Une personne sur cinq est confrontée à une pauvreté multidimensionnelle en Europe

Un jeune homme pensif, assis dans un vestiaire.
Unsplash/Yosi Prihantoro
Un jeune homme pensif, assis dans un vestiaire.

Une personne sur cinq est confrontée à une pauvreté multidimensionnelle en Europe

Développement durable (ODD)

Une personne sur cinq est confrontée à une pauvreté multidimensionnelle dans la région paneuropéenne où les inégalités de revenus s’aggravent aussi dans de nombreux pays, a indiqué vendredi la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU).

À mi-parcours, ce nouveau rapport montre que les progrès doivent s’accélérer pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) dans la région de la CEE-ONU.

« À l’exception de l’extrême pauvreté qui est rare dans la région, les objectifs de réduction de la pauvreté et des inégalités de revenus ne sont pas en passe d’être atteints d’ici 2030 », a souligné cette Commission onusienne basée à Genève.

Selon la CEE-ONU, un individu sur cinq est confronté à une pauvreté multidimensionnelle dans la région (cible 1.2 des Objectifs du Développement Durable, ODD), et les inégalités de revenus (cible 10.2) s’aggravent dans de nombreux pays.

La région onusienne de la CEE-ONU rassemble plus d’une cinquantaine de pays de l’Union européenne (UE), d’Europe de l’Ouest et de l’Est hors UE, d’Europe du Sud-Est, de la Communauté des Etats indépendants (CEI) et de l’Amérique du Nord.

Inverser les tendances pour maintenir un approvisionnement alimentaire diversifié

Dans le même temps, les progrès régionaux en matière de nutrition et d’approvisionnement alimentaire durable ont été insuffisants.

« Les effets négatifs de la pandémie de Covid-19 ne se reflétant pas encore pleinement dans les données disponibles et l’impact de la guerre en Ukraine restant à évaluer, le risque que la région échoue dans la réalisation de l’Agenda 2030 n’a jamais été aussi élevé », a déclaré dans un communiqué, Olga Algayerova, Secrétaire exécutive de la CEE-ONU.

Selon l’ONU, la pauvreté multidimensionnelle ou Indice de la pauvreté multidimensionnelle (IPM) évalue les différentes privations auxquelles une personne est confrontée au même moment.

Une personne est considérée comme vivant dans la pauvreté multidimensionnelle si elle souffre d’insuffisances ou de privations dans au moins 30% des indicateurs couvrant les cinq dimensions du bien-être, à savoir : l’éducation, les conditions de logement, l’accès aux services de base (eau, électricité, système d’assainissement), la propriété d’actifs et la consommation.

D’une manière générale, les données disponibles indiquent que la région doit inverser les tendances pour maintenir un approvisionnement alimentaire diversifié (cible 2.5) et améliorer la productivité et l’efficacité de l’agriculture (cible 2.a). Toutefois, la région est en bonne voie pour atteindre les cibles relatives à la mortalité maternelle (cible 3.1) et infantile (cible 3.2). Pour toutes les autres cibles relatives à la santé les progrès doivent s’accélérer.

Les progrès doivent s’accélérer pour atteindre les ODD 

Alors que la planète approche à mi-parcours entre l’adoption et la ligne d’arrivée de l’Agenda 2030 pour le développement durable, la région est en passe d’atteindre seulement 26 des 169 cibles des ODD, selon le rapport d’étape de la CEE-ONU 2022 publié ce vendredi à Genève.

Pour toutes les autres cibles mesurables, la région doit accélérer les progrès ou inverser les tendances actuelles pour réaliser ses ambitions d’ici 2030.

« Cinq ans après l’adoption des ODD, le temps commence à manquer pour rectifier le tir », a déclaré lors d’un point de presse régulier de l’ONU à Genève, Jean Rodriguez, Chef de l’Unité de l’Information à la CEE-ONU.

« Le rapport de l’année dernière était censé être un signal d’alarme pour que la région accélère son action collective. Mais aujourd’hui, un an plus tard, notre rapport montre que les progrès ont été trop lents : alors que nous devions accélérer les progrès sur 57 cibles, ce chiffre est passé à 64 ; alors que l’année dernière, nous avions 9 cibles pour lesquelles nous devions inverser la tendance, nous en avons maintenant 15 », a commenté Mme Algayerova, Secrétaire exécutive de la CEE-ONU.

Hausse des émissions de gaz à effet de serre dans les économies en transition

S’agissant du volet climat et environnement, les émissions de gaz à effet de serre dans les économies en transition de la région continuent d’augmenter ; dans les pays développés, les émissions diminuent, mais pas assez rapidement (cible 13.2).  La région doit agir de toute urgence pour inverser les tendances en matière de déforestation (cible 15.5), de biodiversité (cible 15.2), de tourisme durable (cible 12.b) et de politiques relatives au changement climatique (cible 13.2).

Concernant le chapitre eau et énergie, la région a bien progressé en matière d’accès aux services de base tels que l’eau potable (cible 6.1) et l’énergie (cible 7.1). Mais la région doit accélérer les progrès en matière d’assainissement (cible 6.2), de qualité de l’eau (cible 6.3), d’efficacité de l’utilisation de l’eau (cible 6.4), et de coopération internationale et de gestion nationale des ressources en eau (cible 6.5). La plupart des pays ont accru leur recours aux énergies renouvelables (cible 7.2) et amélioré leur efficacité énergétique (cible 7.3), mais une accélération est nécessaire pour atteindre les objectifs de 2030.

Sur le plan économique et de l’industrialisation, les progrès relatifs à la  plupart des cibles relatives au travail décent et à la croissance économique (objectif 8) sont trop lents pour que les cibles soient atteintes, et les impacts de la pandémie - qui a touché presque tous les aspects de l’économie - ne sont pas encore reflétés dans les données disponibles pour cette évaluation.