La mosquée Al-Nouri dans la ville iraquienne de Mossoul, ici vue en 2020, avait aussi été gravement endommagée pendant l'occupation par Daech.

En Iraq, Mossoul se reconstruit en recyclant les débris du conflit avec Daech (PNUE)

Photo UNESCO
La mosquée Al-Nouri dans la ville iraquienne de Mossoul, ici vue en 2020, avait aussi été gravement endommagée pendant l'occupation par Daech.

En Iraq, Mossoul se reconstruit en recyclant les débris du conflit avec Daech (PNUE)

Climat et environnement

Cinq ans après la fin du conflit mené par Daech en Iraq, les Nations Unies ont créé un centre de recyclage des débris à Mossoul. Il a été remis ce jeudi aux autorités municipales pour un fonctionnement continu et durable.

Ce site est le fruit d’une coopération entre le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et l’Agence de l’ONU pour les migrations (OIM), avec le financement du gouvernement japonais.

L’ouverture de ce premier centre de recyclage des débris à Mossoul contribue à nettoyer les dégâts environnementaux du conflit.

Selon l’ONU, la remise du centre de recyclage des débris de Mossoul marque une étape importante dans la gestion durable d’énormes volumes de débris - estimés à 55 millions de tonnes - créés par le conflit avec Daech. Elle ouvre également la voie au recyclage des déchets de construction et de démolition courants.

Depuis 2017, le PNUE aide l’Iraq à nettoyer les énormes volumes de débris créés par le conflit avec Daech. Au départ, il s’agissait de réaliser des évaluations techniques et des ateliers de planification avec ONU-Habitat, puis de concevoir et de mettre en œuvre des projets pilotes de recyclage des débris pour soutenir les retours à Mossoul, Kirkouk et dans d’autres zones touchées par le conflit.

La bibliothèque centrale de la deuxième plus grande université d'Iraq, l'université de Mossoul, récemment réhabilitée, a été officiellement rouverte cette année par l'ONU.
PNUD Iraq
La bibliothèque centrale de la deuxième plus grande université d'Iraq, l'université de Mossoul, récemment réhabilitée, a été officiellement rouverte cette année par l'ONU.

Plus de 10.000 tonnes de débris recyclés

Jusqu’à présent, plus de 10.000 tonnes de débris ont été transformées en agrégats de construction recyclés. « Ce projet important a permis la gestion durable des énormes quantités de débris de conflit et la restauration des zones libérées d’une manière écologiquement durable », a déclaré, dans un communiqué, le Ministre iraquien de l’environnement, Jasim Abdulazeez Humadi.

Les matériaux recyclés sont principalement utilisés dans la construction de routes, des blocs de béton et les bordures de trottoir. Et grâce au projet de recyclage des débris, près de 25.000 tonnes de débris ont été récupérées et triées, dont environ la moitié a été broyée en agrégat recyclé.

Les essais de matériaux réalisés sur ces agrégats recyclés, approuvés par le Centre national d’essais structurels du ministère de la planification, confirment leur conformité aux normes de conception pour les fondations de routes et de ponts, de même que pour des blocs de béton et les bordures de trottoir.

Deux autres opérations de recyclage de débris dans le gouvernorat de Ninewa

« Ces entreprises de construction de Mossoul ont manifesté leur intérêt pour l’achat de granulats recyclés, soulignant ainsi la durabilité à plus long terme du recyclage des débris »,  a fait valoir Sami Dimassi, Directeur régional du PNUE pour l’Asie occidentale.

« En réduisant les déchets, en stimulant l’innovation et en créant des emplois, le recyclage des débris crée également une importante opportunité commerciale », a-t-il ajouté. En effet, le projet a permis de créer 240 emplois, dont 40 pourvus à des femmes, grâce à des programmes de travail contre rémunération ciblant les personnes vulnérables.

Forte de cette expérience, l’ONU a déjà mis en place deux autres opérations de recyclage de débris, à Sinjar et Hamdaniya, dans le gouvernorat de Ninewa, ainsi qu’une troisième à Hawija, dans le gouvernorat de Kirkuk, où une phase pilote impliquant l’utilisation d’un concasseur mobile a été mise en œuvre dans le village d’al-Buwaiter en 2021. 

Déjà deux autres gouvernorats touchés par le conflit - Salah al-Din et Anbar - ont également fait part de leur intérêt pour reproduire et augmenter le recyclage des débris dans leurs propres régions.