Variole du singe : première réunion à Genève du comité d’urgence de l’OMS

23 juin 2022

Le comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur la variole du singe s'est réuni jeudi 23 juin à Genève pour décider si la flambée des cas constitue une urgence internationale mais aussi pour faire des recommandations notamment sur la vaccination.

Il s’agit de la première réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international (2005) concernant la flambée épidémique de variole du singe dans plusieurs pays. La réunion a démarré en milieu de journée, mais l’OMS n’a pas indiqué quand les conclusions des experts seront annoncées.

« La première réunion du Comité d’urgence concernant l’épidémie du variole du singe dans plusieurs pays est en cours », a confirmé dans un tweet, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). « Le comité d’urgence devrait publier une déclaration dans les jours suivant la réunion », a précisé l’OMS, relevant qu’il s’agit d’une réunion à huis clos.

Une recrudescence des cas de variole du singe a été détectée depuis mai en dehors des pays d’Afrique subsaharienne où le virus circule d’ordinaire. Les pays occidentaux sont au centre de la propagation du virus.

Du 1er janvier au 15 juin, 2.103 cas confirmés, dont un décès au Nigéria, ont été signalés à l’OMS dans 42 pays, y compris en Afrique.  Face à cette flambée mondiale des cas, l’OMS a annoncé le 14 juin dernier vouloir réunir un comité d’urgence.

La réunion du comité d’urgence de jeudi comprend des experts des régions les plus touchées. Ces derniers feront une recommandation au Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

9 comités d’urgence dont deux en cours sur la polio et la Covid-19

« Le comité d’urgence donnera son avis au Directeur général de l’OMS sur la question de savoir si l’événement constitue une urgence de santé publique de portée internationale et, dans l’affirmative, il proposera des recommandations temporaires sur la manière de mieux prévenir et réduire la propagation de la maladie et de gérer la réponse de santé publique mondiale », a détaillé l’OMS.

Connue chez l’être humain depuis 1970, la variole du singe est considérée bien moins dangereuse et contagieuse que sa cousine, la variole, éradiquée en 1980.  La maladie est due à un virus transmis à l’être humain par des animaux infectés.

La maladie virale provoque des symptômes semblables à ceux de la grippe. Elle se traduit d’abord par une forte fièvre et évolue rapidement en éruption cutanée, avec la formation de croûtes. Le plus souvent bénigne, elle guérit généralement spontanément après deux à trois semaines.

Il y a eu jusqu’à présent 9 comités d’urgence dont deux en cours sur la polio et la pandémie de Covid-19. Les précédents Comités d’urgence ont porté ces dernières années sur deux épidémies d’Ebola en République démocratique du Congo notamment dans la province de l’Équateur ainsi qu’au Kivu et Ituri.

Les experts de l’OMS s’étaient également réunis lors de la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest  (2014-2015). D’autres comité d’urgence du Règlement sanitaire international (2005) ont porté sur le H1N1, le MERS-CoV , la Fièvre jaune et le virus Zika.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.