Europe : l’OMS et l’UE lancent un plan pour réduire les méfaits de la consommation d’alcool dans 30 pays

l’OMS et l’UE lancent un plan pour réduire les méfaits de la consommation d’alcool dans 30 pays
Unsplash/chuttersnap
l’OMS et l’UE lancent un plan pour réduire les méfaits de la consommation d’alcool dans 30 pays

Europe : l’OMS et l’UE lancent un plan pour réduire les méfaits de la consommation d’alcool dans 30 pays

Santé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Union européenne (UE) ont lancé, mercredi, un nouveau projet visant à réduire les méfaits sanitaires et économiques de la consommation d’alcool dans une trentaine de pays européens.

Ce nouveau plan,  doté de 10 millions d’euros, permettra de traduire les données probantes en actions pour réduire la consommation d’alcool et ses méfaits. L’objectif est de sensibiliser le public et les décideurs politiques aux liens entre la consommation d’alcool et les risques de cancer.

Selon la branche européenne de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce plan soutiendra des mesures de politique en matière d’alcool fondées sur des données probantes afin de réduire ces risques, et développera et soutiendra la mise en œuvre de paquets de formation connexes pour les pays.

8 des 10 pays au niveau de consommation d’alcool le plus élevé au monde sont situés dans l’UE

Les 3 objectifs spécifiques d’EVID-ACTION sont axés sur les étiquettes d’avertissement sanitaire pour les boissons alcoolisées. Il s’agit également de miser sur le dépistage de l’alcool, mais aussi le renforcement des capacités ou l’éducation à la santé. Le projet intitulé « des faits à l’action » soutient ainsi les actions menées dans l’ensemble de l’UE, ainsi qu’en Islande, en Norvège et en Ukraine, pour réduire la consommation nocive d’alcool.

« L’UE a le plus haut niveau de consommation d’alcool au monde. Non seulement l’alcool peut provoquer des maladies mortelles, mais il peut aussi causer des préjudices économiques et exercer des pressions financières sur les systèmes sociaux et de soins de santé des pays de l’UE, qui sont déjà mis à rude épreuve en raison de la pandémie de Covid-19, des conflits et des urgences humanitaires », a déclaré John F. Ryan, Directeur de la santé publique à la Commission européenne.

Selon le rapport de situation mondiale sur l’alcool et la santé 2018, huit des dix pays ayant le niveau de consommation d’alcool le plus élevé au monde sont situés dans l’Union européenne (UE). Les données de l’OMS montrent que le cancer est l’une des principales causes de décès imputables à l’alcool dans l’UE.

Une femme choisit de l'alcool dans un supermarché de Moscou, en Russie.
OMS/Sergey Volkov
Une femme choisit de l'alcool dans un supermarché de Moscou, en Russie.

L'alcool est une substance cancérigène

Même de petites quantités d’alcool peuvent avoir des effets négatifs sur la santé - par exemple, environ la moitié des cas de cancer du sein imputables à l’alcool dans l’UE sont dus à une consommation légère ou modérée d’alcool.

« L’alcool est une substance cancérigène du groupe 1, dans la même catégorie que l’arsenic, l’amiante et le tabac. Pourtant, la plupart des gens n’ont pas conscience des nombreux risques que l’alcool fait courir à leur santé », a expliqué le Dr Hans Henri P. Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe.

Pour l’OMS, ce projet devrait permettre de remédier à cette situation en améliorant l’étiquetage et les connaissances en matière de santé. Il contribuera également à la réalisation des objectifs du plan européen « Vaincre le cancer », qui vise à lutter contre le cancer tout au long de la filière de la maladie - de la prévention et du dépistage précoce au diagnostic, au traitement et à la qualité de vie des patients atteints de cancer.

Le cancer est la principale cause de décès imputables à l’alcool dans l’UE, avec une part de 29% en 2016. La même année, près de 80.000 personnes sont décédées de cancers imputables à l’alcool dans l’UE, et environ 1,9 million d’années de vie ont été perdues en raison d’une mortalité prématurée ou d’un handicap.