L'agriculture familiale a un potentiel de transformation utile pour l'approvisionnement alimentaire mondial

Une agricultrice récolte du gingembre noir, connu pour ses propriétés médicinales, au Cambodge.
PNUD Cambodge
Une agricultrice récolte du gingembre noir, connu pour ses propriétés médicinales, au Cambodge.

L'agriculture familiale a un potentiel de transformation utile pour l'approvisionnement alimentaire mondial

Développement économique

Dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour l'agriculture familiale, un forum mondial a débuté lundi avec pour objectif d’identifier les politiques prioritaires pour renforcer le soutien aux agriculteurs familiaux et au développement agricole dans le monde.

La Décennie se déroule jusqu'à la fin de 2028 et le forum est organisé par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Fonds international de développement agricole (FIDA).

Dans un discours vidéo à l'ouverture du forum, le Directeur général de la FAO, Qu Dongyu, a noté que le monde recule dans ses efforts pour éliminer la faim et la malnutrition.

Le nombre de personnes confrontées à la faim a augmenté en 2021 et il risque d'augmenter encore, en particulier parmi les plus vulnérables, dont près de 80% vivent dans des zones rurales et sont de petits agriculteurs familiaux.

Pascaline Mahenga, cultivatrice congolaise, pose dans son jardin.
ONU Info / Esther N’sapu
Pascaline Mahenga, cultivatrice congolaise, pose dans son jardin.

Les défis de la crise climatique et des conflits

Les agriculteurs familiaux du monde entier sont également soumis aux nouveaux défis des systèmes alimentaires partout dans le monde, créés par la crise climatique, ainsi que par les conflits. La guerre en Ukraine a ajouté une pression supplémentaire sur des systèmes agroalimentaires déjà fragiles, ont déclaré les agences des Nations Unies.

Selon le chef de la FAO, le forum offre un moyen, premièrement, de discuter « du rôle unique des agriculteurs familiaux dans la transformation de nos systèmes agroalimentaires ; deuxièmement, de faire le bilan des réalisations et des défis dans la mise en œuvre de la Décennie des Nations Unies ; et troisièmement, de renforcer la collaboration pour assurer la sécurité alimentaire mondiale, améliorer les moyens de subsistance et atteindre les objectifs de développement durable ».

« Les agriculteurs familiaux doivent être au centre des efforts visant à transformer les systèmes agroalimentaires si nous voulons faire de réels progrès vers l'élimination de la faim », a déclaré M. Qu.

Il a ajouté que « l'agriculture familiale est la principale forme d'agriculture dans les pays développés et en développement et est responsable de la production de 80% de la nourriture mondiale », en termes de valeur.

Il a noté que, souvent, ces agriculteurs familiaux ont du mal à nourrir leur propre famille.

Soutenir les agriculteurs familiaux

Depuis son lancement il y a trois ans, la Décennie des Nations Unies pour l'agriculture familiale promeut des politiques et des investissements intégrés pour soutenir les agriculteurs familiaux, et la FAO aide à la mise en œuvre nationale d'outils et de directives internationales pour renforcer l'agriculture familiale, a déclaré M. Qu.

Il a également noté que la FAO héberge la Plateforme de connaissances sur l'agriculture familiale pour faciliter l'échange d'expériences, d'innovations et de connaissances spécialisées.

En outre, le Cadre stratégique de la FAO 2022-2031 comprend un domaine de travail prioritaire visant à mieux soutenir les petits producteurs alimentaires et à obtenir des résultats concrets.

Les principaux objectifs du forum sont de fournir un aperçu général des tendances politiques et de la pertinence de l'agriculture familiale dans le cadre des efforts mondiaux pour la réalisation des objectifs de développement durable ; de souligner les principaux résultats des trois premières années de mise en œuvre ; et de réorienter l'agenda de la Décennie à travers les leçons pratiques apprises jusqu'à présent.

Les participants comprennent des représentants de gouvernements nationaux, d’agences gouvernementales, d’agences des Nations Unies, ainsi que des agriculteurs familiaux, des organisations de la société civile, des ONG, et des représentants du secteur privé, des médias et du monde universitaire.