António Guterres : « Unissons-nous, plutôt que de nous combattre, pour relever nos défis communs »

Le Secrétaire général de l'ONU António Guterres fait sonner la Cloche de la paix lors d'une cérémonie au siège des Nations Unies.
Photo ONU/Mark Garten
Le Secrétaire général de l'ONU António Guterres fait sonner la Cloche de la paix lors d'une cérémonie au siège des Nations Unies.

António Guterres : « Unissons-nous, plutôt que de nous combattre, pour relever nos défis communs »

Paix et sécurité

Réunis vendredi 16 septembre autour de la Cloche de la paix au siège des Nations Unies, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et le Président de l’Assemblée générale, Csaba Kőrösi, ont commémoré la Journée internationale de la paix, en présence de l’Ambassadeur du Japon, Kimihiro Ishikane, et de la Secrétaire générale adjointe à la Communication globale, Melissa Fleming.

MM. Guterres et Kőrösi ont rappelé que les conflits internes et internationaux s’interposent dans la quête de nos objectifs futurs et « les repoussent toujours plus loin ».

« La paix est attaquée de toute part, dans nos régions, nos pays et nos communautés et le poison de la guerre infecte notre monde », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, quelques minutes avant de faire retentir symboliquement la Cloche de la paix de l’ONU.

La Cloche de la paix est une cloche traditionnelle que le Japon a offerte comme symbole de paix en 1954 aux Nations Unies, alors que le pays ne faisait pas encore partie de l’Organisation.

Lors de la cérémonie annuelle ce vendredi, António Guterres a dressé un constat attristé des tensions internationales, appelant en termes véhéments l’humanité, plutôt qu’à se confronter sur les champs de bataille, à s’unir pour relever les défis communs de la pauvreté, de la faim et des inégalités, du changement climatique et de la perte de biodiversité.

Il a appelé « à faire la paix plutôt qu’à faire la guerre, au nom des  pays en développement victimes d’un système financier international profondément inique, et, au nom de l’égalité de tous, en mettant fin à toutes formes de discrimination, de racisme et de discours de haine ».

Csaba Kőrösi, Président de l'Assemblée générale, lors de la cérémonie de la Cloche de la paix.
Photo ONU/Cia Pak
Csaba Kőrösi, Président de l'Assemblée générale, lors de la cérémonie de la Cloche de la paix.

Puiser dans la diversité notre force collective

Abordant à son tour le thème central de cette commémoration intitulée « En finir avec le racisme et construire la paix », Csaba Kőrösi a souligné le rôle essentiel de l’éducation et de la science pour abattre les stéréotypes qui nourrissent le racisme.

« La diversité des idées inspire la créativité et stimule l’innovation », a-t-il déclaré. « C’est dans cette diversité que nous puisons notre force collective. Celle-ci doit nous servir à travailler ensemble, en partenariat, pour en finir avec le racisme et les discriminations ».

Le Président de l’Assemblée générale, dans cet esprit, a rappelé que l’Assemblée générale tiendra le 21 septembre une réunion de haut niveau marquant le 30e anniversaire de la Déclaration sur les droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques.

« L’occasion de renouveler nos engagements à pratiquer la tolérance, l’inclusion et le respect de tous », a-t-il conclu.