Un agent de santé de la zone de Motema Pembe se prépare à une décontamination des ménages à Mbandaka, en République démocratique du Congo.

Fin de la 14e épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo - OMS

OMS
Un agent de santé de la zone de Motema Pembe se prépare à une décontamination des ménages à Mbandaka, en République démocratique du Congo.

Fin de la 14e épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo - OMS

Santé

Les autorités sanitaires congolaises et l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU ont déclaré lundi à Kinshasa la fin de la quatorzième épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC), après 42 jours sans nouveau cas détecté à Mbandaka, dans le nord-ouest du pays.

« La RDC a déclaré aujourd’hui la fin de l’épidémie d’Ebola qui a commencé il y a moins de trois mois à Mbandaka, la capitale de la Province de l’Équateur », a confirmé dans un communiqué la branche Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il s’agissait de la troisième épidémie dans la province depuis 2018 et la quatorzième dans le pays. 

« Grâce à une solide riposte des autorités nationales, il a été rapidement mis fin à cette épidémie avec une transmission limitée du virus », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Cette épidémie avait été déclarée par les autorités sanitaires le 23 avril 2022 à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur. Les cinq cas qui ont été enregistrés sont tous décédés, parmi lesquels deux enfants de 9 ans et 12 ans.

Lors de la précédente épidémie dans la province de l’Équateur, qui a duré de juin à novembre 2020, il y a eu 130 cas confirmés et 55 décès. « Des leçons essentielles ont été apprises des précédentes épidémies et elles ont été mises en pratique pour concevoir et déployer une riposte à Ebola encore plus efficace », a ajouté la Dre Moeti.

14 épidémies d’Ebola en RDC depuis 1976, dont six depuis 2018

Fortes d’une plus grande expérience dans le contrôle d’Ebola, des équipes nationales d’urgences soutenues par l’OMS et ses partenaires ont mis en œuvre une riposte rapide dès la déclaration du début de l’épidémie, en déployant des mesures de lutte clés, parmi lesquelles le dépistage, le suivi des contacts, la prévention et le contrôle des infections, le traitement et l’engagement à base communautaire.

La vaccination – une mesure de protection essentielle – a été lancée tout juste quatre jours après que l’épidémie ait été déclarée. Au total, 2104 personnes ont été vaccinées, parmi lesquelles 302 personnes contacts et 1307 travailleurs de première ligne.

La RDC a désormais enregistré 14 épidémies d’Ebola depuis 1976, dont six ont eu lieu depuis 2018. « L’Afrique connait une hausse des cas d’Ebola et d’autres maladies infectieuses qui passent des animaux aux humains et touchent de vastes zones urbaines », a déclaré la Dr Moeti. « Nous devons être encore plus vigilants pour nous assurer de détecter les cas rapidement. La riposte à cette épidémie montre qu’en renforçant la préparation, la surveillance et la détection rapide des cas, nous pouvons garder une longueur d’avance. »

Bien que l’épidémie à Mbandaka soit déclarée terminée, les autorités sanitaires poursuivent les activités de surveillance et se tiennent prêtes à réagir rapidement à toute flambée de cas. Il n’est pas rare que des cas sporadiques émergent à la suite d’une épidémie.

La maladie, qui affecte les humains et d’autres primates, est grave et souvent mortelle. Les taux de létalité ont varié de 25 % à 90 % lors des épidémies précédentes. Néanmoins, avec le traitement efficace actuellement disponible, les patients ont une chance de survie considérablement plus élevée s’ils sont traités de façon précoce et s’ils reçoivent des soins de soutien.