Le HCR salue l’acte d’humanité de l’Indonésie, après le sauvetage de personnes à la dérive en mer

Un homme aide une femme à rejoindre la rive, alors qu'un bateau arrive avec des réfugiés rohingyas à Teknaf, Cox's Bazar, Bangladesh. (photo d'archive)
UNICEF/Patrick Brown
Un homme aide une femme à rejoindre la rive, alors qu'un bateau arrive avec des réfugiés rohingyas à Teknaf, Cox's Bazar, Bangladesh. (photo d'archive)

Le HCR salue l’acte d’humanité de l’Indonésie, après le sauvetage de personnes à la dérive en mer

Migrants et réfugiés

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a exprimé, mardi, son soulagement après le sauvetage de plus de 200 personnes désespérées, qui ont été ramenées à terre en sécurité, au nord-ouest de l’Indonésie, au cours des derniers jours.

Selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), beaucoup d’entre elles sont à la dérive depuis au moins un mois, sans aucune aide, avant d’être secourus. « Nous saluons cet acte d’humanité de la part des communautés locales et des autorités en Indonésie », a déclaré Ann Maymann, Représentante du HCR en Indonésie.

Les pêcheurs indonésiens et les autorités locales ont secouru et débarqué deux groupes, environ 58 dimanche et 174 lundi, dont une majorité de femmes et d’enfants.  Les personnes secourues sont épuisées et déshydratées après un mois de dérive dans les mers régionales.

Des survivants parmi les 174 personnes arrivées hier lundi ont indiqué aux équipes du HCR que quelque 26 personnes sont mortes durant ce long voyage en raison des conditions désastreuses à bord. « Ces actions permettent de sauver des vies humaines d’une mort certaine, mettant fin à des épreuves torturantes pour de nombreuses personnes désespérées », a ajouté Mme Maymann.

Plus de 2.000 personnes auraient entrepris cette année ce voyage périlleux en mer d’Andaman et au golfe du Bengale

Le HCR s’occupe des personnes ramenées à terre, avec les autorités locales et le personnel des partenaires humanitaires. Beaucoup ont besoin d’une attention médicale urgente pour stabiliser leur état. L’agence onusienne envoie également des fournitures et du personnel supplémentaires pour aider les communautés et les autorités locales à soutenir les personnes secourues.

Les Etats de la région doivent remplir leurs obligations légales en sauvant les personnes sur les bateaux en détresse afin d’éviter de nouvelles misères et de nouveaux décès.

L’Indonésie a aidé à sauver 472 personnes au cours des six dernières semaines à partir de quatre bateaux, montrant ainsi son engagement et son respect des principes humanitaires fondamentaux pour les personnes qui sont confrontées à la persécution et au conflit.

Le HCR exhorte les autres Etats à suivre cet exemple. Beaucoup d’autres n’ont pas agi malgré les nombreuses demandes et appels à l’aide.

A noter que plus de 2.000 personnes désespérées auraient entrepris cette année des voyages en mer risqués dans la mer d’Andaman et le golfe du Bengale. Près de 200 d’entre elles seraient mortes. Le HCR a également reçu des informations non confirmées selon lesquelles un autre bateau avec quelque 180 personnes est toujours porté disparu, tous les passagers étant présumés morts.