L'UNICEF alerte sur les dangers dévastateurs de la guerre pour la santé mentale des enfants ukrainiens

6 mai 2022

Dix semaines après le début de la guerre en Ukraine, l’UNICEF a déclaré vendredi qu'il intensifiait de toute urgence ses efforts pour fournir aux enfants vulnérables un soutien spécialisé et psychosocial, alors que les besoins en matière de santé mentale dans le pays sont « énormes ».

« Nous prévoyons que les chiffres concernant toutes les formes de violence contre les enfants se chiffreront certainement en dizaines de milliers », a déclaré Aaron Greenberg, Conseiller régional de l'UNICEF pour la protection de l'enfance en Europe et en Asie centrale. 

Avant le 24 février, les orphelinats, internats et autres institutions pour jeunes d'Ukraine abritaient plus de 91.000 enfants, dont environ la moitié étaient handicapés. 

Aujourd'hui, seulement environ un tiers de ce nombre sont rentrés chez eux, y compris ceux évacués de l'est et du sud du pays, selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance UNICEF. 

« L'impact de la guerre sur ces enfants est particulièrement dévastateur », a déclaré M. Greenberg, s'adressant aux journalistes à Genève via Zoom depuis Lviv. « Des dizaines de milliers d'enfants vivant en institution ou en famille d'accueil ont été rendus à leurs familles, beaucoup d'entre eux à la hâte, alors que la guerre commençait. Beaucoup n'ont pas reçu les soins et la protection dont ils ont besoin, en particulier les enfants handicapés ». 

Une fillette ukrainienne réconforte son frère âgé de six ans alors qu'ils s'apprêtent à quitter un centre soutenu par l'UNICEF en Roumanie pour leur prochaine destination.
© UNICEF/Alex Nicodim
Une fillette ukrainienne réconforte son frère âgé de six ans alors qu'ils s'apprêtent à quitter un centre soutenu par l'UNICEF en Roumanie pour leur prochaine destination.

Expérience directe de la violence

Condamnant le fait que des centaines de jeunes aient déjà été tués dans des bombardements, l'agence onusienne a averti que d'autres avaient subi de graves traumatismes mentaux liés à « l'expérience directe » de la violence, à la fois physique et sexuelle. 

Tout en insistant sur le fait que de nombreux enfants « rebondiront » s'ils peuvent retourner à l'école et commencer à voir une forme de « normalisation » dans leur vie, M. Greenberg a insisté sur le fait qu'il était plus important que jamais de s'assurer que le personnel des services sociaux ukrainiens était rassurés et encouragés à rester et à aider. 

Il a également noté qu'un « nombre plus petit mais important » développerait probablement un trouble de stress post-traumatique entre deux et quatre mois après avoir été traumatisé. 

« Depuis le 24 février, l'UNICEF et nos partenaires ont fourni à plus de 140.000 enfants et leurs soignants des services de santé mentale et psychosociaux », a-t-il poursuivi. « Mais une grande majorité de cela, 95%, sont des engagements directs avec des enfants et des psychologues formés ».

Augmenter les investissements 

Les priorités de l'agence des Nations Unies comprennent l'augmentation des investissements dans les ONG locales de santé mentale pour aider les jeunes encore pris en charge, en soutien à la politique du gouvernement ukrainien. 

Mais il n'est pas simple de trouver suffisamment de professionnels pour aider, « car les travailleurs sociaux, les psychologues pour enfants et d'autres professionnels sont également touchés par ce conflit », a poursuivi M. Greenberg. 

« Si vous commencez à faire le calcul, il y a des enfants qui restent dans des institutions qui n'ont pas été évacués ni à l'intérieur ni à l'extérieur (du pays), et il y a des enfants dans des familles d'accueil dont les paiements ont été temporairement interrompus, et il y a des enfants sous tutelle, un nombre important. Ainsi, lorsque vous superposez cela, le nombre d'enfants dans le besoin qui étaient vulnérables avant la crise et dont les vulnérabilités ont maintenant été accélérées est incroyablement élevé ». 

Dans toute l'Ukraine, l'UNICEF a déployé 56 unités mobiles pour fournir des services de santé spécialisés aux enfants traumatisés. Il existe également 12 « équipes mobiles dédiées à la violence dans l'est », où les combats se poursuivent, a déclaré M. Greenberg. « À ce jour, ces équipes mobiles dans l'est ont travaillé avec 7.000 cas de femmes et d'enfants en termes de réponse à des requêtes et des rapports spécifiques liés à la violence que l'équipe mobile suit ensuite ».  

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.