La hausse de l’inflation entraîne une chute notable des salaires réels, selon l’OIT

Une femme travaille dans une usine textile au Lesotho.
OIT/Marcel Crozet
Une femme travaille dans une usine textile au Lesotho.

La hausse de l’inflation entraîne une chute notable des salaires réels, selon l’OIT

Développement économique

La grave crise inflationniste combinée au ralentissement de la croissance économique dans le monde – causés en partie par la guerre en Ukraine et la crise mondiale de l’énergie – entraînent une chute notable des salaires mensuels réels dans de nombreux pays, selon un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT) publié mercredi.

D’après le Rapport mondial sur les salaires 2022-23 : l’impact de l’inflation et du COVID-19 sur les salaires et le pouvoir d’achat, l’inflation affecte le pouvoir d’achat des classes moyennes et frappe de manière particulièrement sévère les ménages à faible revenu.

L’OIT estime que les salaires mensuels dans le monde sont tombés en termes réels à moins 0,9% au premier semestre 2022. C’est la première fois depuis plus de vingt ans que l’on enregistre une croissance négative des salaires réels.

Dans les pays avancés du G20, on estime que les salaires réels au premier semestre 2022 sont tombés à moins 2,2%, alors que les salaires réels dans les pays émergents du G20 ont progressé de 0,8%, soit 2,6% de moins qu’en 2019, avant la pandémie de COVID-19.

Des ouvriers sur un chantier de construction d'une nouvelle route en Albanie.
Banque mondiale/Albes Fusha
Des ouvriers sur un chantier de construction d'une nouvelle route en Albanie.

L’inflation impacte plus durement les bas salaires

Cette crise du coût de la vie arrive après les pertes salariales significatives subies par les travailleurs et leurs familles pendant la crise de la COVID-19 qui, dans de nombreux pays, a touché plus lourdement les catégories à faible revenu.

Selon le rapport, la hausse de l’inflation a des conséquences plus lourdes sur le coût de la vie pour les personnes à faible revenu. Cela s’explique par le fait qu’elles dépensent une grande partie de leur revenu disponible pour des biens et des services essentiels, dont les prix augmentent généralement davantage que ceux des produits non essentiels.

L’inflation s’attaque également au pouvoir d’achat des personnes payées au salaire minimum, indique le rapport qui souligne que, malgré les ajustements nominaux en cours, l’accélération de l’inflation des prix grignote rapidement la valeur réelle du salaire minimum dans de nombreux pays pour lesquels on dispose de données.

Des mesures pour maintenir le niveau de vie

Selon les auteurs du rapport, il est urgent de prendre des mesures bien conçues pour aider au maintien du pouvoir d’achat et du niveau de vie des salariés et de leurs familles.

Un ajustement des taux de salaire minimum de manière adéquate pourrait être une mesure utile, compte tenu du fait que 90% des États membres de l’OIT disposent de systèmes de salaire minimum. En situation de crise, le dialogue social tripartite et la négociation collective sont de solides outils pour parvenir à un ajustement adéquat des salaires.

Parmi les autres mesures pouvant aussi réduire les conséquences de la crise du coût de la vie sur les ménages, on peut citer celles visant des catégories spécifiques, comme la distribution de bons pour les ménages à faible revenu afin de les aider à acheter des biens essentiels, ou encore la réduction de la TVA sur certains produits pour réduire le fardeau que l’inflation fait porter sur les ménages, tout en contribuant à faire baisser cette inflation.

« Nous devons prêter une attention toute particulière aux personnes ayant un emploi et qui se situent au milieu et au niveau inférieur de l’échelle des salaires. La lutte contre la détérioration des salaires réels peut contribuer à maintenir la croissance économique qui peut, à son tour, aider à revenir aux niveaux d’emploi observés avant la pandémie. Il s’agit là d’un moyen efficace de réduire la probabilité ou l’ampleur de récessions dans tous les pays et dans toutes les régions du monde », affirme Rosalia Vazquez-Alvarez, l’une des auteurs du rapport.

Une ouvrière d'une usine de confection au Laos.
© ILO/Jean‐Pierre Pellissier
Une ouvrière d'une usine de confection au Laos.

Des différences selon les régions

Le rapport, qui inclut des chiffres par régions du monde et par pays, montre qu’au premier semestre 2022, l’inflation a progressé proportionnellement plus rapidement dans les pays à revenu élevé que dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, aboutissant ainsi aux tendances régionales suivantes en ce qui concerne les salaires réels :

  • En Amérique du Nord (Canada et États-Unis), la croissance moyenne des salaires réels a chuté à zéro en 2021 pour tomber à moins 3,2% au premier semestre 2022.
  • En Amérique latine et dans les Caraïbes, la croissance des salaires réels est tombée à moins 1,4% en 2021 et à moins 1,7% au premier semestre 2022.
  • Dans l’Union européenne, au sein de laquelle les programmes de sauvegarde des emplois et les subventions salariales ont grandement permis de protéger l’emploi et les niveaux de salaire pendant la pandémie, la croissance des salaires réels a augmenté pour atteindre 1,3% en 2021 avant de chuter à moins 2,4% au premier semestre 2022.
  • En Europe de l’Est, la croissance des salaires réels a ralenti pour atteindre 4,0% en 2020 et 3,3% en 2021, puis est tombée à moins 3,3% au premier semestre 2022.
  • En Asie-Pacifique, la croissance des salaires réels a augmenté pour atteindre 3,5% en 2021 et a ralenti pour se retrouver à 1,3% au premier semestre 2022. Si l’on exclut la Chine de ces calculs – eu égard au poids important que représente ce pays dans la région - on s’aperçoit que la croissance des salaires réels a progressé beaucoup moins, à 0,3% en 2021 et à 0,7% au premier semestre 2022.
  • En Asie centrale et en Asie occidentale, la croissance des salaires réels a fortement progressé de 12,4% en 2021 mais est retombée à 2,5% au premier semestre 2022.
  • En Afrique, les chiffres font état d’une chute de la croissance des salaires réels à moins 1,4% en 2021 et d’une baisse à moins 0,5% au premier semestre 2022.
  • Dans les États arabes, les tendances salariales sont préliminaires mais l’estimation indique une faible croissance des salaires de 0,5% en 2021 et de 1,2% en 2022.