Soudan : un tiers de la population confrontée à une insécurité alimentaire aiguë, selon le PAM

16 juin 2022

Un nombre record de 15 millions de personnes au Soudan, soit un tiers de la population, sont actuellement confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, a indiqué jeudi le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies.

Cette nouvelle évaluation de la sécurité alimentaire de l’agence onusienne confirme ainsi une « augmentation alarmante de la faim » dans ce pays du nord-est du continent africain. Le rapport montre que l’insécurité alimentaire existe dans les 18 États du Soudan et qu’elle s’est aggravée dans 16 d’entre eux.

Les dix localités les plus touchées se trouvent dans le Darfour, qui a été ravagé par près de deux décennies de conflit prolongé et de déplacements. La localité la plus touchée dans cette province est Kereneik. Dans cette localité du Darfour occidental, de nouveaux affrontements, fin avril, ont coûté la vie à au moins 179 personnes et déplacé environ 125.000 civils.

L’analyse montre que jusqu’à 90% de la population de Kereneik est en situation d’insécurité alimentaire. « Les effets combinés des conflits, des chocs climatiques, des crises économiques et politiques, de la hausse des coûts et des mauvaises récoltes enfoncent des millions de personnes dans la faim et la pauvreté », a déclaré Eddie Rowe, Représentant du PAM au Soudan.

18 millions de Soudanais pourraient basculer dans l’insécurité alimentaire

L’évaluation prévoit que la situation déjà alarmante en matière de sécurité alimentaire risque de s’aggraver tout au long de la période de soudure au Soudan. Celle-ci a débuté ce mois-ci et durera jusqu’en septembre. D’ici là, jusqu’à 40% de la population, soit environ 18 millions de personnes, pourraient basculer dans l’insécurité alimentaire, ce dont les Nations Unies ont averti au début de l’année.  

Les effets combinés de la crise économique et politique, du conflit et des déplacements de population, des chocs climatiques, notamment les sécheresses et les inondations, et des mauvaises récoltes de la dernière campagne agricole sont parmi les principaux facteurs d’insécurité alimentaire au Soudan. Comme pour aggraver la situation, le conflit en Ukraine fait encore grimper les prix des denrées alimentaires et des carburants au Soudan.

Khartoum dépend des importations alimentaires, plus de la moitié des importations de blé du pays provenant de la région de la mer Noire.

Par ailleurs, une évaluation antérieure du PAM et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) publiée en mars dernier, a révélé que les mauvaises récoltes dans de nombreuses régions du Soudan ont eu un impact négatif sur les disponibilités alimentaires et les moyens de subsistance. Sur cette base, l’évaluation globale de la sécurité alimentaire récemment publiée confirme la détérioration de la situation de la sécurité alimentaire au Soudan.

Des fillettes jouent chez elles dans le camp de déplacés de Borgo, dans le Darfour Nord, au Soudan.
© UNICEF/Shehzad Noorani
Des fillettes jouent chez elles dans le camp de déplacés de Borgo, dans le Darfour Nord, au Soudan.

La FAO redoute des « niveaux sans précédent » d’insécurité alimentaire

Au cours de l’année de récolte 2021/2022, le Soudan a pu produire 5,1 millions de tonnes de céréales, ce qui suffit à couvrir les besoins de moins de deux tiers de la population. Si la saison agricole en cours ne bénéficie pas d’un soutien solide en termes d’intrants agricoles et de services d’élevage, le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire pourrait augmenter de « façon spectaculaire ».

« L’insécurité alimentaire pourrait atteindre des niveaux sans précédent et, en fin de compte, entraîner davantage de conflits et de déplacements », a prévenu Babagana Ahmadu, Représentant de la FAO au Soudan.

Pour faire face à la forte augmentation de l’insécurité alimentaire, la FAO et le PAM appellent à une action urgente, notamment à une augmentation des financements, afin de sauver des vies et de prévenir une crise alimentaire imminente au Soudan. « Les niveaux de financement ne sont pas à la hauteur des besoins humanitaires et nous devons agir maintenant pour éviter une augmentation des niveaux de faim et pour sauver la vie des personnes déjà affectées », a insisté le Représentant du PAM au Soudan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.