Agriculture : le Mexique éradique un parasite ravageur grâce à une technique nucléaire (AIEA/FAO) 

5 août 2022

La mouche méditerranéenne des fruits, l'un des insectes les plus dévastateurs pour la culture des fruits et légumes frais, a finalement été éradiquée dans l'État mexicain de Colima, grâce à une technique de stérilisation mise au point par l'AIEA, ont annoncé les autorités mexicaines cette semaine. 

En coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Mexique a utilisé une technique basée sur l’énergie nucléaire connue sous le nom de technique de l'insecte stérile (TIS) pour éradiquer la mouche des fruits, qui menaçait les cultures de fruits et légumes, les moyens de subsistance des agriculteurs, et toute l'économie du pays. 

Une méthode écologique qui dispense d'un recours aux insecticides

La méthode TIS consiste à irradier un élevage d'insectes mâles pour les stériliser. Elle fait partie des méthodes de lutte contre les insectes ravageurs les plus respectueuses de l’environnement, selon l’AIEA. Irradier aux rayons gamma ou aux rayons X des élevages d’insectes les empêche de se reproduire, sans toutefois les priver de leur activité sexuelle. La TIS ne met en jeu aucune manipulation génétique et dispense d’avoir recours aux insecticides.

Concrètement, le Mexique a élevé puis stérilisé plus de 1450 millions de mouches mâles avant de les relâcher à Colima.  Une fois dans la nature, ces mâles s'accouplent avec des femelles qui ne produiront aucune progéniture, entraînant un déclin de la population d'insectes nuisibles et, finalement, son éradication.

Détecté en avril 2021 dans le plus grand port du pays, Manzanillo, le foyer de Colima présentait un risque immédiat pour de nombreuses cultures, telles que celles des caramboles, des figues, des goyaves, des mangues, des papayes, des pamplemousses roses et des oranges. 
 

Des membres du groupe mixte de la FAO et de l'AIEA examinent le réseau de surveillance de la mouche des fruits dans le port de Manzanillo, dans l'Etat de Colima, au Mexique.
© DGSV SENASICA
Des membres du groupe mixte de la FAO et de l'AIEA examinent le réseau de surveillance de la mouche des fruits dans le port de Manzanillo, dans l'Etat de Colima, au Mexique.

Les fruits et légumes frais, un commerce primordial pour le Mexique 

Les mouches femelles endommagent les cultures en pondant des œufs dans les fruits mûrs, rendant les produits invendables et non comestibles.

Si le problème n'était pas circonscrit rapidement, le Mexique, septième producteur et exportateur mondial de fruits et légumes frais, aurait pu se voir imposer une quarantaine par d’autres pays exempts du parasite. 

Cela aurait pu affecter le commerce de fruits et légumes frais, qui génère au Mexique plus de 9 milliards de dollars par an en exportations, ainsi que des millions d'emplois locaux.

Une unité de production flambant neuve dans le Chiapas

Après avoir reçu une demande d'assistance d'urgence en avril 2021, l'AIEA et la FAO ont agi immédiatement, en envoyant des missions d'experts pour aider à mettre en place et à évaluer les actions d'éradication.

« Il s’agit d’un exemple de plus où la TIS a été utilisée avec succès pour prévenir, supprimer et éradiquer des insectes nuisibles envahissants, contribuant ainsi dans le monde entier à la sécurité et à la sûreté alimentaires », a déclaré l’entomologiste Walther Enkerlin Hoeflich à propos de cette technique, qui est une activité prioritaire de l'AIEA dans ses missions d’assistance aux États Membres, par l'intermédiaire du Centre mixte FAO/AIEA des techniques nucléaires dans l'alimentation et l'agriculture.

Les mouches mâles stériles ont été stérilisées dans une installation récemment construite au Mexique. Cette installation, dont la conception a bénéficié de l'expertise de l'AIEA, a été inaugurée en 2021. D’une capacité de production de 1000 millions de mouches stériles chaque semaine, c’est la deuxième plus grande au monde. 

Située dans l'État du Chiapas, elle est spécialisée dans la production à grande échelle d'insectes stériles. Avec l'installation d'El Pino au Guatemala, elle contribue à maintenir une barrière de confinement empêchant l'introduction et la propagation du parasite dans le nord du Guatemala, au Mexique et aux États-Unis.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.