Témoignage - Un mois dans un sous-sol de Marioupol

Alina Beskrovna a vécu pendant un mois dans ce sous-sol à Mariupol en Ukraine
© Alina Beskrovna
Alina Beskrovna a vécu pendant un mois dans ce sous-sol à Mariupol en Ukraine

Témoignage - Un mois dans un sous-sol de Marioupol

Paix et sécurité

Dans les combats acharnés pour le contrôle de Marioupol, la ville portuaire du sud de l'Ukraine a été presque entièrement détruite par les forces d'invasion russes. Alina Beskrovna, une ancienne résidente de Marioupol, a raconté à ONU Info son calvaire d'un mois dans un sous-sol, où elle a assisté à la destruction de bâtiments civils, avant de s'échapper.

Les Nations Unies continuent de fournir une assistance en Ukraine et dans les pays voisins aux personnes déplacées par le conflit en cours.

« Le matin de l'invasion, j'ai quitté mon appartement et j'ai passé près d'un mois dans un sous-sol à la périphérie de Marioupol, jusqu'à ce que je m'échappe le 23 mars.

Les premiers jours ressemblaient à une étrange soirée pyjama, où l'on se retrouvait entre amis. Nous avions tout ce dont nous avions besoin... jusqu'à ce que ce ne soit plus le cas.

D'abord, il n'y a plus eu d'électricité, lorsque la Russie a bombardé le système électrique de la ville. Les ordinateurs portables et les téléphones cellulaires ont commencé à manquer de batterie.

Alina Beskrovna fait la cuisine sur un feu ouvert à Mariupol, après que l'approvisionnement en gaz et en électricité ait été interrompu en raison du conflit.
© Alina Beskrovna
Alina Beskrovna fait la cuisine sur un feu ouvert à Mariupol, après que l'approvisionnement en gaz et en électricité ait été interrompu en raison du conflit.

Puis les Russes ont pris pour cible le système d'approvisionnement en eau, si bien que nous n'avions plus d'eau. Nous avons rempli tous les seaux que nous pouvions pendant que les robinets coulaient encore, mais nous avons vite compris que le manque d'eau potable serait un énorme problème.

Et puis nous avons entendu une grande explosion, et le gaz s'est éteint, ce qui signifiait qu'il fallait ramasser, couper du bois et cuisiner sur des feux ouverts devant l'entrée du sous-sol.

Les gens ont sauté vers la mort

L'OIM a commencé à réhabiliter des bâtiments inutilisés et endommagés afin de fournir un hébergement temporaire plus sûr aux personnes déplacées à l'intérieur du pays
© Alina Beskrovna
L'OIM a commencé à réhabiliter des bâtiments inutilisés et endommagés afin de fournir un hébergement temporaire plus sûr aux personnes déplacées à l'intérieur du pays

À la fin de la deuxième semaine, nous avons entendu des tirs d'obus en provenance du nord de la ville. Ils étaient continus et visaient les quartiers résidentiels proches de nous. Deux missiles ont touché un immeuble de neuf étages de l'autre côté de la route, juste en face de notre sous-sol. Nous avons vu le quatrième étage englouti par les flammes et des gens sauter vers la mort.

Chaque fois qu'un missile atterrissait à proximité, nous avions l'impression qu'il nous traversait de part en part. Nous sentions les ondes de choc ; les fissures dans le mur et le plancher du sous-sol s'élargissaient à chaque impact, et nous nous demandions si les fondations du bâtiment pouvaient le supporter.

Je ne sais pas si mon père est en vie

Alina Beskrovna, avant le conflit, avec son père, aujourd'hui disparu.
© Alina Beskrovna
Alina Beskrovna, avant le conflit, avec son père, aujourd'hui disparu.

Au début de l'invasion, une station de communication située derrière l'un des gratte-ciel résidentiels a été prise pour cible par les Russes. Je savais pourquoi ils le faisaient : pour nous laisser complètement impuissants et désespérés, démoralisés et coupés du monde extérieur. 

J'ai perdu le contact avec mon père, et je n'étais pas sûre de le revoir un jour, car il se trouvait de l'autre côté de la ville. Je ne pouvais qu'espérer qu'il vienne à pied jusqu'à nous, puisqu'il connaissait l'adresse, mais il ne l'a jamais fait. Je ne sais pas s'il est en vie. Je ne sais pas s'il a été emmené de force en Russie.

Les rumeurs ont commencé à se répandre sur la chute de la ville, sur le fait qu'elle était désormais en territoire russe. Nous avons entendu des histoires horribles de Tchétchènes errant dans les rues, violant des femmes, tuant des civils à bout portant, et combien il était dangereux d'essayer de quitter la ville en raison des combats actifs des trois côtés de la ville.

Je n'arrêtais pas de penser, vont-ils nous laisser sortir ? Y a-t-il un moyen de sortir ?

Personne n'a donc osé s'échapper. En raison de l'absence de communication avec le monde extérieur, j'avais l'impression qu'un énorme massacre avait lieu tout autour de moi, et que le monde n'avait aucune idée et ne découvrirait jamais la véritable ampleur de ce qui se passait.

J'avais deux craintes principales : la première était le viol - qui est utilisé comme une arme de guerre par l'armée russe, et nous le savions tous - et la seconde était d'être emmenée de force en Russie ou dans la soi-disant République populaire de Donetsk. Ou, tout simplement, de ne pas pouvoir quitter Marioupol, la ville étant proclamée partie de la République populaire de Donetsk, nous serions coincés là pour toujours.

Je n'arrêtais pas de penser, vont-ils nous laisser sortir ? Y a-t-il un moyen de sortir ?

Une occasion de s'échapper

Les habitants qui sont restés à Mariupol ont partagé des latrines à fosse alors que la ville continuait d'être bombardée.
© Alina Beskrovna
Les habitants qui sont restés à Mariupol ont partagé des latrines à fosse alors que la ville continuait d'être bombardée.

Tous ceux qui n'ont pas réussi à sortir au cours des trois ou quatre premiers jours n'ont pas pu le faire par la suite, en raison des combats actifs et de l'approche des forces russes des trois côtés de la ville. 

Quiconque tentait de sortir se retrouvait dans un champ de bataille. Tout ce que nous pouvions faire, c'était d'attendre qu'un éventuel couloir s'ouvre. Une rumeur s'est répandue sur le réseau Telegram [plateforme de médias sociaux] russe, vers la deuxième semaine de la guerre, selon laquelle une colonne organisée se rassemblait sur le théâtre, en direction de Manhush, à l'ouest de Marioupol.

Tous ceux qui avaient un véhicule et suffisamment de carburant ont mis des morceaux de tissu blanc sur leurs rétroviseurs latéraux pour indiquer qu'ils étaient des civils tentant de fuir, et se sont rendus au point de rassemblement. Mais il n'y avait rien. Il s'est avéré que ce n'était qu'une rumeur. 

Le 20 mars, les Russes avaient complètement repris la bande de terre au bord de la mer d'Azov, de Berdyansk et Manhush jusqu'à la périphérie de Marioupol.

Trois jours plus tard, nous avons décidé de partir malgré les informations faisant état de civils pris pour cible, car la ville était complètement détruite par des bombardements en tapis et de précision.  

J'ai vu de mes propres yeux comment ils visaient simplement les immeubles d'habitation, comme si c'était un jeu d'ordinateur. Nous manquions de nourriture et d'eau. Je n'avais pas pris de douche depuis un mois.

Nous ne pouvons pas croire que nous sommes en vie

Images montrant la ville ukrainienne de Mariupol avant et après les bombardements constants.
Vitalii Falkovskyi
Images montrant la ville ukrainienne de Mariupol avant et après les bombardements constants.

À 7 heures du matin le 23 mars, nous sommes partis pour Zaporijjia. Nous avons dû passer par 16 points de contrôle russes. Un voyage qui prenait habituellement trois heures nous en a pris plus de 14.

Le trajet en lui-même était insensé. Les militaires russes nous fouillaient à nu, vérifiaient nos documents et arrêtaient tous les hommes. C'était horrible. Mais une fois que nous avons atteint le poste de contrôle ukrainien près de l'entrée de Zaporijjia, nous avons entendu la langue ukrainienne.

Nous avions l'impression d'avoir réussi. J'avais l'impression de pouvoir être à nouveau moi-même, d'être relativement en sécurité. Je sortais de ce trou noir de destruction et de mort.

Zaporijjia elle-même n'était pas sûre ; il y avait des raids aériens constants. Mais nous avions l'impression de nous en être sortis. Nous ne pouvions pas croire que nous étions en vie ».