Le potentiel d'Internet reste largement inexploité, selon l'agence de l'ONU pour la technologie numérique

6 juin 2022

L'immense potentiel social et économique d'Internet reste largement inexploité malgré 30 ans de croissance régulière, selon un nouveau rapport de l'Union internationale des télécommunications (UIT), l'agence spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l'information et de la communication.

Lancé pour coïncider avec l'ouverture de la Conférence mondiale de développement des télécommunications de l'UIT à Kigali, au Rwanda, le Rapport mondial sur la connectivité 2022 affirme que si un accès facile et abordable au haut débit rapide est presque omniprésent dans la plupart des pays riches, de vastes pans de l'humanité restent exclus des immenses possibilités offertes par l'expérience en ligne, freinant le développement économique et creusant les inégalités mondiales.

Alors que le nombre d'utilisateurs d'Internet est passé de quelques millions au début des années 1990 à près de cinq milliards aujourd'hui, 2,9 milliards de personnes - soit environ un tiers de l'humanité - restent totalement déconnectées, et plusieurs centaines de millions d'autres sont aux prises avec des services coûteux et un accès de faible qualité qui ne contribue guère à améliorer matériellement leur vie.

Le rapport préconise de placer la « connectivité universelle et significative » - définie comme la possibilité d'une expérience en ligne sûre, satisfaisante, enrichissante, productive et abordable pour tous - au centre du développement mondial. Il évalue également à quel point le monde est proche d'atteindre cette connectivité universelle et significative, en utilisant les objectifs de connectivité pour 2030 récemment publiés par l'UIT et le Bureau de l'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la technologie.

La pandémie de la Covid-19 a considérablement augmenté le trafic Internet, car de nombreuses activités se sont déplacées en ligne.
© UNICEF/Schermbrucke
La pandémie de la Covid-19 a considérablement augmenté le trafic Internet, car de nombreuses activités se sont déplacées en ligne.

Le coût reste un obstacle majeur

Le coût des abonnements au haut débit et des appareils numériques reste un obstacle majeur à la connectivité, confirme le rapport. Alors que l'accès à Internet est devenu de moins en moins cher dans les pays les plus riches, l'accès à Internet reste prohibitif dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire inférieur.

Et bien que le coût du haut débit - en particulier du haut débit mobile - ait considérablement baissé au cours de la dernière décennie, la majorité des économies à revenu faible et intermédiaire sont toujours en deçà de l'objectif mondial d'accessibilité de 2% ou moins du revenu national brut par habitant fixé par la Commission sur le haut débit pour le développement durable.

« L'accès équitable aux technologies numériques n'est pas seulement une responsabilité morale, il est essentiel pour la prospérité et la durabilité mondiales », a déclaré le Secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao. « Nous devons créer les bonnes conditions, notamment en promouvant des environnements propices à l'investissement, pour briser les cycles d'exclusion et apporter la transformation numérique à tous ».

Alors que la forte augmentation de la demande d'accès à Internet liée à la Covid-19 a amené quelque 800 millions de personnes supplémentaires en ligne, elle a également considérablement augmenté le coût de l'exclusion numérique, les personnes incapables de se connecter étant brusquement privées d'emploi, de scolarité, d'accès aux conseils de santé, aux services financiers, et beaucoup plus.

« Une connectivité universelle et significative est devenue l'impératif mondial de notre décennie », a déclaré Doreen Bogdan-Martin, Directrice du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT, qui a produit le rapport. « Il ne s'agit plus seulement de relier les gens - le rôle de catalyseur de la connectivité sera également absolument essentiel à notre succès dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies ».

Toujours à la recherche du « chaînon manquant »

Le rapport « Le chaînon manquant », publié en 1984 par la Commission indépendante pour le développement mondial des télécommunications créée par l'UIT, a identifié une corrélation claire entre l'accès aux télécommunications et le développement socio-économique et a exhorté tous les pays à faire de la connectivité une priorité.

Près de 40 ans plus tard, ce « chaînon manquant » persiste, mais s'est transformé en plusieurs fractures numériques :

  • La fracture des revenus - le niveau d'utilisation d'Internet dans les pays à faible revenu (22%) reste bien inférieur à celui des pays à revenu élevé, qui se rapprochent de l'utilisation universelle (91%)
  • La fracture urbaine-rurale - la part des utilisateurs d'Internet est deux fois plus élevée dans les zones urbaines que dans les zones rurales
  • Le fossé entre les sexes – dans le monde, 62 % des hommes utilisent Internet, contre 57% des femmes
  • Le fossé des générations – dans toutes les régions, les jeunes de 15 à 24 ans sont des internautes plus avides (72% en ligne) que le reste de la population (57%)
  • Le fossé de l'éducation – Dans presque tous les pays où des données sont disponibles, les taux d'utilisation d'Internet sont plus élevés pour ceux qui sont plus instruits – dans de nombreux cas, bien plus élevés.

Le rapport note que les plus grands défis liés à la connexion des personnes non connectées ne sont plus liés à la couverture du réseau, mais plutôt à l'adoption et à l'utilisation.

Avec à peine 5 % de la population mondiale encore physiquement hors de portée d'un signal à haut débit mobile, « l'écart de couverture » est désormais éclipsé par « l'écart d'utilisation » : quelque 32% des personnes qui se trouvent à portée d'un réseau à haut débit mobile et pourraient théoriquement se connecter reste toujours hors ligne, en raison de coûts prohibitifs, d'un manque d'accès à un appareil ou d'un manque de sensibilisation, de compétences ou de capacité à trouver du contenu utile.

Les choses que nous partageons en ligne peuvent se propager comme une traînée de poudre et même un petit partage peut avoir de grandes conséquences.
© UNICEF/UN051302/Herwig
Les choses que nous partageons en ligne peuvent se propager comme une traînée de poudre et même un petit partage peut avoir de grandes conséquences.

Jeunesse

Alors que les jeunes sont des utilisateurs enthousiastes des plateformes et des services en ligne dans toutes les régions du monde, les fossés béants entre et au sein des pays limitent la capacité de nombreux jeunes à exploiter le monde en ligne pour améliorer leur vie.

Seuls 40% des enfants d'âge scolaire ont accès à Internet à domicile, et nombre d'entre eux ne peuvent accéder aux services en ligne que via un téléphone mobile avec des fonctionnalités limitées pour des activités telles que l'apprentissage en ligne.

À mesure que l'environnement numérique devient plus complexe, les enfants et les jeunes ont également besoin de plus de compétences pour comprendre de manière critique le monde numérique dans lequel ils sont de plus en plus immergés. L'accès et les compétences numériques sont essentiels pour garantir que les enfants et les jeunes améliorent leurs perspectives, et il est de plus en plus reconnu que toutes les parties prenantes doivent collaborer plus efficacement pour protéger les jeunes contre les risques en ligne.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.