Aller au contenu principal
Des infirmières travaillent dans une clinique mobile de vaccination contre la COVID-19 à Rofunta, en Sierra Leone, en décembre 2022.

COVID-19 : le chef de l’OMS déclare la fin de l’urgence sanitaire mondiale

© WHO/Michael Duff
Des infirmières travaillent dans une clinique mobile de vaccination contre la COVID-19 à Rofunta, en Sierra Leone, en décembre 2022.

COVID-19 : le chef de l’OMS déclare la fin de l’urgence sanitaire mondiale

Santé

Le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré vendredi la fin de COVID-19 en tant qu'urgence de santé publique de portée internationale, soulignant que cela ne signifie pas que la maladie n'est plus une menace mondiale. 

« La semaine dernière, la COVID-19 a coûté la vie d’une personne toutes les trois minutes – et ce ne sont que les décès que nous connaissons », a déclaré Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS, s’exprimant devant les médias au siège de l'agence à Genève. 

Selon le tableau de bord du coronavirus de l'OMS qui rassemble des statistiques clés depuis le début de la pandémie, les cas cumulés dans le monde s'élèvent désormais à 765.222.932, avec près de sept millions de décès (le chiffre précis s'élève actuellement à 6.921.614). 

Au 30 avril, un total de plus de 13,3 milliards de doses de vaccin ont été administrées dans le monde.

Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, informe la presse de l'état de la COVID-19.
WHO video
Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, informe la presse de l'état de la COVID-19.

Tendance à la baisse 

Dr Tedros a déclaré que le virus – qualifié pour la première fois d'urgence de santé publique de portée internationale par l'OMS le 30 janvier 2020 – était là pour rester. « Il tue toujours et il continue de changer. Le risque demeure que de nouveaux variants émergent qui provoquent de nouvelles poussées de cas et de décès », a-t-il déclaré. 

Tweet URL

Il a dit que la décision n'avait pas été prise à la légère. Au cours de l'année écoulée, le comité d'urgence dirigé par l'OMS a soigneusement examiné les données, sur le bon moment pour sonner l'alarme. 

Depuis plus de 12 mois, la pandémie « est sur une tendance à la baisse », a-t-il souligné, l'immunité augmentant grâce aux vaccins très efficaces développés en un temps record pour lutter contre la maladie et les infections. Les taux de mortalité ont diminué et la pression sur les systèmes de santé autrefois débordés s'est atténuée. 

« Cette tendance a permis à la plupart des pays de revenir à la vie telle que nous la connaissions avant la COVID-19 », a ajouté Dr Tedros. 

Informations fausses et trompeuses 

Mais il a indiqué que l'impact de la pandémie avait « exposé les lignes de fracture politiques, au sein et entre les nations ». « Elle a érodé la confiance entre les personnes, les gouvernements et les institutions, alimentée par un torrent de mésinformation et de désinformation », a-t-il souligné. 

Dr Tedros a également noté les énormes dommages infligés à tous les aspects de la vie mondiale par le virus, y compris d'énormes bouleversements économiques, « effaçant des milliards de dollars du PIB, perturbant les voyages et le commerce, fermant des entreprises et plongeant des millions de personnes dans la pauvreté ». 

Il a rappelé que pendant qu'il parlait, des milliers de personnes dans le monde continuent de se battre pour leur vie en soins intensifs, et des millions d'autres vivront dans un avenir prévisible, « avec les effets débilitants » des effets de la post-COVID (appelée aussi « COVID longue »). 

Le chef de l'OMS a déclaré que la fin de l'urgence sanitaire était un moment à célébrer, et il a rendu hommage à « l'incroyable compétence et au dévouement désintéressé des travailleurs de la santé » dans le monde entier. 

Mais à un autre niveau, c'est un moment de réflexion, la COVID-19 continuant de laisser de « profondes cicatrices sur notre monde ». 

« Ces cicatrices doivent servir de rappel permanent de l'émergence possible de nouveaux virus, avec des conséquences dévastatrices », a-t-il déclaré.

Apprendre de ses erreurs 

De nombreuses erreurs ont été commises, notamment un manque de coordination, d'équité et de solidarité, ce qui signifie que les outils et technologies existants n'ont pas été utilisés au mieux pour lutter contre le virus. 

« Nous devons nous promettre, ainsi qu'à nos enfants et petits-enfants, que nous ne ferons plus jamais ces erreurs », a-t-il déclaré. « Cette expérience doit tous nous changer pour le mieux. Cela doit nous rendre plus déterminés à réaliser la vision que les nations avaient lorsqu'elles ont fondé l'OMS en 1948 : le niveau de santé le plus élevé possible, pour tous ».