Un enfant dans un centre de dépistage de malnutrition à Cité Soleil, Haiti

Tribune - « Il n'y a pas de temps à perdre face à l'augmentation de la faim en Haïti »

© UNICEF
Un enfant dans un centre de dépistage de malnutrition à Cité Soleil, Haiti

Tribune - « Il n'y a pas de temps à perdre face à l'augmentation de la faim en Haïti »

Aide humanitaire

Alors que les gangs ont pris le contrôle de nombreuses routes, Haïti pourrait faire face à une famine sans une aide humanitaire renouvelée et robuste, prévient le directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) dans ce pays, Jean-Martin Bauer. 

Dans une tribune publiée sur le site de l’agence onusienne, M. Bauer estime que Haïti traverse une crise d'une ampleur sans précédent qui ne peut que s'aggraver. Dans ce contexte, il n’y a pas de temps à perdre face à l’augmentation de la faim, écrit-il. 

« Il est difficile de croire qu'à seulement deux heures de vol de Miami, 4,7 millions de personnes - la moitié de la population d'Haïti - sont en proie à une crise alimentaire. Dans le quartier Cité Soleil de Port-au-Prince, 19.000 personnes souffrent de faim à des niveaux ‘catastrophiques’, selon la classification mondiale de la sécurité alimentaire. 

Dans les années 1980, j'avais l'habitude de visiter Haïti lors de voyages en famille; ma mère a fui aux États-Unis dans les années 1960 et j'ai grandi dans la banlieue de Washington, DC. Le pays était alors très pauvre mais capable de se nourrir. Maintenant que je suis témoin de sa lutte, coordonnant la réponse du Programme alimentaire mondial, je ne peux nier me sentir affecté à un niveau profondément personnel. 

Je parle créole. J'ai grandi en mangeant du riz djon djon et de la soupe joumou. J'ai toujours été très conscient de la riche histoire d'Haïti. 

Dans les années 1990, il y a eu une série de coups d'État et un embargo commercial ; des gens ont risqué leur vie pour partir sur des bateaux. Les politiques de marché libre ont ruiné les petits exploitants agricoles d'Haïti et laissé le pays fortement dépendant des importations alimentaires. Une succession de catastrophes a suivi, notamment le tremblement de terre et l'épidémie de choléra de 2010, l'ouragan Matthew en 2016 et le tremblement de terre au Sud en 2021. 

L'OMS est profondément préoccupée par l’épidémie de choléra dans la capitale Port-au-Prince et les zones environnantes.
PNUD Haiti/Borja Lopetegui Gonzalez
L'OMS est profondément préoccupée par l’épidémie de choléra dans la capitale Port-au-Prince et les zones environnantes.

Point de rupture 

La situation a désormais atteint  un point de rupture. Cette crise ne passera pas – le pays a besoin d'une aide humanitaire renouvelée et robuste. 

On me demande souvent pourquoi les choses vont si mal, si près de la maison d'adoption de ma famille. Je réponds qu'Haïti meurt de faim parce que les gangs ont pris le contrôle des ports et des routes. Cela a coupé les communautés des fermes qui les nourrissent et de l'aide humanitaire essentielle. Au cours de la dernière année, les prix des denrées alimentaires et du carburant ont grimpé en flèche. 

En septembre, des manifestations et des pillages généralisés ont éclaté. Les barrages routiers ont paralysé le pays, ce que les Haïtiens appellent un peyi lok (confinement). Le peyi lok qui a commencé le 12 septembre ressemblait beaucoup à ceux qui se sont produits dans le monde entier au cours des premiers mois de la pandémie de Covid-19 – à la différence que les gens étaient contraints de rester chez eux par peur et à cause de la violence, au lieu d'une maladie dangereuse. 

Des groupes armés s'étaient emparés du principal terminal d'importation de carburant, bloquant les flux de diesel, moteur de l'économie. Les humanitaires ont également été attaqués; deux des entrepôts du PAM ont été pillés, privant des milliers de personnes d'une aide alimentaire essentielle. Pour le personnel du PAM, se rendre au bureau signifiait franchir des barrages routiers et affronter des menaces. 

Pendant le peyi lok, des achats de panique ont éclaté. Les rayons des supermarchés se sont amincis au fil des jours. J'ai récemment rencontré un groupe de femmes à Cité Soleil alors qu'elles attendaient la nourriture indispensable du PAM. Elles m'ont dit que le travail était difficile à trouver, qu'elles n'avaient tout simplement pas les moyens d'acheter la nourriture dont elles avaient besoin. Elles buvaient de l'eau de pluie, disaient-elles. Pour le dîner, elles faisaient parfois bouillir de l'eau et ajoutaient du sel parce qu'il n'y a tout simplement rien d'autre à manger. Pendant que nous parlions, des coups de feu ont retenti et des balles ont volé au-dessus de nos têtes. Malheureusement, le peuple haïtien est habitué à la violence et à la faim. 

Haïti a besoin d'un changement de cap 

Dans ce contexte, le PAM et ses partenaires ont fourni de la nourriture à plus d'un million d'Haïtiens cette année, dont plus de 100.000 personnes depuis le confinement. Le seul moyen sûr d'entrer et de sortir de Port-au-Prince est l'avion.

Le service aérien humanitaire des Nations Unies géré par le PAM, a aidé à transporter des marchandises vitales pour la réponse au choléra. Mais si les rations d'urgence et les ponts aériens maintiendront les gens en vie, ils n'offriront pas d'avenir. 

Les groupes armés ne contrôlent plus le terminal pétrolier de Varrreux mais détiennent toujours des pans entiers de la ville. Leur mainmise sur la société haïtienne doit cesser. Les sanctions de l'ONU imposées à ceux qui les soutiennent sont un pas dans la bonne direction. Mais le travail humanitaire en Haïti a besoin d'un changement de cap. 

Avant tout, nous devons aider les agriculteurs haïtiens à nourrir leur propre peuple. Le PAM travaille avec 75 coopératives agricoles pour fournir des repas aux écoliers. 

Grâce à ce programme, chaque jour d'école, 100.000 enfants reçoivent un repas scolaire d'origine locale. Mais les troubles sociaux éloignent les enfants des écoles et les agriculteurs des marchés. Le peyi lok doit prendre fin, afin de reconstruire les systèmes alimentaires brisés du pays. 

Ce qu'Haïti vit actuellement n'est pas simplement un épisode d'instabilité qui s'atténuera dans le cadre d'un cycle régulier auquel le monde est habitué. Haïti traverse une crise d'une ampleur sans précédent qui ne peut que s'aggraver - à moins que nous n'agissions rapidement et avec une plus grande urgence ».