L'OIM appelle à mieux protéger les migrants après des décès à la frontière entre le Tchad et la Libye

1 juillet 2022

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déploré vendredi la mort d'au moins 20 migrants dans le désert libyen et renouvelle son appel à une action plus forte pour protéger les migrants le long de la frontière entre le Tchad et la Libye. 

Le 28 juin, les corps de 18 personnes, vraisemblablement des Tchadiens et deux Libyens, auraient été retrouvés près de la frontière avec le Tchad. Selon les services d'ambulance et d'urgence libyens, le groupe serait mort de déshydratation.

« La mort de vingt personnes dans le désert libyen est un nouveau signal d'alarme pour l'ensemble de la communauté internationale et un rappel que nous sommes très loin d'atteindre l'objectif de ‘ne laisser personne derrière’, le mantra de l'Agenda 2030 », déclare Federico Soda, chef de mission de l'OIM en Libye.

« Les pertes de vies humaines auxquelles nous assistons en mer Méditerranée et dans les déserts du sud de la Libye sont à la fois inacceptables et évitables », a-t-il ajouté.

Le désert du Sahara fait partie des routes migratoires les plus périlleuses et les plus meurtrières du monde. Selon le projet Migrants disparus de l'OIM, plus de 2.000 décès de migrants ont été documentés depuis 2014 dans le seul désert du Sahara, mais les experts estiment que les chiffres sont plus élevés.

Des employés de l'OIM fournissent une assistance à des employés de mines affectés par des affrontements dans le nord du Tchad.
OIM
Des employés de l'OIM fournissent une assistance à des employés de mines affectés par des affrontements dans le nord du Tchad.

Augmentation des incidents

Depuis l'intensification de l'exploitation aurifère dans le nord du Tchad en 2012, la zone frontalière entre le Tchad et la Libye a connu une augmentation des incidents liés à des migrants abandonnés par des trafiquants et des passeurs, ou à des transporteurs qui se perdent.

« Ces tragédies doivent être un appel à l'action pour fournir des normes minimales de protection aux migrants, permettre les opérations de recherche et de sauvetage, renforcer la gestion humanitaire des frontières et fournir l'assistance requise de toute urgence dans cette zone extrêmement éloignée », a déclaré Anne Kathrin Schaefer, Cheffe de mission de l'OIM au Tchad.

Le mois dernier, des affrontements entre mineurs d'or dans la ville de Kouri Bougoudi, près de la frontière avec la Libye, ont fait des centaines de morts et déplacé environ 10.000 travailleurs des mines dans le nord du Tchad.

« En l'absence de voies de migration sûres, les migrants empruntent des routes risquées, tombent entre les mains de trafiquants ou se perdent dans le désert - avec des conséquences souvent dévastatrices », a déclaré Mme Schaefer.

Plus de 45.000 migrants ont été enregistrés aux points de contrôle des flux de Faya, Zouarké et Ounianga Kébir dans le nord du Tchad entre janvier et mars 2022. Parmi les migrants recensés par l'OIM durant cette période, 32% se dirigeaient vers la Libye malgré l'absence de conditions préalables de base pour assurer leur sécurité et leur protection.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.