ENTRETIEN - Transformer l'éducation et éviter une crise mondiale de l'apprentissage

Les enfants vont en classe dans une école d’Olyzarivka, en Ukraine. Le village a été une ligne de front pendant des semaines pendant le conflit et a été gravement endommagé.
© UNICEF/Ashley Gilbertson
Les enfants vont en classe dans une école d’Olyzarivka, en Ukraine. Le village a été une ligne de front pendant des semaines pendant le conflit et a été gravement endommagé.

ENTRETIEN - Transformer l'éducation et éviter une crise mondiale de l'apprentissage

Culture et éducation

L'un des moments forts du début de la 77è session de l'Assemblée générale est un événement visant à attirer l'attention sur la crise mondiale de l'apprentissage et à proposer des solutions pour que l'éducation soit adaptée au XXIe siècle. Avant l'événement, ONU Info s'est entretenu avec Leonardo Garnier, le Conseiller spécial chargé de faire du Sommet sur la transformation de l'éducation un succès.

De nombreux experts en éducation s'inquiètent du fait que la pandémie de Covid-19 a causé des effets incalculables aux perspectives d'éducation des enfants dans le monde, exacerbant les problèmes de baisse des normes qui existaient déjà, avec des millions d'enfants recevant une éducation minimale, inadéquate, ou pas d'éducation du tout.

Dans les jours qui ont précédé le Sommet sur la transformation de l'éducation, ONU Info a rencontré Leonardo Garnier, universitaire et ancien ministre de l’Éducation du Costa Rica, nommé par le Secrétaire général de l'ONU comme Conseiller spécial pour le Sommet.

Il a expliqué pourquoi le retour aux anciennes méthodes d'enseignement n'est pas une option, et comment l'ONU peut aider à apporter des idées nouvelles dans les salles de classe du monde entier et à améliorer les normes éducatives pour les enfants du monde entier.

Leonardo Garnier, Conseiller spécial du sommet "Transformer l'éducation".
Marco Bassano
Leonardo Garnier, Conseiller spécial du sommet "Transformer l'éducation".

ONU Info : L'ONU s'attaque actuellement à de nombreux problèmes géopolitiques majeurs, tels que la crise climatique, la pandémie et la guerre en Ukraine. Pourquoi l'éducation a-t-elle été choisie comme thème clé cette année ?

Leonardo Gardnier :  C'est précisément le bon moment pour le faire, car lorsqu'il y a un ralentissement économique, ce qui se passe généralement, c'est que l'éducation passe aux oubliettes : elle cesse d'être une priorité. Les gouvernements ont besoin d'argent, et ils cessent de dépenser pour l'éducation.

Tweet URL

Le problème, c'est que les dégâts causés ne sont visibles qu'après plusieurs années. Si l'on prend la crise de l'éducation des années 1980, ce n'est que dans les années 1990 et 2000 que l'on a commencé à voir les pertes subies par les pays en raison d'un manque d'investissement dans l'éducation.

Des millions d'enfants n'ont pas été scolarisés à cause de la pandémie. Mais la pandémie a également mis en évidence ce qui se passait depuis des années, à savoir que pour un grand nombre de ceux qui étaient scolarisés, l'apprentissage n'était pas vraiment approprié.

ONU Info : Parlez-nous de la crise éducative des années 1980. Que s'est-il passé et quelles ont été les conséquences ?

Leonardo Garnier : Dans de nombreuses régions du monde, on a assisté à une stagflation et à une réduction considérable des budgets de l'éducation. Les taux de scolarisation ont chuté, le nombre d'enseignants a diminué et de nombreux enfants n'ont pas eu accès à l'éducation, en particulier à l'enseignement secondaire.

Cela signifie que, dans de nombreux pays, seule la moitié de la population active a terminé l'école primaire. Lorsque l'on observe l'augmentation de la pauvreté et des inégalités dans de nombreux pays, il est très difficile de ne pas faire le lien avec la réduction des possibilités d'éducation dans les années 1980 et 1990.

ONU Info : Pensez-vous que ce que nous voyons aujourd'hui va potentiellement conduire à une répétition de cette situation ?

Leonardo Garnier : Cela pourrait arriver. Entre 2000 et 2018, nous avons assisté à une augmentation des taux de scolarisation dans la plupart des pays, ainsi que des investissements dans l'éducation. À partir de là, les budgets éducatifs ont commencé à être réduits, puis la pandémie a frappé.

Et là, ce que vous avez, c'est vraiment deux années pendant lesquelles l'éducation s'est arrêtée dans de nombreux pays, parallèlement à une crise économique. Donc oui, il y a un risque qu'au lieu de se remettre de la pandémie, nous nous retrouvions dans une position encore pire qu'en 2019.

Ce que le Secrétaire général des Nations Unies dit, c'est que nous devons protéger l'éducation de ce gros coup, et récupérer ce que nous avons perdu dans cette pandémie. Mais nous devons en fait aller plus loin.

Avec l'ODD 4 [l'objectif de développement durable visant à améliorer l'accès à une éducation de qualité pour tous], l'ONU et la communauté mondiale se sont fixé des objectifs très ambitieux.

On pourrait penser que tout le monde devrait avoir droit à l'éducation mais, si nous continuons à faire les choses comme avant la pandémie, nous n'y arriverons pas.

Au sommet « Transformer l'éducation », nous voulons faire passer le message suivant : si nous voulons vraiment que chaque jeune de la planète ait droit à une éducation de qualité, nous devons faire les choses différemment. Nous devons transformer les écoles, la façon dont les enseignants enseignent, la façon dont nous utilisons les ressources numériques et la façon dont nous finançons l'éducation.

Une jeune fille étudie en ligne chez elle à Abidjan, en Côte d'Ivoire.
Photo : ©UNICEF/ Frank Dejongh
Une jeune fille étudie en ligne chez elle à Abidjan, en Côte d'Ivoire.

ONU Info : Quelle est votre vision d'un système éducatif adapté au XXIe siècle ?

Leonardo Garnier : Il s'agit du contenu, de ce que nous enseignons et de la pertinence de l'éducation. D'un côté, nous avons besoin des éléments fondamentaux de l'éducation - la lecture, l'écriture, le calcul, la pensée scientifique - mais nous avons également besoin de ce que certains appellent les compétences du XXIe siècle. Des compétences sociales, des compétences en matière de résolution de problèmes.

Les enseignants doivent transmettre des connaissances en éveillant la curiosité, en aidant les élèves à résoudre des problèmes et en les guidant dans le processus d'apprentissage. Mais, pour ce faire, les enseignants ont besoin d'une meilleure formation, de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires, car dans de nombreux pays, la rémunération des enseignants est très faible.

Ils doivent comprendre que leur autorité ne vient pas simplement du fait qu'ils disposent de plus d'informations que leurs élèves, mais de leur expérience et de leur capacité à diriger le processus d'apprentissage.

Dans toute activité professionnelle, la productivité résulte en partie des outils que nous utilisons. Lorsque nous parlons d'éducation, nous utilisons les mêmes outils depuis environ 400 ans ! Avec la révolution numérique, les enseignants et les apprenants pourraient avoir accès à des outils beaucoup plus créatifs pour enseigner et apprendre.

Au sommet, nous disons que les ressources numériques sont ce que les économistes appellent un bien public typique : leur production nécessite beaucoup d'investissements et n'est pas bon marché, mais une fois qu'elles sont produites, tout le monde peut les utiliser.

Nous voulons que les ressources d'apprentissage numériques soient transformées en biens publics, afin que chaque pays puisse partager ses propres ressources avec d'autres pays. Par exemple, les enseignants d'Argentine pourraient partager leur contenu avec ceux d'Espagne. L'Égypte a un beau projet d'éducation numérique qui pourrait être partagé avec de nombreux autres pays arabes.

Le potentiel est là, mais nous devons tout rassembler dans un partenariat pour les ressources d'apprentissage numériques. C'est un autre point que nous appelons de nos vœux lors du sommet.

ONU Info
L'éducation est un droit humain

Le Sommet sur la transformation de l'éducation

Le Sommet « Transformer l'éducation » se déroule les vendredi 16, samedi 17 et lundi 19 septembre.

  • Le vendredi 16 septembre est la Journée de mobilisation, qui sera dirigée et organisée par les jeunes, et qui permettra de faire part des préoccupations des jeunes concernant leur éducation aux décideurs et aux responsables politiques. Elle sera axée sur la mobilisation du public mondial, des jeunes, des enseignants, de la société civile et d'autres acteurs, afin de soutenir la transformation de l'éducation dans le monde entier.
  • Le samedi 17 septembre est consacré aux solutions et se veut une plateforme pour les initiatives qui contribueront à transformer l'éducation. La journée s'articule autour de cinq thèmes : des écoles inclusives, équitables, sûres et saines ; l'apprentissage et les compétences pour la vie ; le travail et le développement durable ; les enseignants, l'enseignement et la profession enseignante ; l'apprentissage et la transformation numériques ; et le financement de l'éducation.
  • Le lundi 19 septembre est la Journée des dirigeants, qui tire parti du fait que de nombreux chefs d'État et de gouvernement se rendront à New York cette semaine-là. Attendez-vous à une multitude de déclarations nationales d'engagement de la part de ces dirigeants.