La consolidation de la paix est un investissement qui a fait ses preuves, déclare le chef de l'ONU aux États membres

Des Casques bleus fournissent une protection à des femmes au Darfour (photo d'archives).
MINUAD/Amin Ismail
Des Casques bleus fournissent une protection à des femmes au Darfour (photo d'archives).

La consolidation de la paix est un investissement qui a fait ses preuves, déclare le chef de l'ONU aux États membres

Paix et sécurité

Le chef de l'ONU a demandé 100 millions de dollars chaque année, sous forme de contributions des États membres, pour financer les activités de consolidation de la paix de l’Organisation, décrivant un tel investissement comme « une aubaine » par rapport aux coûts de la guerre.

Mercredi, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a présenté à la Commission de consolidation de la paix son dernier rapport sur la consolidation de la paix et la paix durable.

« Lorsque nous considérons les coûts de la guerre - pour l'économie mondiale mais surtout pour l'âme même de l'humanité - la consolidation de la paix est une aubaine et une condition préalable au développement et à un avenir meilleur pour tous », a-t-il déclaré à la Commission - un organe consultatif intergouvernemental qui soutient les efforts de paix dans les pays sortant d'un conflit.

M. Guterres a déclaré que la tâche de la Commission s'agrandit de jour en jour, citant le plus grand nombre de conflits violents depuis 1945, notamment au Yémen, en Syrie, au Myanmar, au Soudan, en Haïti, au Sahel et maintenant en Ukraine.

Deux milliards de personnes, soit un quart de l'humanité, vivent dans des zones touchées par des conflits, a-t-il noté, soulignant que les plus pauvres et les plus vulnérables paient le prix le plus élevé.

Le rapport est un appel à veiller à ce que l'architecture de consolidation de la paix des Nations Unies soit adaptée à cet environnement en évolution rapide. Cet appel est conforme à sa proposition de nouvel agenda pour la paix qui place la prévention et la consolidation de la paix au cœur des efforts de l'ONU.

« La consolidation de la paix fonctionne »

« La consolidation de la paix fonctionne - c'est un investissement qui a fait ses preuves », a-t-il souligné, citant plusieurs exemples de réussite contenus dans son rapport, notamment en Côte d'Ivoire, en Iraq, dans les pays du nord de l'Amérique centrale, dans la région des Grands Lacs, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Colombie et en République centrafricaine.

Il a toutefois souligné qu'il existait un déficit crucial de financement. Alors que le Fonds pour la consolidation de la paix n'a cessé de croître - en investissant 195 millions de dollars l'an dernier, il reste entièrement dépendant des contributions volontaires d'un petit nombre de donateurs.

Par conséquent, a-t-il dit, il a présenté une proposition à la Cinquième Commission - un organe de l'Assemblée générale chargé d'examiner les questions budgétaires - pour une contribution annuelle de 100 millions de dollars au Fonds pour la consolidation de la paix, afin d'assurer une base prévisible et durable pour obtenir des résultats au cours de la période long terme.

Au cours de la dernière décennie, le monde a dépensé 349 milliards de dollars pour le maintien de la paix, l'aide humanitaire et le soutien aux réfugiés, les dépenses militaires mondiales atteignant près de 2.000 milliards de dollars en 2020. « Mais n'oublions pas que le coût le plus élevé de la guerre est son bilan humain », a-t-il souligné.

L'Assemblée générale doit convoquer une réunion de haut niveau sur le financement de la consolidation de la paix le 27 avril.