Les travailleurs humanitaires représentent « ce que l’humanité a de meilleur » - Guterres

Une employée d'OCHA parle à des personnes vulnérables à Damas, en Syrie.
© UNOCHA
Une employée d'OCHA parle à des personnes vulnérables à Damas, en Syrie.

Les travailleurs humanitaires représentent « ce que l’humanité a de meilleur » - Guterres

Aide humanitaire

Les centaines de milliers de travailleurs humanitaires dans le monde qui consacrent leur vie à aider les personnes dans le besoin « représentent ce que l’humanité a de meilleur », a déclaré vendredi le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, dans son message vidéo à l'occasion de la Journée mondiale de l'aide humanitaire.

Tweet URL

« Très loin des projecteurs, les humanitaires travaillent sans relâche pour faire de notre planète un monde meilleur », a souligné le chef de l’ONU. 

« Envers et contre tout, souvent au péril de leur vie, les humanitaires apaisent les souffrances dans les conditions les plus dangereuses qui soient », a-t-il ajouté. 

La Journée mondiale de l'aide humanitaire est célébrée chaque année le 19 août, une décision prise par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2008 pour commémorer l'anniversaire de l'attentat à la bombe de 2003 contre quartier-général de l'ONU à Bagdad, en Iraq, qui a tué 22 travailleurs humanitaires. 

Le thème de cette année - Il faut tout un village - souligne le fait que chaque fois et partout où les gens sont en crise, il y en a d'autres qui les aideront. 

« Ce village comprend les personnes touchées, toujours les premières à intervenir lorsqu’une catastrophe frappe – dans un esprit d’entraide entre voisins. Il comprend la communauté mondiale qui se mobilise pour aider ces personnes à se relever et à reconstruire », a déclaré le Secrétaire général. 

« Il comprend aussi des centaines de milliers de travailleurs et travailleuses humanitaires – œuvrant à titre bénévole ou professionnel. Ce village dispense des soins de santé et des services éducatifs et apporte eau et nourriture, abri et protection, aide et espoir », a-t-il ajouté. 

Jamais le nombre de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire n’a été aussi élevé qu’aujourd’hui ; les conflits, les changements climatiques, la Covid-19, la pauvreté, la faim et des déplacements d’une ampleur inégalée en sont la cause.

 

Journée mondiale de l'aide humanitaire 2022

 

Dévouement et courage

La Journée mondiale de l’aide humanitaire est l’occasion de rendre hommage aux travailleurs et travailleuses humanitaires œuvrant partout dans le monde. 

« Nous louons leur dévouement et leur courage et saluons la mémoire de celles et ceux qui ont perdu la vie au service de cette noble cause », a dit le chef de l’ONU. 

Dans le cadre des commémorations, le Bureau des affaires humanitaires des Nations Unies, OCHA, a lancé une campagne d'une semaine sur les réseaux sociaux, #ItTakesAVillage, pour que le public fasse preuve de solidarité avec les personnes qui ont besoin d'aide et d'appréciation pour ceux qui travaillent pour la fournir. 

Les travailleurs humanitaires comprennent des enseignants, qui servent de bouée de sauvetage pour les enfants pris dans une situation de crise. Ils aident les garçons et les filles à continuer à apprendre afin qu'ils ne perdent pas leur avenir. 

Les enseignants offrent également un soutien psychosocial, en particulier aux filles, aux enfants handicapés et aux jeunes qui ont été déplacés, tels que les migrants et les réfugiés, ou ceux qui sont déracinés dans leur propre pays. 

OCHA a signalé que l'année dernière, près de 110 millions d'enfants en situation d'urgence ont pu accéder à une éducation formelle ou non formelle, y compris l'apprentissage précoce. 

UNFPA assiste les femmes à travers le monde

Pendant ce temps, le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) veille à ce que les interventions d'urgence accordent la priorité aux besoins, aux droits et à la dignité des femmes et des filles. 

Cette année, l'agence vise à atteindre 54,5 millions de femmes, de filles et de jeunes touchés par la crise avec des soins de santé, notamment des informations et des fournitures en matière de santé sexuelle et reproductive. 

Des personnes comme Shakila Parvin, une sage-femme formée par l'UNFPA au service des réfugiés rohingyas dans les camps de Cox's Bazar, au Bangladesh, sont l'épine dorsale de son travail humanitaire. 

Elle a prodigué des soins obstétriques afin que les mères puissent accoucher en toute sécurité, même au milieu d'importantes inondations provoquées par les pluies de mousson. 

« En assurant ces services, je peux contribuer à réduire les taux de mortalité maternelle et infantile, qui est l'une des parties les plus gratifiantes de mon travail », a récemment déclaré Mme Parvin. « Quand je vois le bonheur d'une mère pour son bébé en bonne santé, ma vie a un sens ».