Sommet sur l’éducation : l’ONU encourage les bailleurs de fonds à aider les pays en développement

Des jeunes filles étudient devant une école soutenue par l’UNICEF dans la région du Tigré, en Éthiopie.
© UNICEF/Esiey Leul Kinfu
Des jeunes filles étudient devant une école soutenue par l’UNICEF dans la région du Tigré, en Éthiopie.

Sommet sur l’éducation : l’ONU encourage les bailleurs de fonds à aider les pays en développement

Culture et éducation

Au deuxième jour du Sommet sur la transformation de l’éducation samedi au siège de l’ONU, à New York, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a encouragé les bailleurs de fonds à investir dans un nouveau mécanisme permettant de financer l’éducation dans les pays en développement.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les deux tiers des pays ont réduit leur budget de l'éducation, alors que l’éducation est cruciale pour des sociétés pacifiques, prospères et stables.

« La réduction des investissements garantit pratiquement des crises plus graves plus tard. Nous devons injecter plus, et non moins, d'argent dans les systèmes d'éducation », a déclaré le chef de l’ONU lors d’un point de presse aux côtés de l’Envoyé spécial des Nations Unies pour l'éducation globale, Gordon Brown, ancien Premier ministre britannique.

Le Secrétaire général a noté que les pays riches peuvent augmenter le financement provenant de sources nationales, mais que de nombreux pays en développement sont touchés par la crise du coût de la vie et ont un besoin urgent de soutien pour l'éducation.

Petite Amal, une poupée géante représentant une réfugiée syrienne de 10 ans, visite le siège de l'ONU lors du Sommet sur la transformation de l'éducation.
ONU Info /Abdelmonem Makki
Petite Amal, une poupée géante représentant une réfugiée syrienne de 10 ans, visite le siège de l'ONU lors du Sommet sur la transformation de l'éducation.

Accroître les ressources

Il s’est félicité du lancement de la Facilité internationale de financement pour l'éducation par Gordon Brown et plusieurs pays et institutions.

« La Facilité n'est pas un nouveau fonds, mais un mécanisme visant à accroître les ressources mises à la disposition des banques multilatérales pour fournir un financement à faible coût à l'éducation. Avec le temps, nous nous attendons à ce qu'il devienne une facilité de 10 milliards de dollars pour éduquer la génération de jeunes de demain », a souligné M. Guterres.

Ce mécanisme vise à obtenir des financements pour les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure – qui comptent la moitié des enfants et des jeunes dans le monde – et pour la majorité des enfants déplacés et réfugiés dans le monde. Il complétera et travaillera parallèlement aux outils existants, comme le Partenariat mondial pour l'éducation, qui fournissent des subventions et d'autres formes d'assistance.

« J'exhorte tous les donateurs internationaux et les organisations philanthropiques à y investir », a dit le Secrétaire général.

Clôture du Sommet lundi

Le Sommet sur la transformation de l’éducation a débuté vendredi 16 septembre au siège de l’ONU à New York par une journée de mobilisation organisée par des jeunes.

A l’échelle mondiale, seulement un tiers des enfants de dix ans sont capables de lire et de comprendre un texte simple, a indiqué le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Lundi, António Guterres clôturera le sommet par une déclaration en présence de leaders mondiaux dans la salle de l’Assemblée générale des Nations Unies.