L'actualité mondiale Un regard humain
Le Secrétaire général António Guterres rencontre une famille de personnes déplacées dans un camp à Baidoa, dans le sud-ouest de la Somalie.

En visite à Mogadiscio, le chef de l’ONU appelle à un « soutien massif » pour la Somalie

Photo ONU/Sourav Sarker
Le Secrétaire général António Guterres rencontre une famille de personnes déplacées dans un camp à Baidoa, dans le sud-ouest de la Somalie.

En visite à Mogadiscio, le chef de l’ONU appelle à un « soutien massif » pour la Somalie

Aide humanitaire

Poursuivant sa tradition d'effectuer des visites de solidarité dans les pays musulmans pendant le mois sacré du Ramadan, le chef de l'ONU a atterri mardi en Somalie, où il a souligné la nécessité d'un soutien international pour atténuer la situation humanitaire désastreuse du pays et contribuer aux efforts de renforcement de l'État.

« Je suis ici pour tirer la sonnette d'alarme sur le besoin d'un soutien international massif en raison des difficultés humanitaires auxquelles le pays est confronté, d'un appui humanitaire massif en relation avec le renforcement des capacités de sécurité de la Somalie et pour soutenir la stabilisation et le développement du pays », a déclaré le Secrétaire général António Guterres dans la capitale somalienne Mogadiscio.

« Bien que les Somaliens ne contribuent pratiquement pas au changement climatique, ils sont parmi les plus grandes victimes. Près de cinq millions de personnes connaissent des niveaux élevés d'insécurité alimentaire aiguë. Et bien sûr, la hausse des prix empire les choses. J'appelle donc les donateurs et la communauté internationale à intensifier leur soutien », a-t-il ajouté.

Le chef de l'ONU a fait ces commentaires lors d’un point de presse conjoint avec le Président somalien Hassan Sheikh Mohamud à la Villa Somalia, les locaux du gouvernement fédéral, peu après son atterrissage à Mogadiscio. Il s'est rendu pour la dernière fois en Somalie il y a six ans.

Quelque 3,8 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur de la Somalie.
Photo ONU/Sourav Sarker
Quelque 3,8 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur de la Somalie.

Des millions de personnes dans le besoin

Plus tard, accompagné du Coordonnateur humanitaire pour la Somalie, Adam Abdelmoula, le Secrétaire général a rencontré des Somaliens touchés par la crise humanitaire lors d'une visite dans un camp pour personnes déplacées à Baidoa, la plus grande ville de l'État somalien du Sud-Ouest.

Il a rencontré deux familles au camp ADC.

La première famille avait parcouru 105 kilomètres à pied et sur une charrette tirée par un âne pour chercher refuge à Baidoa l'année dernière après que tout son bétail a péri à cause de la sécheresse actuelle. La deuxième famille avait fait de même après la mort de son bétail et avait parcouru quelque 70 kilomètres pour chercher de l'aide.

« Il est temps que la communauté internationale mobilise beaucoup plus de soutien aux Somaliens pour garantir leur sécurité et lutter contre le terrorisme, pour résoudre le drame humanitaire que nous pouvons observer dans un camp comme celui-ci, et pour créer les conditions permettant de renforcer la résilience de la population et créer une voie de développement », a déclaré M. Guterres après les rencontres.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'entretient avec les médias dans un camp pour personnes déplacées à Baidoa, dans le sud-ouest de la Somalie.
Photo ONU/Sourav Sarker
Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, s'entretient avec les médias dans un camp pour personnes déplacées à Baidoa, dans le sud-ouest de la Somalie.

« En ce mois sacré du Ramadan », a-t-il ajouté, « nous avons besoin de la générosité de la communauté internationale qui est absolument cruciale pour sauver ces personnes que j'ai vues dans ce camp et qui vivent dans des conditions si dramatiques ».

Actuellement, près de la moitié de la population somalienne - 8,25 millions de personnes - a besoin d'une aide humanitaire et d'une protection vitales en raison des chocs climatiques, dont cinq années consécutives de mauvaises saisons des pluies et de conflits prolongés, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Parmi elles, quelque 3,8 millions sont déplacées à l'intérieur du pays et près de cinq millions de personnes connaissent des niveaux élevés d'insécurité alimentaire aiguë. Environ 1,8 million d'enfants souffrent de malnutrition sévère et huit millions de personnes n'ont pas accès à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène. Les deux tiers des habitants des zones touchées par la sécheresse n'ont pas accès aux soins de santé essentiels.

Le plan de réponse humanitaire 2023 pour répondre aux besoins de la Somalie nécessite 2,6 milliards de dollars pour venir en aide à 7,6 millions de personnes – mais son financement se situe à environ 15%, jusqu'à présent.

Lors de sa rencontre avec la presse à Mogadiscio, le chef de l'ONU a appelé la communauté internationale à « financer d'urgence » ce plan. « La population somalienne mérite la solidarité de la communauté internationale, et la mérite pour prévenir la malnutrition et les déplacements, pour sauver des vies, pour éviter la famine », a-t-il dit.

Le Secrétaire général António Guterres (à gauche) rencontre le Président somalien Hassan Sheikh Mohamud à Mogadiscio, en Somalie.
Photo ONU/Sourav Sarker
Le Secrétaire général António Guterres (à gauche) rencontre le Président somalien Hassan Sheikh Mohamud à Mogadiscio, en Somalie.

Soutien à la construction de l'État

Avant la rencontre avec la presse, le Secrétaire général a rencontré le Président et certains membres de son cabinet et des conseillers pour discuter d'autres questions, y compris des objectifs plus larges d'édification de l'État, ainsi que sa Représentante spéciale adjointe pour la Somalie, Anita Kiki Gbeho, qui est également actuellement à la tête de la Mission d'assistance des Nations Unies en Somalie (UNSOM).

« Le Président et moi-même avons discuté des efforts du gouvernement pour lutter contre le terrorisme et faire progresser la paix et la sécurité pour tous, et nous avons souligné l'importance d'une collaboration toujours plus forte entre le gouvernement fédéral et les États [membres fédérés] », a déclaré M. Guterres.

« Les autorités fédérales et des Etats [membres fédérés] peuvent compter sur notre soutien pour poursuivre la construction avancée de l'État », a-t-il poursuivi, « et nous sommes particulièrement encouragés par le récent accord qui a été établi en ce qui concerne les différentes questions de partage du pouvoir ».

Le chef de l'ONU a également appelé la communauté internationale à intensifier son soutien au-delà de la sphère humanitaire, pour aider les Somaliens « à pouvoir lancer un nouveau processus de stabilisation et de développement dans le pays et à renforcer ses capacités pour combattre Al-Shabaab avec plus d’efficacité que dans un passé récent ».

Au cours des derniers mois, les forces de sécurité somaliennes, renforcées par des milices locales, ont mené des opérations militaires contre Al-Shabaab dans les États membres fédérés de Hirshabelle et Galmudug, et les opérations devraient progressivement se déplacer vers d'autres régions de la Somalie.

Rencontre avec la société civile

Mardi également, le chef de l'ONU a rencontré des représentants d'organisations de la société civile somalienne travaillant dans des domaines tels que l'autonomisation des femmes, le changement climatique, les personnes handicapées, les jeunes et les groupes marginalisés pour en savoir plus sur leur travail et sur la manière dont l’ONU peut les encourager.

Plus tard dans la soirée, avec des membres du gouvernement fédéral et des représentants de la communauté internationale, il a assisté à un iftar, le repas préparé au coucher du soleil pour rompre le jeûne quotidien observé par les musulmans pendant le Ramadan.

Le chef de l'ONU a commencé sa tradition d'effectuer des visites de solidarité pendant le Ramadan alors qu'il était Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, avant de prendre la tête de l'ONU en 2017. Il a précédemment déclaré que se joindre aux musulmans pour jeûner pendant le Ramadan lui a, au fil des ans, montré « le vrai visage de l'islam ».

Lors de sa rencontre avec la presse à Mogadiscio mardi, il a noté que la Somalie incarne le « message intemporel de renouveau et d'espoir » du Ramadan.

« En ces temps difficiles, je tiens à saluer votre énergie et votre résilience et à réitérer le soutien indéfectible des Nations Unies », a déclaré M. Guterres. « Nous sommes solidaires du peuple somalien et du gouvernement somalien - pour la paix, la sécurité et le développement durable ».