Le gouvernement indien s'efforce que des jeunes volontaires participent à une conversation sur le développement durable.

António Guterres exhorte les jeunes à continuer à pousser, à se mobiliser et à mettre leurs idées sur la table

© UNDP India
Le gouvernement indien s'efforce que des jeunes volontaires participent à une conversation sur le développement durable.

António Guterres exhorte les jeunes à continuer à pousser, à se mobiliser et à mettre leurs idées sur la table

Développement durable (ODD)

Malgré la guerre, la Covid-19 et la crise climatique, qui aggravent les autres défis auxquels les jeunes sont confrontés aujourd'hui, le chef de l'ONU a félicité les jeunes d’avoir élevé leur voix et de s'être mobilisés pour un avenir meilleur.

« Les jeunes [...] ouvrent la voie dans la lutte contre le changement climatique, défendent la justice raciale et l'égalité des sexes [...] demandent des comptes aux dirigeants [...] et sont à l'avant-garde de nos efforts pour garantir un avenir plus inclusif, plus pacifique et plus prospère pour tous », a déclaré le Secrétaire général António Guterres au deuxième jour du forum de deux jours sur la jeunesse.

Nous n'avons pas de temps à perdre.

Placé sous le thème Youth 2030 : Achieving the SDGs, il a délivré un message vidéo enregistré au Forum annuel de la jeunesse du Conseil économique et social (ECOSOC), encourageant les jeunes à « continuer à pousser ; à continuer à vous mobiliser ; et à continuer à apporter vos idées à la table ».

Il faut en faire plus

Grâce à sa stratégie pour la jeunesse, l'ONU s'est engagée à travailler, pour et avec les jeunes.

M. Guterres a remercié Jayathma Wickramanayake, son Envoyée pour la jeunesse, ainsi que les entités de l'ONU et les équipes de pays, de même que les organisations de jeunesse et les États membres qui s'efforcent de faire en sorte que « nos actions soient guidées par les perspectives et l'énergie des jeunes ».

« Mais nous pouvons et nous devons faire plus », a-t-il souligné, rappelant que le rapport de l'ONU intitulé « Notre programme commun » propose une série de recommandations visant à renforcer et à approfondir la solidarité avec les jeunes et les générations futures tout en construisant un multilatéralisme avec plus de réseaux, plus inclusif et plus efficace.

Sommet sur l'éducation

Le chef des Nations Unies a informé la réunion d'un prochain sommet sur la transformation de l'éducation qui se tiendra en septembre.

Il a encouragé les participants à « s'engager pleinement et activement » à mobiliser l'ambition politique, l'action, les solutions et la solidarité pour transformer l'éducation.

Le sommet fera le point sur les efforts déployés pour récupérer les pertes d'apprentissage liées à la pandémie, réimaginer les systèmes éducatifs pour l'avenir et redynamiser les efforts nationaux et mondiaux pour atteindre le quatrième objectif de développement durable (ODD 4), qui concerne une éducation de qualité inclusive et équitable ainsi que des possibilités d'apprentissage tout au long de la vie pour tous.

Améliorer l'engagement des jeunes

Le Secrétaire général a également fait part de la création d'un nouveau Bureau de la jeunesse des Nations Unies, qui permettra de « renforcer l'engagement » des jeunes dans l'ensemble des activités de l'Organisation.

« Une participation significative, diverse et efficace des jeunes - au sein des Nations Unies et bien au-delà - est essentielle pour faire progresser les droits de l'homme, faire face à la crise climatique et atteindre les objectifs de développement durable », a-t-il conclu.

Sauver la planète

L'Envoyée des jeunes a remercié les milliers de jeunes du monde entier qui ont « mené nos conversations à chaque étape » du Forum des jeunes, malgré les innombrables défis et les impacts disproportionnés de la pandémie de la Covid-19.

« Il n'y a pas besoin d'enrober les choses - nous vivons dans un monde où les crises et les urgences sont légion », a déclaré Mme Wickramanayake.

En outre, le monde n'est pas sur la bonne voie pour atteindre les ODD d'ici 2030, a-t-elle souligné, appelant à des efforts pour "sauver" à la fois les objectifs et la planète.

« Nous avons entendu à maintes reprises [...] les demandes constantes des jeunes pour changer les systèmes et les structures oppressives qui nous pèsent, qui accroissent les inégalités et nous enferment dans un cycle de violence », a-t-elle déclaré.

Soulignant que de nombreuses idées, visions et solutions ont été proposées au cours des deux derniers jours, l'Envoyée des jeunes a exhorté les participants à ne pas se contenter de « se féliciter et de passer à autre chose », mais à profiter du moment présent, à agir et à demander des comptes aux dirigeants.

Le pont des jeunes

Sharifah Shakirah, fondatrice et directrice du Rohingya Women Development Network, a déclaré que le programme 2030 avait été lancé pour mettre fin à la pauvreté et ouvrir la voie à la paix, à la prospérité et à l'égalité pour tous sur une planète saine.

Cependant, « aujourd'hui, nous vivons dans deux mondes différents », a-t-elle déclaré, notant que dans l'un, les personnes privilégiées sont protégées par leur pays, et dans l'autre - illustré par son lieu de naissance - les enfants sont contraints de fuir la violence et les persécutions.

Décrivant les jeunes comme le pont entre les deux mondes, elle a souligné que, même avant le début de la pandémie de la Covid-19, un jeune sur cinq dans le monde souffrait d'un accès limité à l'éducation, et un sur quatre était confronté à un conflit.

Aujourd'hui, dans le contexte de la pandémie, « les jeunes maintiennent une communication ouverte avec leurs communautés », notamment en créant des organisations de base et en fournissant une assistance aux autres sur le terrain.

Les partenaires de l'ONU

Ces sentiments ont été repris par un certain nombre de responsables de l'ONU, qui ont fait l'éloge des innombrables jeunes qui ont contribué aux efforts de redressement du Forum et de la Covid-19 à tous les niveaux.

Liu Zhenmin, le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales (DESA), a salué les contributions actives des jeunes, qui personnifient l'objectif des Nations Unies de « ne laisser personne derrière ».

Un engagement significatif avec les jeunes est au cœur du travail du DESA, y compris dans l'action contre le changement climatique et le financement du développement, a-t-il déclaré, ajoutant que son département est toujours en train d'explorer de nouvelles façons de s'engager avec les jeunes, comme par exemple à travers son programme de jeunes délégués de l'ONU.

 

De jeunes volontaires en Jordanie aident leurs communautés pendant la crise de Covid-19.
© UNICEF/Naua
De jeunes volontaires en Jordanie aident leurs communautés pendant la crise de Covid-19.

Prendre le volant

« Vous avez exigé, à juste titre, d'être à la place du conducteur pour concevoir les efforts de redressement et d'être assis à la table lorsque sont prises des décisions qui auront un impact sur votre propre avenir », a déclaré le président de l'ECOSOC, Collen Vixen Kelapile.

Après deux années difficiles marquées par des fermetures, des quarantaines, un éloignement social, des inégalités de traitement et la perte des moyens de subsistance de millions de personnes, il a noté que les jeunes ont partagé leurs visions sur la manière de se remettre sur les rails pour accélérer la mise en œuvre des ODD.

Soulignant que la pandémie a surtout touché les jeunes, M. Kelapile a déclaré qu'elle a également révélé comment leur leadership, leur ingéniosité et leur dévouement peuvent transformer des crises majeures en opportunités pour un avenir plus juste, plus inclusif et plus équitable.

Dans ce contexte, il a ajouté que « la bonne volonté, l'engagement et le désir d'agir ne manquent pas parmi vous" et a promis la solidarité de l'ONU pour l'avenir ».