Aller au contenu principal
La Tanzanie a confirmé l'apparition du premier foyer de la maladie à virus de Marburg. (archive)

Tanzanie : la toute première épidémie du virus Marburg fait cinq morts

© OMS/Benjamin Sensasi
La Tanzanie a confirmé l'apparition du premier foyer de la maladie à virus de Marburg. (archive)

Tanzanie : la toute première épidémie du virus Marburg fait cinq morts

Santé

Une mystérieuse maladie, qui a tué cinq personnes en Tanzanie, a été identifiée comme provenant du virus de Marburg, un cousin d’Ebola qui provoque une fièvre hémorragique, a confirmé dans la soirée du mardi, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Selon la branche africaine de l’OMS, cinq des huit cas, dont un travailleur de la santé, sont décédés. Il s’agit de la première épidémie du virus Marburg.

Des tests en laboratoire ont été effectués suite au signalement de cas et de décès dans la région de Kagera, dans le nord-ouest du pays.

« Le Laboratoire public national de la santé de Tanzanie a analysé des échantillons afin de déterminer la cause de la maladie après que huit personnes ont développé des symptômes, parmi lesquels la fièvre, des vomissements, des saignements et une insuffisance rénale », a détaillé l’OMS.

Plus de 160 contacts identifiés et suivis

Tweet URL

Trois patients sont hospitalisés et 161 contacts sont suivis par les autorités sanitaires tanzaniennes.

« Les efforts fournis par les autorités sanitaires de la Tanzanie pour établir la cause de la maladie constituent une indication claire de la détermination à riposter efficacement à l’épidémie », a déclaré dans un communiqué, la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Il n’existe pour le moment aucun vaccin ni traitement antiviral, mais des traitements expérimentaux, dont des dérivés sanguins, des immunothérapies et des thérapies médicamenteuses, sont en cours d’évaluation, a indiqué l’OMS.

Le virus de Marburg est un pathogène très dangereux qui cause une forte fièvre souvent accompagnée d’hémorragies touchant plusieurs organes et réduisant la capacité du corps à fonctionner correctement. Il fait partie de la famille des filovirus, à laquelle appartient également le virus Ebola, qui a déjà causé plusieurs épidémies meurtrières en Afrique.

Le germe est extrêmement virulent et provoque une fièvre hémorragique, avec un taux de mortalité allant jusqu’à 88%. De nombreux patients développent des symptômes hémorragiques graves dans un délai de sept jours. Le virus est transmis aux personnes par des chauve-souris et se propage parmi les humains par contact direct avec des fluides corporels de personnes infectées, des surfaces et des objets contaminés.

Le déploiement d’une équipe d’urgence dans la région de Kagera

Sur le terrain, l’OMS soutient le ministère de la Santé pour le déploiement d’une équipe d’urgence dans la région de Kagera afin de mener davantage d’investigations épidémiologiques. L’équipe d’urgence concentrera ses recherches actives sur la communauté et les structures sanitaires locales, ainsi que l’identification de plus de contacts à qui elle fournira les soins appropriés.

« Nous travaillons avec le gouvernement pour rapidement étendre les mesures de contrôle afin d’arrêter la propagation du virus et de mettre fin à l’épidémie dès que possible », a ajouté la Dre Moeti.

Bien que la Tanzanie n’ait jamais enregistré de cas de Marburg auparavant, le pays a eu à riposter à d’autres urgences sanitaires, notamment la Covid-19, le choléra et la dengue au cours des trois dernières années. Une évaluation stratégique des risques menée par l’OMS en septembre 2022 a montré que le pays est exposé à un risque élevé à très élevé d’épidémies de maladies infectieuses.

« Les leçons tirées et les progrès réalisés lors des récentes épidémies devraient placer le pays en bonne position au moment d’affronter ce nouveau défi », a fait valoir la Dre Moeti, relevant l’importance de la collaboration entre l’OMS et Dadoma « pour sauver des vies ».