Lutter pour l'inclusion dans les Caraïbes avec un beat hip-hop

Delma T1, est un jeune artiste urbain dominicain d'origine haïtienne. Guidé par sa volonté d'exceller malgré les obstacles constants qu'il a subis en raison de son origine, il a fait de la musique un moteur de revendication contre la discrimination.
©UNESCO/H. Bejerano
Delma T1, est un jeune artiste urbain dominicain d'origine haïtienne. Guidé par sa volonté d'exceller malgré les obstacles constants qu'il a subis en raison de son origine, il a fait de la musique un moteur de revendication contre la discrimination.

Lutter pour l'inclusion dans les Caraïbes avec un beat hip-hop

Culture et éducation

César Berigue Delma, plus connu sous son nom de scène Delma T1, est un jeune artiste urbain dominicain d'origine haïtienne. Guidé par sa volonté d'exceller malgré les obstacles constants qu'il a subis en raison de son origine, il a fait de la musique un moteur de revendication contre la discrimination dont sont victimes les migrants haïtiens et leurs descendants en République dominicaine.

César Berigue Delma est né à Ulloa, un village sucrier dans la municipalité de Quisqueya, dans l'est de la République dominicaine. Il a toujours rêvé d'aller au-delà des champs de canne à sucre où ses parents sont venus travailler dans les années 1970, en provenance d'Haïti.

Le hip-hop et la musique urbaine nous ont aidés à élever notre voix contre les injustices et à nous rendre visibles en tant que communauté

Mais la vie dans la ville n'était pas facile non plus. Delma a été confronté à la discrimination de ne pas être traité comme un Dominicain alors qu'il est né et a grandi dans le pays.

« L'éducation est ce qui m'a donné la force de progresser, de surmonter les obstacles et d'atteindre de nouveaux horizons, » a t-il dit avec conviction. C'est pourquoi, malgré les démarches bureaucratiques pour obtenir son acte de naissance et puis une carte d'identité (document indispensable pour toute démarche administrative), il a réussi à s'inscrire en génie chimique à l'université.

Il est venu à la musique urbaine par hasard, ayant l'habitude de chanter dans la chorale de l'église. C’est par sa sœur, qui travaillait comme assistante sociale dans une organisation de soutien aux migrants et avec laquelle il a déménagé à Saint-Domingue, qu’il a découvert l’activisme.

« Les Dominicains d'origine haïtienne ont toujours été en marge et ne se sont pas impliqués dans les questions politiques ou les revendications sociales. Le hip-hop et la musique urbaine nous ont aidés à élever notre voix contre les injustices et à nous rendre visibles en tant que communauté », a indiqué Delma.

Dans cet environnement, il a rencontré d'autres jeunes qui utilisaient la musique comme moyen de revendiquer leur message, comme Hensi Reyes et Claudio Medina, avec qui il travaille à la production de ses chansons et à des spectacles en direct.

« Nous nous sommes réunis pour faire de la musique urbaine en tant que groupe de jeunes qui sont marginalisés à cause de la couleur de notre peau, parce que nous sommes des enfants de migrants ou parce que nos familles travaillent dans les champs de canne à sucre », a expliqué Hensi.

Delma T1 a rencontré d'autres jeunes qui utilisaient la musique comme moyen de revendiquer leur message, comme Hensi Reyes et Claudio Medina, avec qui il travaille à la production de ses chansons et à des spectacles en direct.
©UNESCO/H. Bejerano.
Delma T1 a rencontré d'autres jeunes qui utilisaient la musique comme moyen de revendiquer leur message, comme Hensi Reyes et Claudio Medina, avec qui il travaille à la production de ses chansons et à des spectacles en direct.

Partager et échanger leurs expériences avec d'autres artistes et membres de la scène hip-hop

Soutenus par le programme Transcultura de l'UNESCO Intégrer Cuba, les Caraïbes et l'Union européenne par la culture et la créativité, Delma T1 et ses musiciens ont participé au festival-symposium international Cultures urbaines, identités translocales et mouvements sociaux dans l'Atlantique noir organisé par le Centre d'études interaméricaines de l'Université de Bielefeld et le Goethe Institut à Berlin, en Allemagne.

Pendant deux jours, ils ont partagé et échangé leurs expériences avec d'autres artistes et membres de la scène hip-hop d'Allemagne, de Cuba et de Jamaïque sur le rôle de cette culture dans la transformation sociale.

« Le fait d'avoir été sélectionné pour participer à cet évènement et la bonne réaction du public me donnent confiance pour continuer sur cette voie de la musique », déclare Delma à propos de son expérience à Berlin. « Je suis également fier de représenter mon peuple, les Dominicains d'origine haïtienne, et de leur transmettre le message qu'il est possible de réaliser nos rêves », a-t-il ajouté.

Lutter pour l'inclusion avec un beat hip-hop

Des rêves qui ont surtout trait à un horizon d'égalité et d'inclusion reflété dans les paroles d'une de ses chansons : Je rêve de ça, parce que c'est naturel, que dans ce pays nous soyons tous égal [sic], même si on me dit que je suis illégal, partout je dois être bien traité.

Transcultura est un programme de quatre ans, mis en œuvre par l'UNESCO et financé par l'Union européenne, qui vise à renforcer la formation et à multiplier les possibilités de croissance professionnelle dans les industries culturelles et créatives pour les jeunes de 17 pays des Caraïbes grâce à des échanges dans la région et avec l'Union européenne. À ce jour, plus de 1.000 artistes et professionnels de la culture ont participé à ses activités.

Pour plus d'informations : https://es.unesco.org/fieldoffice/havana/transcultura