Aller au contenu principal

Le Président de l'Assemblée générale appelle à relever les défis liés aux risques d'inondations

Le Pakistan a été durement touché par des inondations dévastatrices en août 2022.
© UNICEF/Malik
Le Pakistan a été durement touché par des inondations dévastatrices en août 2022.

Le Président de l'Assemblée générale appelle à relever les défis liés aux risques d'inondations

Climat et environnement

Quelque 1,8 milliard de personnes sur la planète sont menacées par les risques d'inondations, a averti samedi le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, lors d'un événement sur la gestion de l'eau à Tokyo, au Japon.

« C'est un défi que nous pouvons relever avec ingéniosité et détermination », a déclaré Csaba Kőrösi, appelant à des solutions fondées sur la science et à la solidarité, dans un discours lors d’un symposium de haut niveau sur « la gestion intégrée du cycle de l'eau dans l'ère d’après-Covid-19 ».

Il a souligné que lorsque les objectifs de développement durable (ODD) de l'ONU ont été élaborés, l'ampleur réelle des impacts du changement climatique à travers les sécheresses et les inondations n'était pas encore suffisamment importante pour permettre de prendre en compte des indicateurs explicites liés aux inondations et à la sécheresse dans l'ODD6, l'objectif lié à l'eau et à l'assainissement.

Il a comparé le défi actuel à celui de la mission Apollo13 vers la Lune qui a réussi à revenir sur Terre après avoir rencontré un problème mécanique désastreux.

« En 1970, l'ingéniosité et l'action déterminée ont ramené les astronautes vivants sur Terre », a-t-il dit, soulignant qu'il faudra le même genre de détermination pour faire face aux risques d'inondation.

Outre les menaces induites par le changement climatique, il a souligné que la mauvaise gestion et la mauvaise protection contre les inondations et l'utilisation imprudente des terres sont également à l'origine des risques de catastrophe.

À Sunamganj, au Bangladesh, un endroit souvent touché par les inondations.
WMO/Muhammad Amdad Hossain
À Sunamganj, au Bangladesh, un endroit souvent touché par les inondations.

Plus d'engagements attendus à la Conférence sur l'eau

Appelant à des solutions fondées sur la résilience, la durabilité et l'inclusion, il a souligné la nécessité de renforcer les alliances transnationales, telles que la Convention des Nations Unies sur l'eau de 1992, qui est gérée par la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe (CEE-ONU), et a réitéré ses appels à un système mondial d'information sur l'eau.

Dans cinq semaines, l'Assemblée générale des Nations Unies organisera une conférence historique des Nations Unies sur l'eau, le Japon coprésidant le dialogue interactif de ce sommet sur le climat, la résilience et l'environnement, a-t-il déclaré, encourageant le leadership japonais dans ces domaines.

Il a exprimé l'espoir que la Conférence sur l'eau produise « les engagements qui nous permettront de catalyser le système mondial d'information sur l'eau, l'initiative d'alerte précoce pour tous et les partenariats scientifiques renforcés dont nous avons tous besoin pour faire face à ce qui va arriver ».

Dans un message vidéo, Li Junhua, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales, a déclaré que l'un des principaux résultats de la Conférence sur l'eau sera le Programme d'action pour l'eau, une plate-forme où des engagements volontaires orientés vers l'action seront collectés.

« Si nous voulons vraiment changer la donne en matière de gestion de l'eau et des inondations, je compte sur vous, chers collègues, pour apporter vos engagements les plus imaginatifs et avant-gardistes à la Conférence en mars », a-t-il déclaré.