Les Casques bleus deviennent des bâtisseurs en République centrafricaine

Un instructeur des Forces d'autodéfense terrestres japonaises donne des conseils à des soldats indonésiens sur l'utilisation d'un bulldozer pour niveler le sol lors d'un cours de formation sur l'utilisation d'équipement lourd dans les missions de maintie…
UNIC Indonesia/Rizky Ashar
Un instructeur des Forces d'autodéfense terrestres japonaises donne des conseils à des soldats indonésiens sur l'utilisation d'un bulldozer pour niveler le sol lors d'un cours de formation sur l'utilisation d'équipement lourd dans les missions de maintien de la paix de l'ONU.

Les Casques bleus deviennent des bâtisseurs en République centrafricaine

Paix et sécurité

La manipulation de machinerie lourde n'est pas l'une des premières compétences qui vient à l'esprit lorsque l'on pense aux soldats de la paix de l'ONU, mais les compétences en construction sont un élément important des capacités des Casques bleus.

Conduire une excavatrice ou un bulldozer n'est pas venu naturellement à Ryan Herdhika, soldat du 3e bataillon du génie de combat de l'armée indonésienne. Mais il vient de passer son test d'équipement de génie lourd et va bientôt être déployé au sein de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) dans le cadre du contingent indonésien de maintien de la paix. 

« Ce sera la première fois de ma vie que j'irai à l'étranger, et je suis fier que mon premier voyage soit en tant que soldat de la paix de l'ONU, pas en tant que touriste », a déclaré Ryan Herdhika, tout en montant sur une niveleuse pour s'entraîner à niveler le sol dans un terrain d'entraînement à Sentul, dans le vaste centre de maintien de la paix de l'armée indonésienne. 

Avec près de 2.700 soldats en service actif dans sept missions de paix de l'ONU, l'Indonésie est le huitième contributeur aux opérations de maintien de la paix. 

Un instructeur militaire japonais aide un soldat du 3e bataillon du génie de combat de l'armée indonésienne à perfectionner ses compétences dans la conduite d'une niveleuse.
UNIC Indonesia/Rizky Ashar
Un instructeur militaire japonais aide un soldat du 3e bataillon du génie de combat de l'armée indonésienne à perfectionner ses compétences dans la conduite d'une niveleuse.

Des fondations solides pour un processus de paix fragile 

Dans le cadre du Programme de partenariat triangulaire (PPT) de l'ONU - qui rassemble des pays qui fournissent des formateurs et des ressources, et des pays contributeurs de troupes déployées dans des missions de maintien de la paix - des ingénieurs militaires de la Force terrestre d’autodéfense terrestre  du Japon (JGSDF) possédant une vaste expérience dans l'utilisation d'équipements de génie lourd dans des missions de maintien de la paix ont formé 20 soldats indonésiens. 

Le personnel des forces armées indonésiennes qui a suivi la formation utilisera ses compétences pour aider à construire et à réparer les infrastructures de la mission des Nations Unies et du pays hôte, y compris les routes d'approvisionnement et les terrains de camps, et soutiendra les efforts de relèvement national à la suite de catastrophes naturelles en République centrafricaine. La MINUSCA est présente dans le pays depuis 2014, avec pour mandat de protéger les civils et de soutenir le fragile processus de paix et le gouvernement de transition. 

« Il s'agit d'un cours très difficile, car il faut apprendre à utiliser un ensemble diversifié d'équipements en seulement neuf semaines », a déclaré le lieutenant-colonel Tsuyoshi Toyoda, commandant de l'équipe de formation de la JGSDF. « Les stagiaires ont travaillé dur, ont réussi le test et sont prêts à être déployés ». 

Bien qu'il existe des instructeurs commerciaux disponibles pour enseigner ces compétences dans un cadre civil, la complexité des opérations de maintien de la paix des Nations Unies nécessite des formateurs ayant une expérience du maintien de la paix. 

« Sur un chantier de construction normal, les opérateurs se spécialisent dans un seul type d'équipement, mais ici, nous avons besoin que les soldats apprennent et utilisent six types de machines », a déclaré le colonel Herman Harnas, Directeur de la coopération internationale au Centre de maintien de la paix des forces armées indonésiennes. « Dans une situation de maintien de la paix, vous n'avez pas non plus le luxe d'avoir du personnel séparé pour l'entretien des véhicules - donc les soldats doivent également apprendre cela ». 

C'est la première fois qu'un tel cours de formation a lieu en Indonésie, bien que des cours similaires aient été organisés au Brésil, au Kenya, au Maroc, au Rwanda, en Ouganda et au Viet Nam, pays qui contribuent également de manière importante aux efforts de maintien de la paix de l'ONU. 

L'amélioration de la préparation et de l'efficacité des missions de maintien de la paix est au cœur de la raison d'être du Programme de partenariat triangulaire. Mais le travail d'un ingénieur de maintien de la paix servant dans des missions de l'ONU exige plus que des connaissances techniques spécialisées, et le PPT reflète la dure réalité de l'environnement de maintien de la paix. 

« Nos soldats apprennent également la discipline et l'importance de suivre les protocoles, ce qui est particulièrement important dans les situations d'urgence, lorsqu'ils doivent agir rapidement », explique le colonel Harnas. « Les soldats peuvent désormais se déployer au sein de la MINUSCA, l'une des opérations de paix les plus complexes de l'ONU ». 

Un ensemble particulier de compétences 

L'ONU s'est engagée à continuer de renforcer les capacités techniques, médicales et technologiques des soldats de la paix en uniforme, a déclaré Rick Martin, Directeur des activités spéciales au Département de l'appui opérationnel de l'ONU à New York. 

« Alors que nous sommes confrontés à de nouveaux défis opérationnels au sein des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, des unités de haute qualité dans le domaine de l'ingénierie et d'autres domaines de capacités clés devront continuer d'être un domaine prioritaire si nous voulons combler les lacunes en matière de capacités et améliorer les performances des opérations de maintien de la paix des Nations Unies », ajoute-t-il. 

L'année prochaine, les formateurs onusiens et japonais seront de retour à Sentul pour organiser un cours de formation de formateurs, cette fois pour former les futurs instructeurs d'équipement des armées de toute la région qui contribuent au maintien de la paix. D'ici là, Ryan Herdhika exploitera des équipements d'ingénierie en République centrafricaine. « Mais après mon retour, j'espère pouvoir également transmettre mes connaissances et mon expérience à mes futurs collègues soldats de la paix », dit-il.