultat le plus conséquent après la conférence de Paris de 2015.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres (au centre), visite la base Frei en Antarctique.
UN Photo/Mark Garten
Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres (au centre), visite la base Frei en Antarctique.

Qu'est-ce qui est en jeu ?

Littéralement, la santé de notre planète et le bien-être de l’humanité.

« L’Antarctique a été qualifié de géant endormi, mais il est maintenant réveillé par le chaos climatique », a prévenu le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors de sa visite en Antarctique avant la COP28.

La banquise de l'Antarctique est à son niveau le plus bas. De nouveaux chiffres montrent qu’en septembre, elle était inférieure de 1,5 million de kilomètres carrés à la moyenne de la période de l’année – « une superficie à peu près équivalente à la taille du Portugal, de l’Espagne, de la France et de l’Allemagne réunis ».

« Tout cela est synonyme de catastrophe dans le monde entier. Ce qui se passe en Antarctique ne reste pas en Antarctique. Et ce qui se passe à des milliers de kilomètres a un impact direct ici même », a-t-il déclaré.

Des jeunes militants font pression pour un accord positif lors de la COP27 à Charm el-Cheikh en 2022.
Kiara Worth
Des jeunes militants font pression pour un accord positif lors de la COP27 à Charm el-Cheikh en 2022.

Qu’entendons-nous par une action climatique plus forte ?

Le Secrétaire général de l’ONU a rappelé à plusieurs reprises que l’urgence actuelle de l’action climatique est éclipsée par l’ampleur de la crise, mais que « l’avenir n’est pas figé ».

La science est claire : il est encore possible de limiter la hausse des températures à 1,5°C et d’éviter le pire du changement climatique. « Mais seulement par une action climatique spectaculaire et immédiate », qui comprend :

• Une réduction de 45% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010 ;
• Atteindre zéro émission nette à l'échelle mondiale d'ici 2050 ;
• Une « transition juste et équitable » des combustibles fossiles (pétrole et gaz) vers les sources d'énergie renouvelables ; et
• Des investissements accrus dans l'adaptation et la résilience au dérèglement climatique.

Mais il y a bien plus encore, comme le respect des engagements financiers en faveur des pays en développement, l’obtention de 100 milliards de dollars de financement climatique par an et la mise en œuvre du fonds pour les pertes et préjudices, convenu l’année dernière lors de la COP27, pour assurer la justice climatique.

Cependant, le rapport de synthèse des contributions déterminées au niveau national (CDN) de la CCNUCC, publié en novembre, montre que le monde ne parvient pas à maîtriser la crise climatique.

« L'ambition mondiale a stagné au cours de l'année écoulée et les plans nationaux sur le climat sont manifestement mal alignés sur la science », a déclaré le chef de l'ONU.

Plus d’un siècle de combustion de combustibles fossiles et d’utilisation non durable de l’énergie et des terres a déjà conduit à un réchauffement climatique de 1,1°C par rapport aux niveaux préindustriels. Chaque augmentation du réchauffement est susceptible d’exacerber l’intensité et la fréquence des événements météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur, les inondations, les tempêtes et les changements climatiques irréversibles.

2023 est en passe de devenir l’année la plus chaude, tandis que les huit dernières années ont été les huit plus chaudes jamais enregistrées au niveau mondial, alimentées par l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre et de la chaleur accumulée.

M. Guterres a tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises en avertissant que si rien ne change, nous nous dirigeons vers une hausse de température de 3°C – vers un monde dangereux et instable.

« L’humanité a ouvert les portes de l’enfer. La chaleur épouvantable a des effets épouvantables », a-t-il dit.

Près de la moitié de la population mondiale vit dans des régions très vulnérables au changement climatique. Les pays les moins développés, les pays enclavés et les petits pays insulaires n’ont peut-être que peu contribué à cette crise, mais ce sont eux qui sont en première ligne et qui doivent faire face à ses conséquences meurtrières.

Dubaï, aux Émirats arabes unis, accueille la COP28.
© Unsplash/Lucy M
Dubaï, aux Émirats arabes unis, accueille la COP28.

Quel est le rôle des Émirats arabes unis, pays hôte de la COP28 ?

Les conférences des Nations Unies sur le climat sont organisées chaque année par un pays différent. Cette année, les Émirats arabes unis accueillent le sommet COP28 du 30 novembre au 12 décembre 2023.

L'hôte nomme également un président qui dirige les négociations sur le climat et assure le leadership et la vision globale.

Le Dr Sultan al-Jaber, ministre de l'Industrie et des Technologies avancées des Émirats arabes unis, présidera les négociations de la COP28.

La future présidence a déclaré qu’elle se concentrait principalement sur des changements dans quatre domaines clés :

• Accélérer la transition énergétique et réduire les émissions avant 2030 ;
• Transformer le financement climatique, en tenant les anciennes promesses et en établissant un cadre pour un nouvel accord ;
• Placer la nature, les personnes, les vies et les moyens de subsistance au cœur de l'action climatique ;
• Se mobiliser pour la COP la plus inclusive jamais créée.

Une plate-forme pétrolière offshore au large de la côte ouest des États-Unis.
© Unsplash/Arvind Vallabh
Une plate-forme pétrolière offshore au large de la côte ouest des États-Unis.

Comment la COP28 contribuera-t-elle à la lutte mondiale contre le changement climatique ?

Près de huit ans après l’Accord de Paris et à mi-parcours de l’Agenda 2030, la COP28 constitue une opportunité opportune pour s’engager sur une nouvelle voie vers une action climatique efficace.

Comme le montrent plusieurs rapports de l’ONU, le monde n’est pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, mais on espère que les gouvernements présents à la COP28 établiront une feuille de route pour accélérer l’action climatique.

En 2020, chaque pays a élaboré ses plans d'action nationaux sur le climat visant à réduire les émissions nationales et à s'adapter aux impacts du changement climatique.

La prochaine série de ces plans étant prévue pour 2025, les résultats du processus de bilan mondial pourraient encourager les pays à relever leurs ambitions et à fixer de nouveaux objectifs, dépassant les politiques et engagements existants.

Compte tenu de l’ampleur des enjeux, la conférence de Dubaï constitue un moment décisif pour transformer les plans climatiques en mesures ambitieuses et inverser la tendance face à la crise climatique.

Comment pouvez-vous suivre la COP28 ?

Suivez le site Web principal de la conférence, le portail Action Climat de l’ONU et sur ONU Info dans dix langues différentes.

Le portail Action Climat de l’ONU : COP28 : l’action climatique ne peut attendre

ONU Info est disponible en dix langues: https://news.un.org/fr/events/cop28

Site Web principal de la conférence : COP28 EAU