La RDC déclare une nouvelle épidémie d’Ebola après la confirmation d’un cas au Nord-Kivu - OMS

En RDC, des agents de santé revêtent leur équipement de protection individuelle avant d'entrer dans la zone où les personnes potentiellement atteintes du virus Ebola sont placées en quarantaine pour être suivies et traitées (janvier 2019).
Banque mondiale/Vincent Tremeau
En RDC, des agents de santé revêtent leur équipement de protection individuelle avant d'entrer dans la zone où les personnes potentiellement atteintes du virus Ebola sont placées en quarantaine pour être suivies et traitées (janvier 2019).

La RDC déclare une nouvelle épidémie d’Ebola après la confirmation d’un cas au Nord-Kivu - OMS

Santé

Les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo (RDC) ont déclaré, mardi, une épidémie d’Ebola après la confirmation d’un cas dans l'Est du pays, a annoncé l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU, relevant qu’une femme de 46 ans est décédée du virus Ebola au Nord-Kivu.

Il s’agit de la quinzième épidémie d’Ebola depuis 1976 en RDC, dont sept ont eu lieu depuis 2018.

« Les résurgences d’Ebola se produisent plus fréquemment en RDC, ce qui est préoccupant. Cependant, les autorités sanitaires du Nord-Kivu ont réussi à stopper plusieurs flambées d’Ebola et, en s’appuyant sur cette expertise, il ne fait aucun doute que celle-ci sera rapidement maîtrisée », a déclaré dans un communiqué, la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.  

160 cas contacts identifiés

Une femme de 46 ans est décédée le 15 août dernier à Beni, une zone de santé située au Nord-Kivu. Elle a reçu des soins à l’hôpital de référence de Beni, initialement pour d’autres affections, mais a ensuite présenté des symptômes compatibles avec la maladie à virus Ebola.

Les antennes de Beni et de Goma de l’Institut national de recherche biomédicale de la RDC ont confirmé la présence du virus Ebola dans les échantillons prélevés sur la patiente. Les analyses ont montré que le cas était génétiquement lié à l’épidémie d’Ebola de 2018-2020 dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri - la plus longue et la plus importante du pays.

Sur le terrain, des efforts pour endiguer l’épidémie actuelle sont déjà en cours. Le personnel de l’OMS et les autorités sanitaires congolaises ont identifié 160 cas contacts à ce jour. Leur santé est étroitement surveillée. Des enquêtes sont également en cours pour déterminer le statut vaccinal du cas confirmé.  

200 doses des vaccins Ebola rVSV-ZEBOV seront envoyées cette semaine à Beni

Les équipes « sont déjà à pied d’œuvre sur le terrain pour mener les activités de riposte ». Il y a 1.000 doses de vaccins Ebola rVSV-ZEBOV disponibles dans le stock du pays, dont 200 seront envoyées à Beni cette semaine. Selon l’OMS, la vaccination en anneau, qui consiste à vacciner les contacts et les contacts des contacts afin de freiner la propagation du virus et de protéger des vies, devrait commencer sous peu.

Au Nord-Kivu, la dernière flambée dans la zone de santé de Beni, a été maîtrisée en deux mois environ, s’achevant le 16 décembre 2021. Selon l’OMS, 11 cas avaient été recensés (huit confirmés, trois probables), dont six décès.

La RDC avait déclaré le 4 juillet dernier la fin de sa 14ème épidémie d’Ebola commencée à Mbandaka, la capitale de la Province de l’Équateur, dans le nord-ouest du pays. Il s’agissait de la troisième épidémie dans la province depuis 2018 et la 14ème dans le pays.

La maladie à virus Ebola est souvent mortelle, mais des vaccins et traitements existent maintenant contre cette fièvre hémorragique, qui se transmet à l’homme par des animaux infectés. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées.