Il faut interdire la « pauvrophobie » au même titre que le racisme et le sexisme (Expert de l'ONU)

Une femme sans abri est assise près d'une voie ferrée à Potosi, en Bolivie.
Photo OIT/Marcel Crozet
Une femme sans abri est assise près d'une voie ferrée à Potosi, en Bolivie.

Il faut interdire la « pauvrophobie » au même titre que le racisme et le sexisme (Expert de l'ONU)

Droits de l'homme

La « pauvrophobie » – les attitudes et les comportements négatifs à l'égard des personnes vivant dans la pauvreté – est tout aussi répandue, toxique et nuisible que le racisme, le sexisme et d'autres formes de discrimination; et elle doit être traitée comme telle, selon un nouveau rapport publié par l'expert des Nations Unies sur la pauvreté.

« Les gens sont victimes de stéréotypes et de discrimination uniquement parce qu'ils sont pauvres. C'est révoltant et c'est une honte pour notre société », a déclaré Olivier De Schutter, Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme et l'extrême pauvreté à l'Assemblée générale des Nations Unies, réunie pour sa 77e session à New York.

« Alors que la hausse mondiale des prix de l'énergie et des denrées alimentaires jette des millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté, celles-ci doivent être protégées non seulement des affres de la privation matérielle, mais aussi de l'humiliation et de l'exclusion causées par le fléau de la pauvrophobie », a ajouté M. De Schutter.

La pauvreté ne sera jamais éradiquée tant que l'on laissera la pauvrophobie s'envenimer, limitant l'accès à l'éducation, au logement, à l'emploi et aux prestations sociales pour celles et ceux qui en ont le plus besoin

Le Rapporteur spécial a appelé les gouvernements à revoir d'urgence leurs lois anti-discrimination et à envisager d'adopter des actions positives en faveur des pauvres afin d'éradiquer la pauvrophobie.

« Le mythe selon lequel les personnes en pauvreté sont responsables de leur condition, et donc en quelque sorte socialement inférieures, a une empreinte profonde sur les esprits et ne disparaîtra pas de lui-même », a estimé M. De Schutter. « Il est grand temps que le législateur intervienne pour interdire la discrimination fondée sur le statut socio-économique, comme de nombreux pays l'ont déjà fait pour l’origine ethnique, le sexe, l'âge ou le handicap », a-t-il ajouté.

Le rapport constate que la pauvrophobie est ancrée dans les institutions publiques et privées. Étant donné que les postes de décision sont occupés par des personnes issues de milieux plus aisés, le système est biaisé au détriment des personnes en situation de pauvreté.

A cause de la pauvrophobie, des enfants issus de familles à faibles revenus se sont vu refuser l'accès à certaines écoles
© UNICEF/Aminadab Jean
A cause de la pauvrophobie, des enfants issus de familles à faibles revenus se sont vu refuser l'accès à certaines écoles

Stéréotypes négatifs à l'encontre des personnes à faibles revenus

Le rapport détaille ainsi des cas où des enfants issus de familles à faibles revenus se sont vu refuser l'accès à certaines écoles ; où des employeurs ont jugé plus sévèrement des CV dont l'adresse laissait supposer que la personne vivait dans la pauvreté ; et où des propriétaires ont refusé de louer des appartements à des locataires bénéficiant de prestations sociales. Le rapport constate également que des juges prononçaient des peines plus sévères sur la base de stéréotypes anti-pauvres.

Les stéréotypes négatifs à l'encontre des personnes à faibles revenus sont également courants au sein des services sociaux, dans les contacts avec lesquels des personnes demandant des prestations sociales déclarent être traitées avec suspicion et mépris.

Des millions de dollars de prestations ne sont donc pas réclamés, les bénéficiaires potentiels préférant éviter l'humiliation qu'elles subissent suite à l'introduction de leur demande. C'est là une raison majeure du non-recours aux droits qui nuit gravement à l'efficacité des programmes de protection sociale dans le monde, indique le rapport.

« La pauvreté ne sera jamais éradiquée tant que l'on laissera la pauvrophobie s'envenimer, limitant l'accès à l'éducation, au logement, à l'emploi et aux prestations sociales pour celles et ceux qui en ont le plus besoin », a déclaré M. De Schutter.

« La société s'éveille enfin aux injustices du racisme, du sexisme et d'autres formes de discrimination, et met en place des lois pour les empêcher de détruire la vie des gens », a ajouté l'expert des Nations Unies. « La pauvrophobie, qui est un affront aux droits humains, doit être traitée tout aussi sérieusement ».

Il faut interdire la « pauvrophobie » au même titre que le racisme et le sexisme

NOTE

Olivier De Schutter est le rapporteur spécial des Nations unies sur l'extrême pauvreté et les droits de l'homme. Il a été nommé par le Conseil des droits de l'homme le 1er mai 2020. Les rapporteurs spéciaux font partie de ce que l'on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Les procédures spéciales, le plus grand organe d'experts indépendants du système des droits de l'homme des Nations unies, est le nom général des mécanismes indépendants d'enquête et de surveillance du Conseil qui traitent de situations spécifiques à des pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne font pas partie du personnel des Nations unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et servent à titre individuel.