Somalie : l'ONU déplore la forte augmentation du nombre de victimes civiles

Des femmes et des filles somaliennes attendent devant une clinique pour une consultation.
Photo ONU/Stuart Price
Des femmes et des filles somaliennes attendent devant une clinique pour une consultation.

Somalie : l'ONU déplore la forte augmentation du nombre de victimes civiles

Droits de l'homme

La forte hausse du nombre de victimes civiles en Somalie, due en grande partie aux attaques du groupe armé Al-Shabaab, a exacerbé une situation humanitaire et des droits humains déjà difficile pour le peuple somalien, a alerté lundi le chef des droits de l’homme de l’ONU.

Les derniers chiffres de l’ONU font état d’au moins 613 civils ont été tués et 948 blessés depuis le début de l’année. Selon le Bureau des droits de l’homme de l’ONU, il s’agit du nombre le plus élevé depuis 2017.

« Cette année a mis un coup d’arrêt brutal à une baisse générale des décès et des blessures documentés depuis 2017 », a déclaré Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme. « Je suis profondément préoccupé par le fait que davantage de Somaliens continuent de perdre la vie au quotidien ».

Plus largement, il s’agit d’une augmentation de plus de 30% par rapport à l’année dernière. La plupart des victimes, 315 tués et 686 blessés, ont été dues à des engins explosifs improvisés (EEI), dont au moins 94% ont été attribués à Al-Shabaab.

Vue de la banlieue nord de Mogadiscio, en Somalie, à travers la vitre d'un hôtel brisée par une balle.
Photo ONU/Stuart Price
Vue de la banlieue nord de Mogadiscio, en Somalie, à travers la vitre d'un hôtel brisée par une balle.

Le fait de cibler délibérément des civils constitue « des crimes de guerre »

D’autres pertes ont été causées par « les forces de sécurité de l’État somalien, les milices claniques et d’autres acteurs non identifiés ».

Face à cette recrudescence de l’insécurité, le chef des droits de l’homme de l’ONU a souligné le besoin crucial de rendre des comptes pour les violations flagrantes du droit international des droits de l’homme et les violations graves du droit international humanitaire - clé pour empêcher d’alimenter les cycles vicieux de la violence.

« Le fait de cibler délibérément des civils et de détruire, en tant que tels, des objets indispensables à la population civile constitue des crimes de guerre au regard du droit international. Ils doivent cesser », a dit M. Türk.

D’autres victimes ont résulté d’attentats-suicides d’Al-Shabaab, dont le plus récent a eu lieu le 29 octobre près du ministère de l’Éducation, dans la capitale Mogadiscio. Ce dernier attentat aurait fait au moins 121 morts et 333 blessés, selon le ministère somalien de la Santé.

Des attentats suicides ont ciblé la capitale somalienne

Epave d'une voiture piégée qui a explosé à Mogadiscio, en Somalie (photo d'archives).
Photo ONU/Stuart Price
Epave d'une voiture piégée qui a explosé à Mogadiscio, en Somalie (photo d'archives).

La plupart des victimes étaient des civils. Une attaque antérieure d’Al-Shabaab contre l’hôtel Hayat de Mogadiscio, le 21 août dernier, a également fait au moins 22 morts et 30 blessés parmi les civils.

J’appelle le gouvernement somalien à prendre toutes les mesures nécessaires pour renforcer la protection des civils

Pour l’ONU, toutes les parties au conflit doivent respecter leurs obligations en vertu du droit humanitaire international et veiller à ce que les civils soient protégés. Cela inclut également les éléments armés engagés aux côtés du gouvernement dans le conflit contre Al-Shabaab, ainsi que les forces internationales.

« J’appelle le gouvernement somalien à prendre toutes les mesures nécessaires - en coopération avec la communauté internationale - pour renforcer la protection des civils, conformément aux normes et standards internationaux en matière de droits de l’homme et au droit international humanitaire », a ajouté le Haut-Commissaire.

Destruction ou empoisonnement de puits par Al-Shabaab

Outre le ciblage délibéré des civils, les dernières informations recueillies par le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies indiquent qu’au cours des derniers mois, Al-Shabaab a détruit de nombreux puits. Le groupe armé djihadiste aurait également empoisonné un autre dans la région de Hiraan.

Ces attaques interviennent alors que les Somaliens sont confrontés à des difficultés extrêmes en raison de la sécheresse qui sévit dans de nombreuses régions du pays. « Al-Shabaab a également détruit une partie de la rive de la rivière Shabelle, des maisons, un pont, la mise hors service d’antennes de télécommunication et 11 écoles », ont détaillé les services du Haut-Commissaire Türk.

« Une telle destruction gratuite est répréhensible, en particulier compte tenu de la situation humanitaire difficile, avec l’échec consécutif de cinq saisons des pluies et les déplacements à grande échelle dans le pays », a conclu le chef des droits de l’homme de l’ONU.