Les  jeunes doivent être au centre d'une reconstruction durable après la pandémie de Covid-19

Des participants montrent leur soutien aux objectifs de développement durable lors d'un événement en 2018.
© ONU Photo/Laura Jarriel
Des participants montrent leur soutien aux objectifs de développement durable lors d'un événement en 2018.

Les  jeunes doivent être au centre d'une reconstruction durable après la pandémie de Covid-19

Développement durable (ODD)

Le Forum annuel de la jeunesse du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) s'est ouvert mardi et se déroule à un moment critique de la reprise après la pandémie de la Covid-19.

Ce forum virtuel qui dure deux jours est  l'occasion pour les jeunes de partager leurs points de vue sur la manière de transformer le monde en un lieu plus juste et plus durable et d'atteindre les objectifs de développement durable (ODD) dans un contexte de crise persistante.

Les pays du monde entier luttent toujours pour faire face à la pandémie de Covid-19. Alors que la situation évolue rapidement, la pandémie a affecté la vie des jeunes de toutes les régions, limitant leurs déplacements et affectant gravement l'activité sociale et économique. Cette situation a eu un impact sans précédent sur la santé, les systèmes éducatifs, la population active et l'emploi, entre autres défis.

Sur le thème « Mieux reconstruire à partir de la Covid- 19 tout en faisant progresser la mise en œuvre intégrale de l'Agenda 2030 pour le développement durable », le Forum doit examiner également les progrès réalisés dans les domaines de l'éducation de qualité (ODD4), de l'égalité des sexes (ODD5), de la vie sous l'eau (ODD14), de la vie sur terre (ODD15) et des partenariats pour les objectifs (ODD17).

De jeunes volontaires en Jordanie aident leurs communautés pendant la crise de Covid-19.
© UNICEF/Naua
De jeunes volontaires en Jordanie aident leurs communautés pendant la crise de Covid-19.

Les jeunes particulièrement vulnérables

Les jeunes du monde entier sont particulièrement vulnérables aux conséquences socio-économiques à long terme de la pandémie, avec des perturbations majeures en matière d'éducation, de formation et d'emploi. Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), environ 17% des jeunes travailleurs (18-24 ans) ont cessé de travailler pendant la Covid-19. De nombreux jeunes ont également été confrontés à l'insécurité alimentaire, tandis que l'isolement social a entraîné une crise mondiale de la santé mentale. 

Le Président du Conseil économique et social, Collen Vixen Kelapire, a indiqué dans son discours d’ouverture qu’il est convaincu « que les Objectifs de développement durable offrent une feuille de route pour construire des sociétés durables, inclusives et prospères et revigorer la solidarité mondiale pour le 21ème siècle ». 

Pour lui, plus que jamais, un avenir durable ne peut être construit que par l'autonomisation des jeunes et un engagement significatif avec eux. « Vous méritez légitimement d'avoir un siège à la table lorsque les décisions concernant votre avenir sont prises », a-t-il ajouté. « C'est pourquoi nous nous réunissons pendant ces deux jours du Forum des jeunes, convoqué sous les auspices du Conseil économique et social ».

Malgré ces défis, les jeunes continuent de faire preuve de résilience et d'agilité grâce au volontariat. Selon l'ONU, il est nécessaire de recourir à des approches plus communautaires, dirigées par les jeunes et intergénérationnelles pour répondre aux besoins des jeunes. 

« Aujourd'hui, nous sommes confrontés à de multiples crises. Changement climatique, perte de biodiversité, inégalités, Covid-19, conflits », a indiqué le Président de l’Assemblée générale, Abdulla Shahid. « Si nous voulons réaliser des progrès significatifs sur l'une de ces questions, et des progrès qui soient durables, qui durent pendant des décennies, alors les jeunes doivent faire partie de ce processus. Ils doivent se l'approprier ».

« Les jeunes sont notre meilleur espoir de relever les défis auxquels le monde est confronté et de réussir l'Agenda 2030 pour le développement durable. Qu'il s'agisse de la solution qu'ils ont proposée lors de la pandémie de Covid-19 ou des nombreux jeunes en première ligne de l'action pour le climat, les jeunes ont démontré qu'ils ont les solutions et la volonté de se battre pour la planète qu'ils habiteront et le monde dont ils hériteront », a-t-il ajouté. 

Militants pour le climat lors d'une manifestation "Fridays For Future" à Londres, Royaume-Uni.
© Greenpeace/Marie Jacquemin
Militants pour le climat lors d'une manifestation "Fridays For Future" à Londres, Royaume-Uni.

Apporter des solutions 

En raison de la marginalisation historique des jeunes dans la prise de décision et le leadership, il est nécessaire d'amplifier la voix des jeunes et de mieux les impliquer dans le processus de prise de décision et de mieux les impliquer dans la mise en œuvre de mesures qui contribuent à un meilleur avenir pour les personnes et la planète.

Ainsi pour Amina Mohammed, Vice-Secrétaire générale de l'ONU, les  jeunes doivent être à l'avant-plan et au centre de la reconstruction. Pour elle, cela commence vraiment au niveau national, « lorsque nous créons et concevons les plans visant à revenir à un monde meilleur, les transitions énergétiques, les transitions numériques pour combler le fossé, quel qu'il soit, le programme qui est conçu autour des ODD. Nous devons veiller à ce que les jeunes soient inclus dès maintenant à la table de discussions pour pouvoir aller de l’avant ».

Selon elle, l'engagement et la participation des jeunes doivent aller au-delà des exercices symboliques et des cases à cocher pour aboutir à des approches plus équitables et durables centrées sur les jeunes. 

Création d’un avenir meilleur, équitable et durable 

En tant que principale plateforme permettant aux jeunes de partager leurs idées à l’échelle mondiale, le forum permet aux représentantes et représentants des organisations et réseaux dirigés par des jeunes et pour les jeunes, aux défenseurs de la jeunesse et aux autres acteurs œuvrant pour la jeunesse de dialoguer avec les États membres et d’explorer les moyens de promouvoir le développement et la mobilisation des jeunes.

Durant ce Forum, les participants vont proposer des solutions pour aider les jeunes à surmonter les énormes défis auxquels ils sont confrontés, parmi lesquels : les impacts des grands conflits dans le monde ; les répercussions dévastatrices de la Covid-19 en termes économiques, sociaux, sanitaires et éducatifs, et la nécessité de renforcer leur résilience aux chocs futurs. 

Ils vont aussi engager un dialogue sur les différentes actions que les États membres et les autres acteurs pourraient entreprendre pour reconstruire à partir de la Covid-19 d'une manière qui fasse progresser les objectifs de développement durable à la développement durable aux niveaux local, national, régional et mondial.

Ce forum va aussi permettre de discuter du rôle que les jeunes peuvent apporter à la société pour la mise en œuvre de politiques et d'actions climatiques mondiales dirigées par les jeunes et centrées sur eux des politiques et des actions climatiques centrées sur les jeunes.

Enfin, les participants vont examiner les perspectives de développement et de participation des jeunes dans des domaines clés tels que le travail décent, la sécurité économique et l’inclusion sociale.