Un bâtiment endommagé à Borodianka, en Ukraine.

Le chef des droits de l’homme de l’ONU fustige les frappes de missiles sur l’Ukraine

© UNOCHA/Matteo Minasi
Un bâtiment endommagé à Borodianka, en Ukraine.

Le chef des droits de l’homme de l’ONU fustige les frappes de missiles sur l’Ukraine

Droits de l'homme

Le chef des droits de l’homme de l’ONU s’est dit choqué vendredi par les souffrances humaines persistantes en Ukraine, mises en évidence par la poursuite des frappes de missiles et de drones russes contre des infrastructures critiques, et par les récentes allégations d’exécutions sommaires de prisonniers de guerre russes. 

Selon la Mission de surveillance des droits de l’homme des Nations Unies en Ukraine (HRMMU), de nouvelles frappes de missiles ont tué mercredi au moins huit civils, dont une fille, et en ont blessé au moins 45 autres, dont sept enfants, dans la ville et la région de Kyïv. Un bébé âgé de deux jours a été tué et deux médecins blessés par un tir de roquette qui a touché un hôpital à Vilniansk, dans la région de Zaporizhzhia.

Ces victimes portent à au moins 77 civils tués et 272 blessés le nombre total de victimes vérifiées par l’ONU depuis que la Russie a commencé le 10 octobre dernier son barrage de frappes de missiles à travers le pays. 

Allégations d’exécutions sommaires de prisonniers de guerre

« Des millions de personnes sont plongées dans une situation extrêmement difficile et des conditions de vie épouvantables à cause de ces frappes », a déclaré dans un communiqué, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk. « Dans l’ensemble, cela pose de graves problèmes au regard du droit international humanitaire, qui exige un avantage militaire concret et direct pour chaque objet attaqué ».

En plus de documenter les pertes civiles, la Mission de surveillance a examiné des vidéos et d’autres informations sur les exécutions sommaires présumées de prisonniers de guerre ukrainiens et russes.

« Il y a eu de nombreuses allégations d’exécutions sommaires de prisonniers de guerre et d’autres personnes ne participant plus aux combats par les deux parties », a fait valoir M. Türk.

Parmi les vidéos que les services du Haut-Commissaire ont examiné, plusieurs ont fait surface au cours des deux dernières semaines sur les médias sociaux. Il s’agit notamment de clips vidéo du village de Makiivka qui montrent la reddition apparente des forces russes ou des groupes armés affiliés à la Russie, un homme ouvrant le feu sur des soldats ukrainiens et, par la suite, les cadavres de quelque 12 soldats russes.

« Notre mission de surveillance en Ukraine a effectué une analyse préliminaire indiquant que ces vidéos troublantes sont très probablement authentiques dans ce qu’elles montrent », a affirmé M. Türk, relevant que « ces images soulignent la nécessité de mener des enquêtes médico-légales indépendantes pour aider à établir exactement ce qui s’est passé ».

Des millions d’Ukrainiens privés d’électricité

De son côté, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) s’est dit préoccupé des conséquences des frappes russes visant des infrastructures essentielles en Ukraine et qui privent d’électricité à des millions d’Ukrainiens.

« Nos collègues en Ukraine ont pu constater qu’une vague d’attaques contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes a privé d’électricité des millions de personnes à travers le pays », a déclaré lors d’un point de presse à Genève, Jens Laerke, porte-parole d’OCHA.

Certaines régions, dont Lviv à l’ouest, Zaporijjia et Odessa au sud, et Tchernihiv au nord, ont été complètement déconnectées de l’électricité. « Beaucoup travaillent encore à la rétablir », a ajouté M. Laerke, relevant que ces coupures de courant s’ajoutent aux coupures programmées en cours.

« L’Ukraine devient de plus en plus froide. Sans électricité. Sans chauffage. Et sans un approvisionnement régulier en eau », a dénoncé le porte-parole d’OCHA.

Le récent décompte effectué par OCHA a montré que 50% de la capitale ukrainienne est toujours privée d’électricité ce vendredi matin. « Les personnes vivant dans des immeubles de plusieurs étages n’ont pas d’eau, en particulier aux étages supérieurs, en raison de la faible pression des systèmes d’approvisionnement en eau », a souligné le porte-parole d’OCHA.

Les équipes onusiennes ont appris hier jeudi que 15 des 24 oblasts de l’Ukraine étaient confrontés à des coupures d’électricité et d’eau. Les systèmes d’eau et de chauffage qui dépendent de l’électricité ont également été touchés et 15 oblasts ont connu des pénuries d’eau.

Face à cette situation, les agences de l’ONU et leurs partenaires aident les autorités à fournir des générateurs aux installations critiques telles que les hôpitaux et les écoles. Près de 400 générateurs ont déjà été livrés par les agences des Nations Unies.

Des milliers d’autres sont en cours de livraison. « Nous continuons à souligner que, conformément au droit humanitaire international, les infrastructures essentielles doivent être protégées contre les dommages »,  fait valoir le porte-parole d’OCHA.