RDC : 142 personnes tuées et près de 30.000 personnes déplacées par des affrontements dans l'ouest – HCR

 La République démocratique du Congo compte plus de 5,5 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays.
© UNOCHA
La République démocratique du Congo compte plus de 5,5 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays.

RDC : 142 personnes tuées et près de 30.000 personnes déplacées par des affrontements dans l'ouest – HCR

Paix et sécurité

Une flambée de violence intercommunautaire meurtrière a déplacé des milliers de personnes depuis juillet dans la localité de Kwamouth, dans l'ouest de la République démocratique du Congo (RDC), s’est alarmée mardi l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), relevant que « plus de 142 personnes ont été tuées, dont certaines ont été décapitées ».

Au 6 octobre, quelque 27.000 personnes, dont la plupart sont des femmes et des enfants, ont été déplacées par les violences et ont besoin d'une aide d'urgence dans les provinces de Kwilu et Mai Ndombé.

Par ailleurs, 2.600 personnes ont cherché refuge en République du Congo après avoir traversé le fleuve Congo en pirogue. Nombre d'entre elles ont été séparées des membres de leur famille pendant leur fuite.

Les affrontements auraient commencé à cause de taxes coutumières sur l'utilisation des terres agricoles entre les communautés Teke et Yaka. « Plus de 142 personnes ont été tuées, dont certaines ont été décapitées », a déclaré lors d’une conférence de presse régulière de l’ONU à Genève, Angele Dikongue-Atangana, Représentante du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) en RDC.

Des familles traumatisées par des affrontements soudains et violents

Face à ces violences, le gouvernement a négocié avec les dirigeants locaux et a déployé l'armée congolaise à Kwamouth pour rétablir l'ordre.« Cependant, la situation sécuritaire reste tendue », a ajouté Mme Dikongue-Atangana.

De leur côté, les gouvernements provinciaux de Mai Ndombé et de Kwilu ont établi un comité de coordination de crise et un plan multisectoriel au niveau du gouvernement pour répondre aux besoins.

Sur le terrain, de nombreuses familles qui vivaient à Kwamouth et dans les villages environnants ont quitté la région alors que le conflit s'étendait rapidement. Elles ont marché pendant des jours avant de trouver refuge à Bandundu, la capitale de la province du Kwilu, à 245 kilomètres de la ville de Kwamouth.

« La ville de Kwamouth et plusieurs villages environnants sont désormais partiellement abandonnés », a détaillé Mme Dikongue-Atangana.

Sur place, les fortes pluies ont rendu plus difficile la mise en sécurité des civils, et plusieurs routes clés sont devenues impraticables pour les véhicules humanitaires apportant une aide vitale. « Les familles restent traumatisées par les affrontements soudains et violents qui ont éclaté ces dernières semaines », a fait valoir la Représentante du HCR.

Des familles ont trouvé refuge dans la forêt avec leurs enfants

Les personnes déplacées continuent de se sentir vulnérables car leur survie dépend de la bonne volonté des autres, notamment des familles d'accueil et des autorités. Elles ont dit aux équipes du HCR qu'elles ont fui pour sauver leur vie et ont trouvé refuge dans la forêt environnante avec leurs enfants. Beaucoup ont quitté leurs fermes et leurs champs et ont abandonné leurs récoltes dans les greniers.

Face à ces récents mouvements de population, les familles d'accueil de Bandundu et d'autres villes ont accueilli les personnes contraintes de fuir, plusieurs chefs locaux donnant l'exemple. L'une d'entre elles accueille 28 personnes, dont une femme qui a subi une césarienne à l'hôpital de Bandundu peu après les affrontements et un jeune homme qui a été blessé pendant les combats.

Une autre famille d'accueil que l'équipe d'évaluation a visitée héberge 77 personnes avec une seule toilette pour tous. « Les conditions de vie sont précaires, les ressources des familles d'accueil s'épuisant rapidement », a affirmé Mme Dikongue-Atangana, ajoutant que les ménages ont commencé à se rationner et certains ne mangent qu'un seul repas par jour.

Du côté du HCR, l’urgence a été d’envoyer des bâches pour construire des abris communautaires dans le Bandundu et est prêt à répondre à d'autres besoins prioritaires en matière d'abris, d'articles ménagers et de protection.

Plus de 5,5 millions de déplacés internes et 521.000 réfugiés en RDC

Pour les civils congolais qui se sont exilés en République du Congo voisine, de nombreux demandeurs d'asile sont accueillis par des familles d'accueil. Cependant, plus de la moitié d'entre eux vivent dans des « conditions précaires », certains dormant en plein air, tandis que d'autres ont érigé des abris de fortune.

Ceux qui sont dans des familles d'accueil sont confrontés à la promiscuité. « La nourriture est rare. Plus de 30 enfants souffrant de malnutrition ont été identifiés par le personnel de santé local, dont un enfant souffrant de malnutrition sévère qui a été envoyé à l'hôpital le plus proche, à Gamboma », a détaillé la responsable du HCR.

Plus largement, le HCR appelle la communauté internationale à soutenir les efforts visant à apaiser les tensions à Kwamouth et à soulager les souffrances des personnes affectées par la violence.

A noter que le dernier déplacement en RDC exacerbe une réponse déjà gravement sous-financée pour aider les 521.000 réfugiés et plus de 5,5 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays. Seuls 40% des 225,4 millions de dollars nécessaires ont été financés.

En République du Congo, le HCR n'a reçu que 16% des 37,4 millions de dollars demandés pour sa réponse aux réfugiés en 2022.