Le Secrétaire général de l'ONU António Guterres devant la presse.

Guerre en Ukraine : le chef de l'ONU condamne l'attaque d'une école et salue l'arrivée d'évacués de Marioupol

Photo ONU
Le Secrétaire général de l'ONU António Guterres devant la presse.

Guerre en Ukraine : le chef de l'ONU condamne l'attaque d'une école et salue l'arrivée d'évacués de Marioupol

Paix et sécurité

Le Secrétaire général des Nations Unies s’est dit consterné dimanche par l'attaque signalée le 7 mai qui a touché une école à Bilohorivka, en Ukraine, où de nombreuses personnes cherchaient à s'abriter des combats en cours.

« Cette attaque rappelle une fois de plus que dans cette guerre, comme dans tant d'autres conflits, ce sont les civils qui paient le prix le plus élevé », a souligné le porte-parole du chef de l’ONU, Stephane Dujarric, dans une déclaration au nom António Guterres

Charte des Nations Unies

M. Guterres a rappele que « les civils et les infrastructures civiles doivent toujours être épargnés en temps de guerre ».

Il a réitéré son appel à mettre fin à la guerre et rétablir la paix conformément à la Charte des Nations Unies et au droit international.

Les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires en Ukraine continueront à soutenir ceux dont la vie a été brisée par la guerre.

Dimanche, l'ONU a procédé à l'évacuation de plus de 170 personnes d'Azovstal et de Mariupol sur la base de l'accord d'évacuation qu'elle mène en partenariat avec l'organisation de la Croix-Rouge. Jusqu'à présent, plus de 600 civils ont quitté le site.

M. Guterres a déclaré que l'ONU continuera à soutenir les Ukrainiens par des actions humanitaires.

« Les écoles ne peuvent jamais être une cible de guerre »

Auparavant, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance avait fermement condamné la nouvelle attaque contre l’école à Luhansk, en Ukraine.

La Directrice de l’UNICEF a affirmé que « les écoles ne peuvent jamais être une cible de guerre ».

Catherine Russell a déclaré qu'il n'était pas encore possible de savoir combien d'enfants avaient été tués dans le bombardement, mais qu'elle craignait que l'attaque ne vienne s'ajouter aux centaines de mineurs qui ont perdu la vie depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.
 

Des civils de Marioupol évacués de l'aciérie Azovstal lors d'une opération de l'ONU et du CICR.
© UNOCHA/Kateryna Klochko
Des civils de Marioupol évacués de l'aciérie Azovstal lors d'une opération de l'ONU et du CICR.

Evacuation des civils

Dans une déclaration séparée, le Secrétaire général a salué dimanche l'arrivée d'un nouveau groupe de plus de 170 civils qui ont été évacués de l'aciérie Azovstal et d'autres zones de Marioupol dans le cadre d'une opération de passage sécurisé coordonnée avec succès par les Nations Unies et le Comité international de la Croix-Rouge.

« Ce groupe d'évacués est arrivé sain et sauf à Zaporijia aujourd'hui, 8 mai. Mes pensées vont vers eux et vers toutes les personnes en Ukraine qui souffrent de cette guerre », a dit M. Guterres.

 Le chef de l’ONU a remercié « tous ceux qui ont participé à cette opération complexe, notamment les dirigeants de Kiev et de Moscou qui ont assuré les pauses humanitaires nécessaires » et salué « la détermination et le courage des équipes de l'ONU et du CICR sur le terrain ».

 Cette dernière opération de passage sécurisé porte à plus de 600 le nombre de civils qui ont été évacués en toute sécurité de l'aciérie Azovstal et d'autres zones de Marioupol.

« J'exhorte les parties au conflit à ne ménager aucun effort pour assurer un passage sûr à tous ceux qui souhaitent partir, dans la direction de leur choix, et pour que l'aide parvienne aux personnes dans le besoin », a conclu M. Guterres.