L'actualité mondiale Un regard humain

En visite en Antarctique, le chef de l’ONU appelle à agir pour mettre fin à « l’anarchie climatique »

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, face à la calotte glaciaire, sur la base de Frei Antarctica.
ONU Photo/Mark Garten
Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, face à la calotte glaciaire, sur la base de Frei Antarctica.

En visite en Antarctique, le chef de l’ONU appelle à agir pour mettre fin à « l’anarchie climatique »

Climat et environnement

L’Antarctique, géant endormi, est désormais réveillé par le chaos climatique, a prévenu le Secrétaire général de l’ONU. 

Tweet URL

António Guterres est en Antarctique cette semaine, où il a constaté par lui-même l’impact du changement climatique sur le continent septentrional en grande partie recouvert de glace. 

« La pollution par les combustibles fossiles réchauffe notre planète, déclenchant l'anarchie climatique en Antarctique », a déclaré M. Guterres, ajoutant que l'océan austral avait absorbé la majeure partie du réchauffement 

« La glace fond dans l’océan à un rythme record. Sa fonte fait que le niveau de la mer monte à un rythme record. La vie et les moyens de subsistance des communautés côtières du monde entier est en danger. Les maisons ne sont plus assurables. L’existence même de petits États insulaires est menacée », a-t-il expliqué. 

Catastrophe planétaire

La banquise de l'Antarctique est à son niveau le plus bas. De nouveaux chiffres montrent qu’en septembre, sa surface était inférieure de 1,5 million de kilomètres carrés à la moyenne de sa surface à cette période de l’année – soit « une superficie à peu près équivalente à la taille du Portugal, de l’Espagne, de la France et de l’Allemagne réunis ». 

M. Guterres a noté que la calotte glaciaire du Groenland fond aussi très rapidement, perdant plus de 250 gigatonnes de glace chaque année.

« Tout cela est synonyme de catastrophe dans le monde entier. Ce qui se passe en Antarctique ne reste pas en Antarctique. Et ce qui se passe à des milliers de kilomètres a un impact direct ici même », a-t-il déclaré. 

Limiter la casse 

Le Secrétaire général a appelé les dirigeants mondiaux participant à la conférence sur le changement climatique COP28 à Dubaï, la semaine prochaine, à agir maintenant pour limiter l'augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius. 

Il les a également exhortés à protéger les populations du chaos climatique et à mettre fin à l’ère des combustibles fossiles, appelant à « ne pas laisser fondre tous les espoirs d’une planète durable ».