Au Yémen, plus de 11.000 enfants tués ou blessés depuis 2015, selon l’UNICEF

Des enfants jouent dehors dans un quartier d'Aden, au Yémen.
© UNICEF/Saleh Hayyan
Des enfants jouent dehors dans un quartier d'Aden, au Yémen.

Au Yémen, plus de 11.000 enfants tués ou blessés depuis 2015, selon l’UNICEF

Aide humanitaire

Plus de 11.000 enfants ont été tués, mutilés ou blessés au Yémen depuis 2015 et près de 4.000 ont été enrôlés dans la guerre qui ravage ce pays depuis plus de huit ans, ont indiqué lundi les Nations Unies.

Parmi les 11.019 victimes, 3.774 enfants sont morts, a précisé le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) dans un communiqué.

Alors que la trêve négociée par l’ONU a permis de réduire considérablement l’intensité du conflit, 62 autres enfants ont été tués ou blessés entre la fin de la trêve, début octobre, et la fin novembre.  Au moins 74 enfants figurent parmi les 164 personnes tuées ou blessées par des mines terrestres entre juillet et septembre 2022 seulement.

Ces nouveaux chiffres, couvrant la période de mars 2015 au 30 septembre 2022, ne prennent en compte que les cas vérifiés par l’agence onusienne. Le bilan réel est donc « vraisemblablement beaucoup plus élevé », relève l’UNICEF.

Un enfant dénutri dans un centre d'alimentation thérapeutique au Yémen
© UNICEF/Anwar Al-Haj
Un enfant dénutri dans un centre d'alimentation thérapeutique au Yémen

23 millions de personnes dont 13 millions d’enfants ont besoin d’aide

Durant cette période, 3.995 enfants ont été recrutés : 3.904 garçons pour prendre part aux combats, et 91 filles sur des postes de contrôle ou pour participer à certains événements. De plus, 445 enfants (tous des garçons) détenus et 152 autres enlevés (140 garçons et 12 filles).

Ce pays de la péninsule Arabique est dévasté depuis 2014 par un conflit qui oppose les houthistes, des rebelles soutenus par l’Iran, aux forces progouvernementales appuyées par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite voisine.

Près de huit ans après l’escalade du conflit, plus de 23 millions de personnes, dont près de 13 millions d’enfants, ont besoin d’aide humanitaire et de protection - soit près des trois quarts de la population totale. Plus de 17 millions de personnes, dont 9,2 millions d’enfants, n’ont pas accès à des services d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène (WASH).

Des milliers d’autres enfants en danger de mort

En outre, « des centaines de milliers (d’enfants) sont en danger de mort à cause de maladies qui pourraient être évitées ou de malnutrition sévère », a affirmé la Directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell, qui réitère un appel à l’aide humanitaire pour le Yémen.

L’agence onusienne estime que 2,2 millions d’enfants au Yémen souffrent de malnutrition aiguë, dont près de 540.000 enfants de moins de cinq ans qui souffrent de malnutrition aiguë sévère et luttent pour survivre.

Dans le même temps, la couverture vaccinale a stagné au niveau national, 28% des enfants de moins d’un an n’ayant pas reçu les vaccins de routine.

Sur un autre plan, deux millions d’enfants ne sont pas scolarisés, et ce chiffre pourrait passer à 6 millions d’enfants dont l’éducation est perturbée car au moins une école sur quatre au Yémen est détruite ou partiellement endommagée.

Un plan de réponse humanitaire de plus de 484 millions de dollars 

« Pour que les enfants du Yémen aient la moindre chance d’avoir un avenir décent, les parties en conflit, la communauté internationale et tous ceux qui ont de l’influence doivent s’assurer qu’ils sont protégés et soutenus », a ajouté Catherine Russell.

Sur le terrain, malgré les contraintes sécuritaires, l’UNICEF a soutenu le traitement de la malnutrition aiguë sévère pour plus de 260.000 enfants. L’agence onusienne a fourni un accès à une eau potable sûre et durable à 4,7 millions de personnes.

Au moins 1,6 million d’enfants ont été vaccinés contre la rougeole et la polio, qui ont peu ou pas d’accès aux soins de santé primaires. L’aide a permis à plus de 1,6 million de personnes vivant dans des zones rurales éloignées d’avoir accès aux services de santé publics.

Pour répondre à la crise humanitaire au Yémen en 2023, l’UNICEF dit avoir un « besoin urgent » de 484,4 millions de dollars.