Covid-19 : « le monde n’a jamais été dans une meilleure position pour mettre fin à la pandémie », selon l’OMS

Une infirmière se prépare à administrer un vaccin contre la Covid-19 au Brésil.
PAHO/Karina Zambrana
Une infirmière se prépare à administrer un vaccin contre la Covid-19 au Brésil.

Covid-19 : « le monde n’a jamais été dans une meilleure position pour mettre fin à la pandémie », selon l’OMS

Santé

Alors que le nombre de nouvelles victimes a été la semaine dernière « le plus bas depuis le début de la pandémie en mars 2020 », le monde est en position de force pour mettre fin à la maladie, a indiqué mercredi le Chef de l’Agence sanitaire mondiale des Nations Unies.

Grâce à Omicron et la vaccination, la fin de la pandémie serait proche, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Nous n’avons jamais été en meilleure position pour mettre fin à la pandémie », a déclaré depuis Genève, lors d’une conférence de presse virtuelle de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

Ce vent d’optimisme teinté de relative prudence intervient alors que le nombre des nouvelles infections hebdomadaires a diminué de 28% au cours de la semaine du 5 au 11 septembre 2022, par rapport à la semaine précédente, avec plus de 3,1 millions de nouveaux cas signalés.

Par exemple, le Pacifique occidental et l’Europe ont chacun dû faire face à plus d’1 million de cas additionnels, selon les données publiées mercredi par l’OMS.

Dans le même temps, le nombre de nouveaux décès hebdomadaires a baissé de 22%, par rapport à la semaine précédente, avec plus de 11.000 décès signalés.

« Nous n’y sommes pas encore, mais la fin est en vue » - le Dr Tedros

Mais si on voit la sortie du tunnel, , il est encore prématuré de déclarer la fin de la pandémie de Covid-19.  « Nous n’y sommes pas encore, mais la fin est en vue », a d’ailleurs insisté le Dr Tedros.

Dans ce combat contre la maladie, le Chef de l’OMS a usé de la métaphore du marathon pour expliquer le chemin qui nous reste pour la victoire finale. « Un marathonien ne s’arrête pas lorsque la ligne d’arrivée est en vue. Il court plus fort, avec toute l’énergie qui lui reste », a dit le Dr Tedros, relevant que le monde doit faire de même.

« Nous pouvons voir la ligne d’arrivée. Nous sommes en position de gagner. Mais c’est le pire moment pour arrêter de courir », a-t-il fait valoir.

Dans cette épreuve d’endurance, le moment n’est donc pas venu d’arrêter les efforts pour réduire la prévalence du coronavirus, alors que la pandémie ralentit depuis plusieurs semaines. « C’est maintenant qu’il faut courir plus fort et s’assurer de franchir la ligne et de récolter les fruits de ce dur labeur », a détaillé le Dr Tedros.

Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus
Photo : ONU/Evan Schneider
Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus

Seule l’Afrique a signalé une hausse de 10% des décès

A quelques mètres de l’arrivée, le danger serait de baisser la garde. « Si nous ne saisissons pas cette opportunité maintenant, nous courons le risque d’avoir plus de variants, plus de morts, plus de perturbations et plus d’incertitudes. Saisissons donc cette opportunité », a mis en garde le Chef de l’OMS.

Cette baisse des infections et des décès dans le monde s’est d’ailleurs traduite dans pratiquement toutes les régions de l’OMS. Au niveau régional, le nombre de nouveaux cas hebdomadaires signalés a diminué dans les six régions de l’OMS.

Avec -36%, le Pacifique occidental se signale par la baisse la plus importante. Suivent le continent africain (-33%), les Amériques (-27%), l’Asie du Sud-Est (-20%), la Méditerranée orientale (-19%) et la Région européenne (-15%).

Côté nouveaux décès, le nombre a atteint un peu moins de 11.000, en recul de 20%. Seule l’Afrique a dû faire face à une augmentation de 10%. Sinon, le nombre de nouveaux décès hebdomadaires a diminué dans les cinq autres régions.

Six nouvelles notes d’orientation pour lutter contre la pandémie

Avec 31% de réduction, l’Europe a ainsi obtenu la plus importante diminution. Suivent  l’Asie du Sud-Est (-25%), la Région des Amériques (-22%), le Pacifique occidental (-11%), et la Méditerranée orientale (-10%).

Comme pour montrer que malgré ces nouvelles encourageantes, le combat est loin d’être fini, l’OMS a rendu public ce mercredi « six nouvelles notes d’orientation qui présentent les principales mesures que tous les gouvernements doivent prendre maintenant pour terminer la course ». Il s’agit notamment de la « gestion clinique du coronavirus » ou des tests.

L’OMS s’est penché également sur les « objectifs de vaccination » contre la Covid-19. « Nous exhortons tous les pays à investir dans la vaccination de 100% des groupes les plus à risque, y compris les travailleurs de la santé et les personnes âgées, en tant que priorité absolue sur la voie d’une couverture vaccinale de 70% », a affirmé le Dr Tedros.

Ce document de synthèse se prononce sur le maintien des mesures de prévention et de contrôle de l’infection dans les établissements de santé. Il s’agit aussi de recommandations sur l’instauration de la confiance par la communication des risques et l’engagement de la communauté ; et la gestion de l’infodémie.

Plus de 606 millions de cas dont près de 6,5 millions de morts dans le monde

Plus largement, l’OMS évoque « un résumé basé sur les preuves et l’expérience des 32 derniers mois ». Le document s’est basé sur ce qui fonctionne « le mieux pour sauver des vies, protéger les systèmes de santé et éviter les perturbations sociales et économiques ».

Pour le Chef de l’OMS, « ces notes d’orientation sont un appel urgent aux gouvernements pour qu’ils examinent attentivement leurs politiques et les renforcent pour la Covid-19 et les futurs agents pathogènes à potentiel pandémique ».

Au total, 6.495.110 de personnes ont succombé au coronavirus depuis le début de la pandémie. Plus de 606 millions de personnes ont été infectées.

Concernant la vaccination, plus de 12,6 milliards de doses de vaccin ont été administrées dans le monde, selon un décompte établi par l’OMS le 13 septembre 2022. Dans ce lot, le mécanisme COVAX a livré « plus de 1,7 milliard de doses de vaccin » dans le monde, notamment pour les pays en développement.