Guerre en Ukraine : des dizaines de centres de soutien établis dans les pays accueillant des réfugiés

Des réfugiés ukrainiens arrivant au poste frontière de Medyka, en Pologne (photo d'archives)..
© OIM/Muse Mohammed
Des réfugiés ukrainiens arrivant au poste frontière de Medyka, en Pologne (photo d'archives)..

Guerre en Ukraine : des dizaines de centres de soutien établis dans les pays accueillant des réfugiés

Migrants et réfugiés

Alors que la guerre en Ukraine a engendré d’importants mouvements de populations, les agences des Nations Unies ont pu établir des dizaines de centres de soutien dans les pays accueillant des réfugiés ukrainiens.

Depuis février dernier, quelque 234.000 réfugiés ukrainiens ont pu utiliser les services de protection et de soutien fournis dans sept pays par 36 centres « Points bleus » de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Ces espaces sécurisés installés le long des voies de transit des personnes déplacées permettent aux familles et aux enfants d’accéder à différents services.

Ils visent à aider tous les réfugiés, avec une attention particulière pour les enfants, les personnes handicapées ou ayant des besoins médicaux, les personnes âgées, les personnes susceptibles d’avoir été victimes de la traite, les survivants de la violence et les réfugiés de la communauté LGBTQI+.

Ces centres « points bleus » servent également à identifier et à soutenir les enfants non accompagnés et séparés qui voyagent seuls, ainsi qu’à fournir une éducation informelle et des soins à la petite enfance aux enfants en déplacement.

À Palanca, en Moldavie, à la frontière avec l'Ukraine, un garçon repose sa tête (photo d'archives)..
© UNICEF/Vincent Tremeau
À Palanca, en Moldavie, à la frontière avec l'Ukraine, un garçon repose sa tête (photo d'archives)..

Plus de 7 millions de réfugiés dont la majorité sont des femmes et des enfants

« Ces centres jouent un rôle essentiel dans l’identification et le soutien des femmes, des enfants, des personnes handicapées et d’autres personnes vulnérables, dont nous savons qu’elles sont confrontées à de plus grands risques de violence sexiste, de traite, d’abus, de détresse psychologique et de séparation familiale », a déclaré Pascale Moreau, Coordinatrice régionale du HCR pour la situation en Ukraine.

Alors que des millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis février de cette année, le HCR et l’UNICEF ont rapidement mis en place des « points bleus » aux principaux points de passage, le long des routes de transit et dans les zones urbaines des pays voisins qui ont accueilli des réfugiés.

Il s’agit notamment de gares, de points frontaliers, de centres d’inscription pour l’assistance en espèces, de centres d’hébergement et de centres communautaires.

Plus de 7 millions d’Ukrainiens, dont la plupart sont des femmes et des enfants, sont réfugiés en Europe. À ce jour, 36 centres « points bleus » ont été créés en Bulgarie, en Hongrie, en Italie, en Moldavie, en Pologne, en Roumanie et en Slovaquie, complétant ainsi le travail des gouvernements et d’autres partenaires dans le soutien aux réfugiés.

Plus largement, les enfants réfugiés ukrainiens sont confrontés à de multiples défis et ont besoin d’un accès continu à l’apprentissage, à la protection sociale, aux soins de santé et à d’autres services essentiels.

Pour l’ONU, l’élargissement de l’accès à ces services par le biais de la nouvelle plateforme numérique des « points bleus », permettra de continuer à atteindre les personnes vulnérables qui en ont le plus besoin.