Nigéria : la situation alimentaire et nutritionnelle s’aggrave au nord-est du pays - ONU

Des enfants marchent dans la boue dans un camp de personnes déplacées à Maiduguri dans le nord-est du Nigéria.
© UNICEF/KC Nwakalor
Des enfants marchent dans la boue dans un camp de personnes déplacées à Maiduguri dans le nord-est du Nigéria.

Nigéria : la situation alimentaire et nutritionnelle s’aggrave au nord-est du pays - ONU

Aide humanitaire

Le Nigéria fait face à une crise alimentaire et nutritionnelle qui touche plus de quatre millions de personnes, ont alerté mardi les Nations Unies, insistant sur la gravité de la situation surtout en cette période de soudure.

Selon les dernières évaluations de la sécurité alimentaire, au moins 4,1 millions de personnes dans les États de Borno, Adamawa et Yobe - trois des États du nord-est du Nigéria - risquent de souffrir d’une grave insécurité alimentaire en cette période de soudure. Pour l’ONU, les mécanismes de résilience et d’adaptation des populations ont été dévastés par plus d’une décennie de conflit.

« Des millions de personnes sont confrontées actuellement au nord-est du Nigeria, aux conséquences douloureuses de la détérioration de la sécurité alimentaire et de la crise nutritionnelle. L’insécurité alimentaire signifie ne pas savoir quand ou d’où viendra votre prochain repas », a déclaré dans un communiqué, Matthias Schmale, Coordinateur résident et humanitaire des Nations Unies pour le Nigéria.

Plus l’insécurité alimentaire s’aggrave, plus le risque de malnutrition augmente. Cette année, 1,74 million d’enfants de moins de cinq ans devraient souffrir de malnutrition aiguë dans le nord-est du pays. « L’insécurité alimentaire signifie, en substance, ne pas être en mesure de répondre aux besoins fondamentaux de soi-même ou de sa famille », a ajouté M. Schmale.

Le sort préoccupant des enfants

Dans cette partie du Nigéria, les mères qui ont perdu leurs enfants à cause de la malnutrition peuvent témoigner du danger qu’elle représente et de la tristesse et du désespoir qu’elle entraîne. En visitant un centre de stabilisation nutritionnelle dans le nord-est du Nigéria, ce haut responsable des Nations Unies se souvient d’avoir vu « un spectacle obsédant d’un enfant au bord de la mort ».

« D’innombrables familles sont obligées de faire des sacrifices alarmants pour survivre. Beaucoup, en particulier les enfants, risquent de ne pas passer la période de soudure », a fait valoir le Coordinateur humanitaire des Nations Unies pour le Nigéria.

Au total, ce sont plus de 8,4 millions de personnes qui ont besoin d’une aide humanitaire, dont environ 80% sont des femmes et des enfants. Au nord-est de ce pays ouest-africain, les moyens de subsistance, les services de santé, l’éducation et d’autres domaines essentiels ont été dévastés, privant des millions de personnes d’un soutien essentiel et de la capacité de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille.

Selon l’ONU, de nombreux facteurs sont à l’origine de cette insécurité alimentaire, notamment l’insécurité due au conflit en cours, la hausse des prix des denrées alimentaires et le changement climatique. Cette situation se produit dans une région où les populations sont déjà confrontées à des vulnérabilités extrêmes.

Une réponse multisectorielle de plus de 350 millions de dollars

Le nord-est du Nigéria a traversé 12 années de conflit et d’instabilité en raison de la violence de groupes armés non étatiques comme Boko Haram. La violence a déplacé plus de 2,2 millions de personnes de leurs foyers.

Selon l’ONU, les personnes déplacées par la violence ont peu d’options. Beaucoup ont fui vers des villes de garnison pour se mettre à l’abri. « De nombreuses personnes vulnérables n’ont d’autre choix que de recourir à des mécanismes d’adaptation pour obtenir de la nourriture, tels que les mariages d’enfants, la mendicité, le travail des enfants ou le recrutement dans des groupes armés », a détaillé M. Schmale.

Pour répondre à cette urgence humanitaire, les agences humanitaires onusiennes misent en priorité sur des programmes vitaux. L’objectif est de fournir une aide en matière de sécurité alimentaire et à répondre à la malnutrition aiguë. « Les acteurs humanitaires et gouvernementaux sont prêts à intensifier leurs interventions, mais il est urgent de trouver des financements », a affirmé le Coordinateur humanitaire.

Dans le cadre du 1,1 milliard de dollars américain requis pour le plan de réponse humanitaire 2022 pour le Nigéria, une réponse multisectorielle de 351 millions de dollars a été élaborée pour sauver des vies et protéger les plus vulnérables. « Des fonds sont immédiatement nécessaires, et chaque contribution peut faire la différence », a conclu M. Schmale.